• Les aliments dangereux pour votre chien. Voici toutes les explications!

    Capture.JPGSi les chiens peuvent manger à peu près de tout, il existe des aliments à ne jamais leur donner, car mettant leur santé, voire leur vie, en péril.

    L’alimentation de votre chien ne doit certainement pas être prise à la légère. Elle doit être adaptée à sa race ou son type, à sa taille et sa situation particulière (femelle en gestation ou allaitante, chien en surpoids ou qui suit un traitement…). Dans tous les cas, il y a un certain nombre d’aliments à ne surtout pas lui donner. Dangereux pour sa santé, certains peuvent même être mortels. Quelques-uns de cette liste de 12 aliments à proscrire pour votre chien vont même peut-être vous surprendre.

    Le chocolat et la caféine

    Vous aviez l’habitude de donner un carré de chocolat à votre chien parce qu’il vous faisait les yeux doux ? Voilà un geste qui part certainement d’une bonne intention, mais qui peut lui être fatal.

    Le chocolat est, en effet, un véritable poison pour nos amis à 4 pattes. En cause, la théobromine qu’il contient et qui est très mauvaise pour l’activité cardiaque du chien. Troubles digestifs (vomissements, diarrhée), hyperactivité et battements cardiaques irréguliers peuvent être provoqués par la consommation de chocolat par le chien, qui peut même en mourir.

    Il en est de même pour la caféine, car cette dernière sollicite excessivement les systèmes nerveux central et cardiaque.

    Les os cuits et les petits os

    C’est bien connu, nos toutous adorent passer des heures à mâcher un os. Seulement, vous ne devez pas donner n’importe lequel au vôtre. Les petits os, ceux de poulet par exemple, sont dangereux. Les os cuits en général le sont aussi pour la même raison : des débris peuvent s’en détacher, provoquant des lésions dans les parois du système digestif du chien, l’étouffant ou restant coincés dans sa gueule.

    Le blanc d’œuf

    Contrairement au jaune d’œuf, qui peut être donné au chien, le blanc, lui est à proscrire. Il contient une protéine appelée avidine qui, en se fixant à la vitamine B8, altère son assimilation par l’organisme et provoque ainsi une carence grave. La vitamine B8, ou biotine, est indispensable quant au métabolisme des protéines et des graisses.

    La pomme de terre crue

    Cuite, la pomme de terre peut tout à fait être consommée par votre chien. Ce n’est pas le cas de la patate crue, qui est toxique, car elle contient de l’oxalate de calcium. Ce cristal ionique insoluble est susceptible de s’attaquer à son appareil urinaire.

    L’avocat

    La chair d’avocat est toxique pour les chiens. Consommée par ces derniers, elle peut provoquer des troubles digestifs importants : douleurs, vomissements, diarrhées, perte d’appétit. Elle peut également occasionner une pancréatite (inflammation du pancréas) et des troubles cardio-vasculaires donnant lieu à des œdèmes ou des épanchements.

    Le lait de vache

    C’est le lactose contenu dans le lait de vache qui est mis en cause. Comme certains êtres humains, les chiens sont intolérants à ce lactose, qui peut provoquer chez eux des vomissements et des diarrhées. Paradoxalement, les chiots sont mieux protégés face à ce glucide, car leur organisme abrite une enzyme appelée lactase et qui en facilite la digestion.

    Le thon en boîte

    Le thon proposé en conserve contient beaucoup de sel. Consommé par le chien, il peut endommager ses reins et favoriser des troubles cardiaques.

    Les oignons

    Les oignons, mais aussi ses cousins du genre Allium que sont l’ail et le poireau, renferment des composés soufrés susceptibles de détruire les globules rouges. Résultat : le transport de l’oxygène dans le sang est altéré.
    Ces aliments ne doivent donc pas être donnés à votre chien, qu’ils soient crus ou cuits.

    Les raisins

    Qu’il s’agisse des fruits frais ou secs, les raisins font également partie des aliments dangereux pour le chien.

    Ils présentent une toxicité pour son organisme, notamment pour ses reins. A ce jour, on n’a pas encore identifié avec précision le principe toxique incriminé. En revanche, on sait que 4 grammes de raisin sec par kilo (du poids de l’animal) sont suffisants pour provoquer la mort d’un chien. Il en est de même pour 20 grammes de raisin frais par kilo.

