Mon Chien Magazine

  • Ce Bouledogue Français, mâle, tricolore à poil ras a disparu le 17 août à Seraing (Liège). Avis de recherche.

    Capture.JPG

    Bouledogue Français, mâle, tricolore, poil ras
    Age : 3 ans
    Perdu le 17/08/2016 à 4100 Rue Strivay
    Nom : Odie
    Il porte un collier [noir avec pendentif avec adresse ]
    Puce : 981 . 100 . 002 . 950 . 350
    Autres commentaires : il a fugué de la maison vers 19h30 ce n'est pas la première fois mais chaque fois nous l'avons retrouvé.
     
    Propriétaire :
    Gabriele Lucia
    Rue strivay  64   - 4100 Seraing
    Tél. : 0493.205.555
    E-mail : pasauva@hotmail.com
  • Ce croisé Beauceron-Labrador a disparu depuis le 21 août 2016 de Gembloux. Avis de recherche.

    Capture.JPG

    Croisé Beauceron-Labrador, mâle, noir, poil ras
    Age : 15 mois
    Perdu le 21/08/2016 à 5030 Gembloux
    Nom : Black
    Il porte un collier [Harnais en nylon de couleur noire]
    Puce : Oui
    Tatouage : Non
     
    Propriétaire :
    Detaille Emmanuel
    Chemin de Messe 4   - 4520 Bas-Oha
    Tél. : 0485.556.482
    E-mail : edetaill@skynet.be
  • Couvin: on lui vole sa voiture avec son chien dedans !

    Capture.JPGC’est une histoire peu banale qui est arrivée à Virgnie Berthe, une habitante de Mettet, dans la province de Namur. Ce mercredi après-midi, peu avant 14h30, elle était partie déposer ses enfants chez une amie, à Couvin, rue Général de Monge. Dix minutes plus tard, lorsqu’elle est sortie de chez cette dernière, sa voiture, une Peugeot 308 de couleur noire, avait disparu. À son bord se trouvait son fidèle compagnon, un chihuahua répondant au nom de Diezel.
     
    « Étant donné les fortes chaleurs, j’ai préféré laisser le moteur de ma voiture tourner pour que l’air conditionné fonctionne et que mon chien reste au frais. Je ne me doutais pas un instant qu’en l’espace de dix minutes, tout allait disparaître », raconte Virginie (40 ans), sous le coup de l’émotion. « J’étais sur le point de partir deux jours en vacances avec mon compagnon, en amoureux. Cela fait des années que nous ne sommes plus partis et, pour une fois, nous avions décidé de confier les enfants à une amie. »
    Ces quelques jours de tranquillité, Virginie comptait les passer à Bouillon. C’est fichu… !
     
    Inquiète pour Diezel
    La voiture de Virginie est un modèle cinq portes de 2011 et est immatriculée 1-EUS-414. Son petit chien, quant à lui, est blanc à poils longs et a quelques taches noires et brunes au niveau de la tête. « Nous l’avons adopté à la SPA il y a à peine un mois. Il va bientôt avoir deux ans. Nous y tenons beaucoup, surtout nos filles. Elles sont vraiment tristes depuis que leur fidèle ami n’est plus là . Je tiens avant tout à retrouver mon petit Diezel. Je m’inquiète de ce qu’il a pu devenir. En ce qui concerne la voiture, il restait 100 km d’autonomie, il fallait faire le plein. Avec un peu de chance, le voleur l’aura abandonnée en panne d’essence. »
     
    Si vous disposez de plus d’informations à ce sujet, n’hésitez pas à contacter la zone de police des Trois Vallées au 060/31.02.02.

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Vol de six chihuahuas à Mons : « Mes chiots, ce sont mes bébés »

    Capture.JPG

    Terrible découverte pour Serge Wery, ce vendredi soir, lorsque cet éleveur canin de la région de Mons a constaté que sa maison venait d’être cambriolée. Pire encore : les malfrats ont emporté avec eux une portée de six chiots de race chihuahua, en plus d’avoir dérobé deux ordinateurs et un appareil photo. Sur Facebook, les internautes se mobilisent pour aider ce Flénusien désespéré. L’avis de recherche a déjà été partagé à plus de 31.000 reprises !  

