• Ce chien, type Husky a été vu ce 30 mars 2016 à Houdeng-Aimeries (Hainaut). Le reconnaissez-vous?

    2382326757.JPG

    VU(E) chien type Husky à HOUDENG-AIMERIES.
    30/03/16 ~ 10h30.

    Secteur : Chaussée de Braquegnies – près du moulin Collet.
    Pelage beige et blanc – Il était en compagnie d'un autre chien type Husky au pelage blanc.

  • Toby est un adorable berger australien né avec 2 museaux qui a été sauvé in extremis de l’euthanasie par son nouveau propriétaire.

    Capture.JPG

    Dans les rues de Fresno en Californie, ce berger australien a été recueilli en septembre 2014 par un chenil après avoir été abandonné par ses maîtres. Né avec deux museaux, Toby le chien ne trouvait pas de familles malgré son caractère adorable et sa particularité incroyable, il était donc destiné à l’euthanasie.

    C’est sans compter sur Todd Ray, un producteur de musique connu également pour le grand nombre d’animaux malformés qu’il possède, qui a adopté sans hésitation le jeune Toby.

    Capture2.JPG

  • Ce chien a été trouvé ce lundi 28 mars 2016 sur la Grand'Route à Oreye (Liège). Le reconnaissez-vous?

    Capture.JPG

    Ce chien a été trouvé ce lundi 28 mars 2016 sur la Grand'Route à Oreye. Il est non pucé.

    Il se trouve actuellement chez le vétérinaire Leys à Oreye.

  • Ringo, ce Chihuahua a disparu depuis le 24 mars 2016 de Péronnes-lez-Binche (Binche/Hainaut). Avis de recherche.

    Capture.JPG

    PERDU" Ringo" chien Chihuahua à PERONNE LES BINCHES
    24/03/16 ~ 19h00 et 22h00

    Secteur: Rue Albert Elisabeth
    Il est pucé , castré. Il porte un collier tressé en nylon de couleur marron et beige. Plainte sera déposé car le chien était à l’intérieur de la maison.

    Contact : 0495 100 117 ou 0495 62 42 69
    https://www.facebook.com/profile.php?id=100009326636519

     

     

  • "Khalée", ce chien Husky a disparu le 23 mars 2016 de Corswarem (Liège). Avis de recherche.

    n-FRITE-large570.jpg

    PERDUE "Khalee" chienne Husky à CORSWAREM
    23/03/16

    Elle est pucée et âgée de 4 mois.

  • Yuna, ce chat blanc a disparu le 21 mars 2016 à Houdeng Aimeries (Hainaut). Avis de recherche.

    n-FRITE-large570.jpg

    PERDUE " Yuna" chatte blanche et noir à HOUDENG AIMERIES.
    21/03/16.

    Secteur: Rue Sainte Barbe.
    Elle n'est pas pucée .

  • Ce Berger Malinois a disparu le 21 mars 2016 à Aywaille (Liège). Avis de recherche.

    n-FRITE-large570.jpg

    PERDUE chienne Berger Malinois à AYWAILLE
    21/03/16

    Secteur : Trou du Bosson
    Elle est pucée et âgée d'1 an et demi.

  • Ce Jack Russel a été retrouvé le 10 mars 2016 près de la Citadelle de Liège. Le reconnaissez-vous?

    n-FRITE-large570.jpg

    Chien retrouvé près de la Citadelle le 10 mars 2016 Il est non pucé !

    Contact: ICI

  • Spiennes: Une chienne retrouvée deux ans et demi après sa fugue !

    Capture36.JPGMarceau, un adolescent de 15 ans, n’en revenait pas ce jeudi quand il a appris que sa chienne avait été retrouvée. Kaya, un jeune border collie, avait pourtant fugué il y a deux ans et demi. Marceau et sa famille avaient fait des recherches, collé des affiches mais Kaya était restée introuvable.
    Mais voilà que ce jeudi, Christophe Brootcorne, le papa de Marceau, reçoit un appel d’une dame l’informant qu’elle a retrouvé sa chienne dans le bois de Beaumont ! « Au début, je n’y ai pas cru. La dame avait cependant obtenu mes coordonnées grâce à la puce de Kaya… C’était donc bien elle ! », raconte le père de famille.
     