    Les charcuteries

    Les matières grasses, les conservateurs et le sel présents en masse dans les viandes salées, jambons et autres produits de charcuterie sont dangereux pour la santé de votre chien. L’excès de sel peut, en effet, dérégler ses besoins en eau et favoriser la formation de gaz digestifs importants, sources de douleurs et parfois susceptibles de provoquer la mort.

    Les champignons

    Certaines espèces de champignons sauvages peuvent nous intoxiquer. Il en est de même pour nos amis chiens, qui sont tout aussi vulnérables face à ce type de danger. Le foie et le système nerveux de l’animal peuvent être attaqués après en avoir consommé.

    L’alcool

    Il suffit d’un tout petit peu d’alcool pour altérer l’état de votre chien et son comportement. A dose élevée, il peut provoquer des perturbations importantes au niveau de son système nerveux central et ses fonctions cardiaques. Ce qui peut aboutir au décès de l’animal.

    (infos de www.chien.fr)

  • La solidarité s'organise pour rendre hommage à Aslan, un chien enterré vivant: son propriétaire va être poursuivi par la justice!

    Capture6.JPGCet épagneul breton avait été retrouvé, enterré vivant sous de la terre et des bûches de bois à Turquant, au nord-ouest de la France, mais n’a pas survécu malgré les premiers soins prodigués par une association de défenseurs des animaux.

    Le 11 décembre dernier, vers 7h du matin, un promeneur a entendu des jappements provenant d’un chien dans un jardin de la commune de Turquant, non loin d’Angers, au nord-ouest de la France. Comme le rapportent nos confrères de 20 Minutes, ce chien n’était en fait pas dans le jardin mais enterré sous terre ! Le promeneur a réussi à déterrer l’animal, qui se trouvait sous une couche de terre, recouvert d’une tôle et de bûches de bois.

    L’animal a été transporté d’urgence chez un vétérinaire de garde et malgré son état grave, grâce à l’association de défense des animaux Droits de Vivre, l’épagneul breton, très faible, a pu recevoir les premiers soins. Mais après deux jours et demi de surveillance médicale, la décision a finalement été prise de l’euthanasier, vu sa trop grande souffrance.

    L’association Droits de Vivre continue toutefois son combat pour Aslan. Une pétition qui a recueilli plus de 38.000 signatures a ainsi été proposée sur Internet et un appel au rassemblement a été lancé pour ce dimanche à Turquant, sur la place de la commune française. L’organisation réclame « justice » et dénonce « l’acte de cruauté » dont a été victime le chien.

    Le propriétaire de l’animal a été retrouvé depuis lors, alors que l’association Droits de Vivre a porté plainte contre l’auteur des faits. L’homme de 44 ans a reconnu avoir enterré son chien, expliquant qu’il pensait que son épagneul était mort. Il va être poursuivi pour « sévices et cruauté envers un animal domestique », et risque jusqu’à 30.000 euros d’amende et deux ans d’emprisonnement.

     

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Lucky, ce chien a disparu depuis plusieurs jours de Bassenge (Liège). Merci de partager !

    Capture.JPG

    Lucky n'a toujours pas été retrouvé malgré les aides bienveillantes de certaines personnes !
    Il a été vu ce lundi 16/01/2017 vers 12h à Bassenge (Liège) près du petit Lourdes et à plusieurs autres endroits dans Bassenge.
    Mardi 17/01 : vu plusieurs fois à Bassenge
    Mercredi 18/01 : aucunes nouvelles pour le moment


    Donc svp partagez, toutes les personnes qui viennent de Bassenge, d'Houtain Saint-Siméon, de Wonck, de Glons, de Slins, ect ect ect partagez svp
    Il est gentil comme une crème !
    Si vous l'apercevez vous pouvez me contacter au 0495898937
    Merci d'avance

  • Une « taxe refuge » à l’achat d’un chien! C’est l’un des projets sur la table du ministre Carlo Di Antonio.

