Sauve qui peut... un chien en liberté!

969458_187617808065294_478102260_n.jpgQue de commentaires négatifs, de regards assassins, de chiens qui changent de trottoir emportés malgré eux par leur laisse, et d’autres qui sont aspirés dans les bras de leur maître en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.. Tout ça parce qu’ils croisent un chien en liberté ! A croire que les chiens se sont transformés en loups-garous…

Réactions excessives

D’années en années, la réaction des gens face à un chien qui a la chance de pouvoir être promené sans laisse est de plus en plus forte, pour ne pas dire excessive. Il est vrai que les médias ont leur part de responsabilité, en relayant, toujours da façon  mélodramatique, les faits divers négatifs impliquant des chiens. Il est vrai aussi que chacun d’entre nous a déjà entendu le cas d’un chien ayant fortement blessé un autre chien ou ayant mordu un enfant. Cela arrive en effet. Mais rarement. Comme il arrive également que des avions se crashent, mais en comparaison avec le nombre de vols qui arrivent bien à destination, ce nombre de crashs est insignifiant. Malheureusement, la nature humaine est ainsi faite qu’elle reste bien souvent focalisée sur le négatif, en oubliant l’énorme majorité des cas positifs.

 

Les hors-la-loi

Or, question chiens, la psychose s’installe, insidieusement, et devient de jour en jour un prétexte à se confronter, à extérioriser sa hargne envers autrui, « pour ceux qui ne font pas comme tout le monde ». Tout-à-coup l’autre devient policier, prompt à faire respecter la loi aux réfractaires, comme si sa vie en dépendait. Et celui qui ose promener son chien sans laisse devient celui sur qui on peut gueuler, déverser tout son venin, car c’est un hors-la-loi ! Quand on se promène avec un chien sans laisse, et que l’on croise l’une de ces personnes choquées par la chose, on en viendrait presque à croire qu’on est un truand, que l’on a commis la pire faute !

Mais que se passe-t-il donc dans la tête de ces propriétaires de chiens ? Est-ce une gêne liée au fait que leur propre chien est, lui, tenu en laisse? Est-ce une peur des chiens totalement inconsidérée, puisqu’ils ont eux-mêmes un chien ? Est-ce une excuse inavouée pour se donner un pouvoir sur autrui ? Ou encore un plaisir malsain d’avoir sous la main une proie idéale sur qui déverser une hargne liée à un mal-être ? Quoiqu’il en soit, ces réactions deviennent terribles, mais surtout terriblement démesurées ! Car quel est réellement le problème de croiser un chien sans laisse ?

 

Contacts sociaux

Que risque-t-on ? Au mieux que le chien en liberté aille saluer son pauvre copain attaché. Oui, et alors ? C’est bien, non ? Nous offrons ainsi à nos compagnons canins l’opportunité d’avoir un contact social, tellement nécessaire à leur bien-être ! Au pire ce sont deux mâles un tant soit peu dominants qui vont avoir une petite friction hiérarchique. Oui, et alors ? De quoi ont donc peur ces gens ? Que les chiens s’entretuent ? Mais c’est leur faire preuve du plus profond irrespect que d’ainsi manquer de confiance quant à leur capacité à communiquer. Rappelons-le : un chien est un chien, pas un humain à poils. Il est donc capable de communiquer correctement avec un autre chien ! Nous devons leur faire confiance quant à cette capacité d’avoir des contacts sociaux avec leurs congénères. Et même s’ils grognent, aboient l’un sur l’autre voire essaient de se mordre, c’est qu’ils ont leurs raisons ! Bien sûr on n’aime pas voir son chien se faire mordre ou mordre un autre. Rien n’empêche dès lors de mettre un terme à une relation qui tourne mal. Mais cela ne doit pas nous pousser à éviter toutes les relations, tous les contacts sociaux. Car, sachons-le bien : un chien a besoin d’avoir des contacts sociaux avec ses congénères. Et pas seulement des contacts indirects. Pas seulement des contacts visuels non plus. De vrais contacts : visuels, tactiles et olfactifs ! Besoin de se toucher, de se renifler et d’avoir une interaction.

 

Meute en liberté.jpg

 

Perte des capacités sociales

Ce qu’il est important de savoir aussi, c’est que plus on empêche son chien d’avoir des contacts sociaux avec les autres, plus on le rend inapte à ces contacts sociaux. En d’autres termes, il risque de perdre petit-à-petit cette capacité à communiquer correctement. Le chihuahua ou le yorkshire de la vieille dame qui se trouve happé dans ses bras dès qu’elle croise un autre chien, par exemple, deviendra bien vite hargneux à la simple vue d’un autre chien. Et pour cause : en réagissant de la sorte à chaque fois qu’il voit un autre chien, le maître apprend à son propre chien qu’il faut se méfier des autres. Il lui transmet son stress et ses émotions négatives en général. Le chien en conclut que son maître le protège des autres parce que les autres sont méchants. Et très vite le pauvre toutou en vient à détester tous ses compagnons canins et à perdre donc totalement la possibilité d’avoir de bons contacts sociaux avec ses congénères, pourtant essentiels à son équilibre mental et à son bien-être. En plus de punir l’autre chien qui arrive innocemment dans l’espoir de saluer un copain, la vieille dame punira également son chien, et le rendra de plus en plus inapte à communiquer correctement avec ses congénères.

 

Permis d’obtention d’un chien

Et ces gens de vous dire, lorsque vous les croisez avec votre gentil toutou : « Tenez votre chien en laisse, car le mien est méchant ! ». Et l’envie de répondre : «Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi il est devenu ‘méchant’ ? ». Car un chien n’est pas méchant par nature, bon sang ! Il le devient si on fait tout ce qu’il faut pour ça ! Dans ces cas-là, en ma qualité de comportementaliste, j'ai parfois envie de ne pas rappeler mon chien, de le laisser aller vers le chihuahua agressif, afin de permettre à celui-ci d’avoir malgré tout un contact social, et de permettre au mien de rappeler au chihuahua que non, tous ses congénères ne sont pas à craindre ou à agresser. Mais bon... confrontation, cris et injures. Alors on passe son chemin, frustré, en se disant : «  encore quelqu’un qui a un chien mais qui n’a rien compris aux chiens… et encore un pauvre toutou victime de son maître ! ». Et on continue de regretter que la Belgique ne prenne pas exemple sur la Suisse en imposant aux propriétaires et futurs propriétaires de chiens de passer un permis, constitué de cours sur l’éducation, le comportement et la psychologie du chien, afin d’être jugé apte à posséder un chien !

 

 

- Remerciements à l'équipe de The dog nanny pour les crédits photographiques -

- Article rédigé par Julie Willems et protégé par le droit d'auteur - Juin 2013 -

Imprimer Catégories : Comportement

Commentaires