    L’éleveur de chiens de race était visiblement surveillé puisqu’il n’a fallu que quelques heures aux malfrats pour retourner toute son habitation de Flénu (Mons). « Je me suis absenté de 14h30 à 20h », se rappelle Serge Wery. « Lorsque je suis revenu chez moi, plusieurs chiens se trouvaient derrière la porte d’entrée alors que d’habitude, je les laisse dans une autre pièce de la maison, en fonction des chaleurs de chacun ». L’éleveur découvre alors que sa maison vient en fait d’être visitée. « On se serait cru dans un film lors d’une perquisition : les armoires vidées, toutes les affaires à terre… Rapidement, je me suis rendu compte que mes deux ordinateurs et mon appareil photo avaient été volés. Mais ce que j’appréhendais le plus, c’était la disparition de mes deux portées de chihuahuas ».
     
    Serge accourt alors dans le fond de sa maison où sont élevés les chiots. « Là, j’ai d’abord vu la première portée avec la maman dans le premier parc. Mais dans le second, réservé à l’autre portée de six petits, il n’y avait plus rien… Le parc était vide ».
     
    C’est le choc pour ce petit éleveur agréé qui bichonnait ces six chiots depuis leur naissance, le 28 juin dernier. « Ils venaient d’être sevrés ! Je devais les vacciner et les pucer ce mercredi. La quasi-totalité des chiots était déjà réservée. Je suis anéanti. Mes animaux, ce sont comme mes bébés. C’est moi qui accouche mes femelles. Je mets les bébés au monde ! Même si ça reste des chiens et que ce ne sont pas des êtres humains, c’est un peu comme si vous preniez un enfant à sa maman ! »
     
    31.000 partages sur Facebook
    Au-delà de la perte financière, l’éleveur montois craint surtout que la portée volée ne subisse la maltraitance des malfrats ou qu’elle soit confiée à des gens mal intentionnés. « Ce que représentent ces six chiots financièrement ? Entre 4.000 et 5.000 euros. Mais ce n’est pas ce qui m’importe ! Ce que je redoute le plus, c’est qu’on leur fasse du mal ».
     
    Le Flénusien de 56 ans profite donc de l’occasion pour faire passer un message à ses ravisseurs. « Je suis prêt à laisser tomber l’appareil photo et les deux ordinateurs, dont la valeur neuve est d’environ 2.000 euros. Je n’en ai rien à cirer ! Mais s’il vous plaît, rendez-moi mes chiots. Apportez-les à un vétérinaire. Ils méritent d’être bien traités dans une bonne famille. Si la portée m’est restituée, je m’engage à ne faire aucune démarche pour retrouver les auteurs de ce cambriolage ».
     
    Relayé sur Facebook, l’avis de recherche a connu un engouement quasi instantané. Ce dimanche soir, la publication avait déjà été partagée plus de 30.000 fois. « Jamais je n’aurais cru que ça prendrait une telle ampleur. C’est phénoménal ! Certains me proposent leur aide, d’autres me donnent la force de continuer ce combat. Espérons que les voleurs tombent sur cette publication et qu’ils me rendent mes chiots ».
    Rappelons qu’en moyenne, un chien est volé par jour en Belgique. La race la plus souvent victime de ces vols : le chihuahua…
    Imprimer Catégories : Faits divers
  • L'émission de Dr. Cath sur RTL-TVI, c’est fini !

    Blog.JPG

    C’est Catherine Dufrasne, alias Dr.Cath, qui a pris la décision d’arrêter de tourner pour RTL-TVI. La chaîne proposera un nouveau programme autour d’une équipe de vétérinaires namurois pour lui succéder.  

    L’an dernier, nous avions rencontrée le Dr. Cath avant qu’elle ne débute les enregistrements d’une deuxième saison de son programme sur la médecine vétérinaire. « L’émission me prend trop de temps » , nous avait-elle déjà confié. À l’époque, RTL-TVI avait réussi à convaincre la Montoise de rempiler pour quelques épisodes supplémentaires en lui proposant de la décharger un peu. Deux autres vétérinaires, Guy, de Bruxelles, et Cédric, de Herve, avaient rejoint le programme. « C’était la seule condition pour que j’accepte de reprendre », précisait-elle. « Il fallait alléger les tournages. »
     
    Une année éprouvante
    Quelques mois plus tard, Catherine apprenait qu’elle était inquiétée par l’Ordre des médecins vétérinaires. Du 29 décembre 2015 au 29 janvier 2016, la vétérinaire n’a plus pu exercer. Elle ne s’expliquera pas vraiment sur les reproches qui lui étaient adressés... Mais RTL-TVI, sa patientèle et les téléspectateurs de la chaîne lui avaient adressé leur soutien.
     