    Mais comment le border collie s’est-il retrouvé à Beaumont plus de deux ans après sa fugue ? Christophe Brootcorne a sa petite idée : « Kaya est tellement adorable qu’elle a dû être recueillie par une autre famille. Elle n’a pas souffert, ça se voit. Elle est encore plus grosse qu’avant. Elle n’a donc pas dû vivre deux ans seule dans les bois ! Ces derniers jours, elle a sûrement fugué de sa nouvelle famille. Et grâce à sa puce, un vétérinaire a su nous retrouver ».
     
    « Peur de personne »
    Christophe et son fils ont fait le déplacement jusqu’à Beaumont dès qu’ils ont été avertis : « Mon garçon était très heureux. Il n’en croyait pas ses yeux ». Le père de famille ne sait cependant pas si Kaya les a reconnus : « C’est une chienne qui n’a pas peur des personnes. Elle est donc directement venue vers nous en secouant la queue et en demandant des caresses. Mais elle n’a vécu que la moitié de sa vie avec nous. Je ne suis vraiment pas sûr qu’elle nous ait reconnus ».

  • Fusillades à Forest (Bruxelles): un chien envoyé en éclaireur avec une caméra dans le terrain vague où était caché un suspect.

    164195091_B978128217Z.1_20160316095033_000_GVU6DBU5H.1-0.jpgAu cours du siège de la rue du Dries, à Forest, les téléspectateurs ont pu constater la présence de chiens policiers. L’un d’eux a été envoyé en première ligne dans un terrain vague où un suspect s’était retranché. Son rôle : aider les forces spéciales à préparer l’assaut. Un travail capital !

    C’est l’une des images fortes des incidents de Forest. Alors qu’un homme toujours retranché dans l’habitation où a eu lieu la fusillade, un second est retranché dans un terrain vague proche de l’habitation. Pour le localiser plus précisément, un chien policier muni d’une caméra est envoyé dans ce terrain vague. Le chien a dû rebrousser chemin sous les coups de feu de l’homme retranché.

    Un animal rodé à l’exercice. Sa mission : il doit prendre le plus d’images possible, en entrant lentement dans les pièces ou les zones suspectes, en effectuant des tours sur lui-même, pour permettre aux policiers qui reçoivent les images en direct transmises par une petite caméra, d’évaluer le danger, d’estimer ce qu’il se passe et de mettre au point un protocole avant de donner un éventuel assaut. L’animal n’a pas de gilet pare-balles. Il risque donc sa vie dans l’opération. D’ailleurs, à Forest, il a dû rebrousser chemin car le suspect lui tirait dessus.

    Ils risquent leur vie

    Ces « chiens-caméra », on les voit peu, mais leur travail est primordial. Ce sont notamment eux qu’on descend en rappel, dans certaines catastrophes naturelles, dans les puits, etc., pour servir d’éclaireurs et permettre de voir les lieux, de voir comment se portent les éventuelles victimes, l’arsenal dont disposent des personnes lors d’un fort Chabrol… « C’est un bon moyen de savoir ce qui se passe à l’intérieur, sans risquer de vie humaine », nous explique un policier.

    Ce chien fait partie des 120 chiens qui travaillent au sein de la police fédérale. Des bergers malinois pour la plupart, mais aussi des springer spaniels et des border collies. Des animaux considérés comme des « choses », puisqu’ils n’ont pas de statut particulier au sein de la police.

    Leur sélection est stricte, leur entraînement aussi. Un chien peut travailler en moyenne une dizaine d’années. Ils sont habitués à intervenir dans des situations d’urgence et reçoivent des récompenses, mais pas en nourriture. D’ailleurs, ils ne se nourrissent que de croquettes et de nourriture premium. Chez nous, un seul chien est mort en service. C’était Baika, une femelle berger allemand de 6 ans, qui avait contracté une infection lors d’une perquisition dans le cadre d’une enquête pour stupéfiants.