Liège: le chat d’un couple de Sur-les-Bois retrouvé avec le derrière entièrement rasé!

854+.JPGMichaël et Doris Bedoin n’en n’ont pas cru leurs yeux quand leur chatte de 7 ans est rentrée d’une nuit passée à l’extérieur avec la moitié du corps rasé à la tondeuse. Ils soupçonnent l’auteur d’avoir voulu vérifier la stérilisation de leur animal.  

Bella est une chatte de gouttière habituée à son petit confort dans cette maison qui abrite 4 chats et autant de chiens. Des animaux aux petits oignons rue Emile Delcourt à Sur-les-Bois (Saint-Georges). « J’ai toujours eu des animaux, petite j’avais 6 Terre-Neuve à la maison » confie Doris, 37 ans, propriétaire de Bella. Avec Michaël, 37 ans également, ils sont parents de deux filles : « Anaïs et Chloé adorent leurs animaux, ils font parties intégrante de la famille » souligne le papa. Malheureusement cette boule de poils « écaille de tortue » a passé un week-end assez mouvementé : « Elle est sortie vendredi soir, généralement elle rentre pour dormir mais là elle n’est pas revenue avant samedi matin et quand on l’a vue on était sous le choc » déplore la jeune dame, les larmes aux yeux.
 
La moitié du corps rasé, le chat a apparemment été brutalisé : « Elle était catatonique, elle ne bougeait pas, en regardant de plus près, non seulement tout l’arrière-train était rasé mais en plus ça avait été fait à la barbare, elle avait des plaies à certains endroits » s’indigne le père de famille. Une torture que le couple met sur le compte d’une vérification de stérilisation : « La personne qui a fait ça voulait probablement vérifier s’il y avait des traces d’opération, il y a une véritable chasse aux sorcières dans le quartier depuis quelque temps » souligne la propriétaire du matou. Elle continue : « Bella est apprivoisée, elle est gentille mais pour lui faire ça, il a fallu qu’on l’attrape et qu’on la drogue car elle est généralement méfiante ». Si vérification d’opération il y a eu, elle ne voit pas pourquoi : « Seuls les chats errants peuvent êtres attrapés et stérilisés mais notre Bella, on voit bien qu’elle n’a rien d’un chat des rues » ne décolère pas Doris. « Personne ne doit faire justice soi-même, qu’aurait-on fait à Bella si elle n’avait pas été stérilisée ? » se demande Doris. Dans la commune de Saint-Georges, la convention de stérilisation des chats errants n’a pas été signée, de ce fait, seuls les organismes reconnus peuvent attraper ces chats. « On sait qu’il ne s’agit pas d’un organisme, ils ont d’autres méthodes. Beaucoup diront qu’elle n’a pas été maltraitée… Nous, on sait que depuis, elle ne va pas bien » conclut le couple qui ajoute : « On veut surtout dire à cette personne que ce n’est pas la bonne méthode ». Une plainte a été déposée au bureau de Police Meuse-Hesbaye, le cas ne serait pas isolé.

Imprimer Catégories : Faits divers

Commentaires