    L’année a été éprouvante pour la véto « déjà que mon métier est hyperstressant », nous explique-t-elle à l’époque. Son envie de faire un « break » télévisuel est de plus en plus pressante. Au terme de deux saisons, elle décide donc de mettre un terme à sa collaboration avec RTL-TVI. Une décision que la chaîne comprend et accepte, bien évidemment, mais regrette, car « Dr. Cath » était un gros succès. Avec « Face au juge » ou encore « Vu à la télé », l’émission avait permis de rebooster la case des programmes du dimanche soir.
     
    Certains numéros ont même été rachetés par Planète+, une chaîne française qui diffuse des documentaires. TF1 s’était inspiré de la Belge pour créer sa propre émission sur les vétérinaires. Avec Dr.Cath, le concept du programme animalier a repris, si l’on ose dire, du poil de la bête. RTL n’abandonne d’ailleurs pas son fer de lance. La chaîne va prochainement diffuser une nouvelle émission dans laquelle s’illustrera désormais une équipe vétérinaire issue d’une clinique de Namur. Espérons que, parmi ces nouveaux protagonistes, figure une personnalité aussi emblématique que celle du Dr.Cath !
  • Liège: Un jeune husky attaché et lâchement abandonné sur le parking du Delhaize!

    Blog.JPGLe drame a été évité de justesse, dimanche à Seraing, dans la banlieue liégeoise. Un jeune husky de deux ans a en effet été lâchement abandonné sur le parking du Delhaize, attaché aux caddies. Où il a passé un peu plus de 5 heures, en plein soleil, en attendant qu’on vienne le sauver.
     
    Ainsi que le raconte sa bienfaitrice, Françoise Guillaume, « c’est une riveraine qui nous a alertés, après qu’une connaissance l’a prévue qu’un chien était attaché sur le parking du Delhaize depuis plus de 5 heures. Elle a délivré le chien, et l’a amené chez le vétérinaire pour voir s’il était pucé, ce qui n’était pas le cas. Dans un cas pareil, la procédure est de déposer le chien à la police ou à la SPA. Mais, dans un refuge, rien ne nous disait qu’il ne serait pas euthanasié ».
     
    Une fin que Françoise voulait absolument éviter à ce petit miraculé, baptisé Sam. « Je suis active dans la protection animale, et je lutte activement contre les abandons. J’ai accepté de recueillir Sam chez moi le temps qu’il trouve une famille. C’est un chien très gentil avec les humains et les autres chiens. Il écoute bien, mais il a peur de quitter la voiture : c’est sûrement comme ça qu’il a été abandonné » devine Françoise. Qui cherche désormais une famille pour recueillir son protégé.
     
    « C’est un jeune husky, donc il lui faut de l’espace, et un maître qui sache lui tenir tête ». Et qui s’abstiendra de l’abandonner à nouveau… (K.W)

    Imprimer Catégories : Faits divers, SRPA
  • Banquier et... éleveur de chats. Serge Bolland était présent à l’exposition féline de Hannut (Liège).

    580603_10200409247659096_1202240116_n.jpgSerge Bolland de Faimes, est directeur d’agence bancaire et pourtant, c’est avec un plaisir non dissimulé que ce dernier élève des chats à son domicile, pendant ses loisirs. Une véritable passion ! Parti de 1 Maine coon il y a 4 ans, il en a désormais 8.  
     
    Serge Bolland, 48 ans, était présent à la grande exposition internationale féline, ce dimanche, à Hannut. Pas moins de 300 chats concourraient pour les titres de beauté en jeu. Beaucoup de nationalités différentes étaient représentées. Parmi elles, des Français, Hollandais, et Allemands.
     
    Il y a 4 ans alors que son chat venait de décéder, Serge Bolland s’est décidé à acheter un autre chat, c’est dans ce cadre qu’il s’est rendu au palais de Congrès de Liège. « J’y allais dans l’optique d’acheter un British, puis finalement j’ai rencontré un beau Maine coon et j’ai changé d’avis ». Les Maine coon sont de gros chats à l’allure sauvage, avec des plumettes au dessus des oreilles. « C’est une bête très féline, avec un petit côté sauvage. J’ai de suite accroché » . C’est ainsi, qu’après son premier Maine coon, le banquier s’est imaginé tenir un petit élevage, « je suis fils d’agriculteur, j’ai toujours eu des animaux. Du coup ça me paraissait naturel » . Contrairement à beaucoup de « petits » éleveurs qui laissent leurs animaux flâner dans partout dans leur domicile, la famille Bolland consacre 3 pièces de la maison à leurs 8 chats. Ceux-ci ont un accès direct à un enclos extérieur. « Les chats sont libres d’entrer et de sortir autant qu’ils veulent » . Ces chats n’ont donc pas accès au reste de la maison, une question d’hygiène. « Ça demande beaucoup de nettoyage » , admet son épouse.
     