    Capture.JPGLe ministre wallon du bien-être animal veut revoir les règles en matière d’élevage et de commerce de chiens en Wallonie. Parmi les propositions : limiter les grossesses pour les chiennes et éviter ainsi les « usines à chiots », imposer un agrément aux éleveurs particuliers dès la première portée, mais aussi créer une cotisation que paieraient les nouveaux propriétaires, et qui permettrait de financer les refuges d’animaux abandonnés.  

    En 2018, le ministre wallon Carlo Di Antonio, présentera son code wallon du bien-être animal. Un paquet de réformes pour adapter la loi de 1986 aux réalités actuelles. Parmi ces réformes, il y aura celle de l’élevage et du commerce de chiens en Wallonie. Carlo Di Antonio et son équipe ont soumis leur projet à l’avis du Conseil wallon du Bien-être animal, et ce dernier vient de rendre son rapport sur les différentes mesures.
    « Notre volonté est ainsi d’organiser l’élevage autour de gens sérieux, avec des agréments plus forts que ceux existants, même pour les éleveurs amateurs qui produisent tout de même des chiens à grande fréquence », explique Carlo Di Antonio.
     
    Le Ministre souhaite ainsi que chaque éleveur, même particulier, demande un numéro d’agrément et se déclare dès la première portée. Actuellement, aucun agrément n’est requis avec moins de trois portées par an. Le Conseil Wallon irait encore plus loin, en s’assurant que chaque chiot de sept semaines soit identifié et pucé.
     
    Les femelles verraient également le nombre de portées réduit : une fois par an, ou deux tous les deux ans. « Là, nous réfléchissons encore à la formule », souligne Carlo Di Antonio, qui entend aussi limiter le nombre de femelles reproductrices par élevage, pour mettre fin aux « usines à chiots ».
    Les éleveurs ne pourraient plus non plus multiplier les races commercialisées chez eux : elles seraient limitées en fonction du nombre de races élevées par l’éleveur lui-même. Plus question donc de vendre dix races différentes, de chiots achetés ailleurs, si on n’élève que des bouledogues… Et les commerçants ne pourraient plus vendre que 10 % de chiens venant d’autres élevages.
     
    LES éleveurs furax
    Une mesure qui fait grincer des dents Léonard Monami, président d'Andibel (fédération des commerçants d'oiseaux, d'animaux de compagnie et accessoires). « Si ça entre en vigueur, on peut arrêter notre commerce et licencier notre personnel. Moi je vends 800 chiens par an, alors que j’en élève 100. C’est la mort du secteur ».
     
    L’acheteur serait mieux protégé : la garantie actuelle, de 10 jours, passerait à 30 jours pour une série de maladies.
     
    Mais l’acheteur aurait aussi des devoirs. Carlo Di Antonio envisage une taxe, appliquée lors de la vente d’un chien ou d’un chat (les animaux les plus recueillis en refuges NdlR), qui serait versée par l’acheteur à un fonds, alimentant les refuges. « Sur 10 chiens achetés, au moins un finit dans un refuge, et ces endroits ne sont financés que par les dons. Il serait normal que, lorsqu’on achète un animal, on pense à celui qui va être abandonné via cette cotisation » . Quel en sera le montant ? Rien n’est fixé. Mais le Conseil wallon du Bien-être animal y est en tout cas favorable, et estime qu’elle doit aussi toucher les chiots achetés dans d’autres régions du pays, ou à l’étranger.
     
    Enfin, il y aurait un « quota » maximal de chiens pouvant être détenus par un ménage. « Il y a des cas extrêmes. Parfois, on découvre dans une maison modeste, avec un petit jardin, 35 chiens. Ce n’est plus possible » , rappelle le Ministre. Le code wallon du bien-être fixerait donc un maxima. « Et ceux qui souhaitent dépasser cette norme, devraient en faire la déclaration et demander une autorisation. Un petit contrôle permettrait alors de vérifier si la personne dispose des infrastructures adéquates pour un tel nombre de chiens », note le ministre.
     
    Si tous les indicateurs sont au vert, le code wallon du bien-être animal pourrait être présenté dans le courant de l’année prochaine, et être mis en application d’ici mi-2018.

    Imprimer Catégories : Refuge
  • Liège: la pétition pour Bruni au ministre Di Antonio.