    « C’est un chat qui est très à la mode », reprend Serge Bolland. « On en trouve de trop, maintenant ici à l’exposition de Hannut, on n’en voit pas tellement, il se peut que beaucoup se soient rendus à l’expo d’Arlon » . Parmi ses chats, Serge Bolland peut s’enorgueillir de détenir un champion international. « Pour avoir ce titre, il faut aussi faire des concours à l’étranger » . Si ce banquier de profession s’est lancé dans l’aventure des concours, ce n’est pas tant pour attirer l’acheteur mais plutôt par plaisir de venir aux expositions, de remporter éventuellement un titre, de voir la concurrence. « C’est l’occasion de savoir qu’un chat correspond aux standards de la race et qu’il est parfait à la reproduction. Sinon on réfléchira à deux fois avant de le garder ou de l’utiliser comme reproducteur » . Il faut néanmoins se rendre compte que toutes ces compétitions et les frais liés à l’élevage peuvent coûter relativement cher. « Il y a plein de choses à payer. Les compétitions mais aussi la nourriture, les soins, le vétérinaire et bien sûr toutes les dépenses imprévues » . Comme lors de concours d’enfants, tous les chats ne sont pas toujours ravis d’être là.
     
    Ils peuvent avoir chaud, être stressés ou tout simplement ne pas avoir envie de concourir. « Quand je remarque que le chat ne se plaît pas dans cette ambiance, que ça l’angoisse, j’arrête tout. Le bien-être de l’animal prime avant n’importe quel concours » . (article du 16-08-16 C. Charot)

  • Esneux (Liège): Patrick se noie en tentant de sauver son labrador dans l'Ourthe.

    580603_10200409247659096_1202240116_n.jpg

    Le trentenaire a voulu secourir son chien qui venait de se jeter à l’eau. Le chien s’en est tiré avec une grosse frayeur. Patrick, lui, a sombré, emporté par le puissant courant de l’Ourthe, sous les yeux de sa compagne.  

    Cindy a assisté, impuissante, à l’accident qui a conduit à la mort de son compagnon, Patrick Danhiez. Dimanche, vers 15 heures, le couple se promenait, à Esneux, le long de l’Ourthe, avec le chien, un croisé labrador/american staffordshire.
     
    « Le problème de ce chien est qu’il adore l’eau », confiait, lundi matin, Jean-Marie Danhiez, l’oncle de Patrick. « Même lorsqu’il voit une piscine dans le jardin, il saute dedans tellement il est attiré par l’eau. Mais voilà, Patrick adorait son chien… »
     
    Le chien a sauté dans l’Ourthe et s’est retrouvé en difficulté. N’écoutant que son courage, Patrick s’est, lui aussi, mis à l’eau pour sauver son compagnon à quatre pattes. Malheureusement, à cet endroit, le courant est puissant et Patrick a été emporté.
     
    L’Ourthe a rendu le corps une centaine de mètres plus loin, exactement au même endroit où deux pompiers de Liège s’étaient noyés en tentant de sauver un cygne en perdition. Cet endroit est extrêmement dangereux puisque, après une petite cascade, des plots en béton sont installés au fond de l’eau afin de « casser » le courant. Malgré l’intervention des secours, il n’y avait plus rien à faire pour Patrick. Il était décédé.
    « Il a dû heurter quelque chose avec la tête et être sonné car Patrick est un bon nageur », poursuit son oncle. « Je ne comprends pas ». Pendant que Patrick se noyait, le labrador réussissait finalement à regagner la berge et à sortir de l’eau, visiblement par ses propres moyens.
     
    Papa de deux filles
    Patrick était le papa de deux filles. Il était, depuis peu, domicilié à Cortil (Tilff) après que l’immeuble de Grivegnée dans lequel il vivait soit devenu inhabitable à cause d’une explosion. « C’était quelqu’un de jovial et de très festif. Il était vraiment apprécié », poursuit Jean-Marie Danhiez. « Patrick était le fils de mon frère, il aimait les voitures et plus particulièrement les sportives. Il avait notamment possédé une Peugeot 205 GTi, une Opel Calibra ou encore une Honda CRX Vtec. Les belles voitures, c’était vraiment son truc à lui… »
     
    Durant un court laps de temps, Patrick avait travaillé à la société protectrice des animaux (SRPA) de Liège mais l’aventure ne s’était pas prolongée. L’homme aimait les animaux et plus particulièrement les chiens. Il appréciait son quotidien aux côtés de Cindy, sa compagne, et de ses deux filles. Son papa, Camille Danhiez, sa sœur, Françoise, ses filles et sa compagne sont tout simplement inconsolables.
    Le parquet de Liège a été averti des faits. L’accident ne fait cependant aucun doute. (article du jour A.B)
    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Saisie importante de chiens par la SRPA et l'UEBA ce jeudi 11 août 2016 à Pepinster (Liège).

    13903177_1082250245144661_4055828521139109753_n.jpg

    Ce jeudi 11 août 2016, le service inspections de la SRPA de Liège a été appelé par l’UBEA (Unité Bien-être Animal) de la région wallonne afin de lui prêter son concours à l’occasion d’une importante saisie dans la région de Pepinster.


    13962774_1082250101811342_4748221780498119838_n.jpgPas moins d’une vingtaine de chiens ont été saisis et transférés dans des refuges (SRPA de Liège et SVPA de Verviers). Deux véhicules de la SRPA dont le camion « chenil » ont été mobilisés pour le transport des chiens qui étaient tous des Briards ou des Bergers Allemands.


    Ils étaient détenus dans des conditions déplorables chez un éleveur agréé (sic !). Il s’agissait de chiens qui avaient participé jadis à des concours. Vous comprendrez aisément à la vue des photos que les conditions de détention et d’hygiène laissaient vraiment à désirer.


    En raison de problèmes de transit (différents voyages en France ont été signalés par la propriétaire lors de son audition) et de l’absence de vaccination antirabique, les chiens vont rester bloqués en quarantaine pendant plusieurs semaines.


    Leur remise en forme a commencé immédiatement par un bon toilettage et dès qu’ils seront sur pieds et déclarés sains ils pourront être proposés à l’adoption.

    14022288_1082250241811328_3540976714209715042_n.jpg

    Imprimer Catégories : SRPA
  • Lincent (Liège): tournoi canin international : J-3

    13939456_302601573425808_7499713128367162900_n.jpgLincent (Liège) se prépare à accueillir un événement canin international ce week-end. Près de 130 spécialistes européens de l’obedience, une discipline de dressage canin, prennent la direction de la commune hesbignonne au départ des quatre coins de notre vieux continent. « Nous attendons des concurrents de toute l’Europe pour cette Joop De Reus Cup 2016 avec pas moins de dix nations représentées », explique Jean-Luc Janssens. Ce dernier, habitant de Lincent, organise la compétition pour la première fois en Belgique.
    Ces samedi 13 et dimanche 14 août, les chiens et leur maître prennent possession des terrains de football de Racour. « Les différents participants arrivent en Belgique vendredi et ils repartent le lundi 15 août. En attendant leur arrivée, on court dans tous les sens et on prépare le nécessaire comme les banderoles des sponsors et le terrain sur lequel se déroulent les qualifications samedi et les finales dimanche », poursuit l’organisateur.
     
    Le Lincentois met les petits plats dans les grands : « Nous accueillons la championne du monde, ainsi que les champions nationaux de chaque pays représenté. Certains logent à Lincent, dans la chambre d’hôtes L’en vert du décor , d’autres à Liège ou à Heverlee. On prévoit aussi un camping sur les lieux de la compétition. On leur recommande aussi des visites dans la région, comme à Huy », note Jean-Luc Janssens.
     
    Entrée gratuite
    Les organisateurs, qui participent également avec leur chien en qualité de champions de Belgique, attendent du monde en ce week-end d’Assomption. « Il n’y a pas d’entrée à payer et le public peut venir admirer le spectacle gratuitement. Les participants à la Joop De Reus Cup sont des gens accessibles et prêts à échanger avec les visiteurs. On côtoie très facilement les champions de la discipline et leur chien », conclut-il. Rendez-vous donc samedi et dimanche dans les installations de la JS Racour.

Nos rubriques