    Capture.JPGVous êtes nombreux, Brigitte Bardot dans l’âme, amoureux des animaux, poings levés, sensibilisés à leur bien-être ou simplement touchés par la triste histoire de Bruni, à suivre l’affaire de ce labrador hutois, depuis près de deux ans.
     
    Ce mercredi marquera le quasi point final à l’affaire de ce chien retrouvé famélique, abandonné par son propriétaire dans une cour du centre-ville de Huy. Car c’est demain que se déroulera la citation directe à comparaître devant le tribunal correctionnel du propriétaire de Bruni, celui qui l’avait laissé dehors durant plus d’une année, alors qu’il avait changé de logement.
     
    Mais avant de se rendre au palais de justice et d’y mener un combat silencieux, Jean-Michel Stasse, le président de l’ASBL Wolf’eyes, qui a sauvé puis soigné le chien (qu’il a malheureusement fallu euthanasier), se rendra, ce mardi 13 heures, au cabinet du ministre Carlo Di Antonio, en charge du bien-être animal. « J’y serai afin de lui remettre toutes les pétitions que nous avons récoltées », indique le président sur sa page Facebook. Celui-ci ajoute encore : « Merci à vous pour votre mobilisation. Je pense qu’en 15 jours nous avons réussi notre pari de récolter 5.000 signatures. » Sans compter que la pétition en ligne sur la toile rassemble près de 2.800 signatures, ce lundi soir.
     
    Au travers de toute cette action, Jean-Michel Stasse veut sauver la mémoire de Bruni mais aussi qu’il serve de symbole de lutte contre la maltraitance animale en Belgique ou, du moins, la négligence. Si le parquet de Huy avait précédemment décidé de classer le dossier sans suite, l’association a toujours voulu se battre, malgré les faibles moyens financiers dont elle dispose. C’est aussi en faisant appel à la solidarité que Jean-Michel Stasse a pu poursuivre son combat et il compte, encore, sur le soutien des gens.
     
    Ce jour-là, Jean-Michel Stasse souhaite qu’un maximum de personnes et de défenseurs de la cause animale soient présents. Un regroupement silencieux mais qu’il veut percutant, afin de faire prendre conscience à la justice que « des personnes qui font preuve de maltraitance ou d’une si grande négligence envers un animal doivent être condamnées ». E d’ajouter : « Venez ce mercredi 18 janvier vers 8 heures avec une photo de Bruni au format que vous désirez, devant le palais de justice de Huy. Cela se déroulera dans le silence, car contrairement à son tortionnaire, nous, sommes des gens civilisés. »

    Imprimer Catégories : Pétition
  • Hannut : un chiot chihuahua volé à l’animalerie!

    Capture.JPGUn nouveau vol a été perpétré au sein du commerce « Au Petit Élevage », rue de Landen à Hannut. Un chiot chihuahua a été emporté par des malfrats, ce samedi. Ce n’est malheureusement pas la première fois qu’un tel constat est fait dans l’animalerie, souvent la cible de voleurs.  

    Triste nouvelle pour le commerce « Au Petit Élevage », le magasin animalier de la route de Landen, à Hannut. Ce samedi, les gérants ont encore été victimes d’un vol.
    Il était aux alentours de 16h40 quand cinq personnes sont entrées dans l’établissement. Ils se sont dirigés vers le chenil et ont fait mine de s’intéresser aux animaux jusqu’à ce que quatre d’entre eux finissent par encercler une cage. Le cinquième larron était alors occupé à « manipuler » l’abri.
    Ils ont ensuite quitté les lieux mais les propriétaires n’ont pu que remarquer la disparition d’un chiot chihuahua. Selon la zone de police Hesbaye Ouest, qui a constaté ce vol, l’animal était né à la fin du mois d’octobre. Sa valeur est estimée entre 500 et 1.000 euros.
     
    Contactée par nos soins, la patronne n’a pas souhaité s’exprimer sur cette affaire. Car ce n’est malheureusement pas la première fois que l’animalerie est la cible de malfrats. Plusieurs vols de chiens (surtout de chiots) ont été constatés ces dernières années.
    En août 2010, de potentiels clients du magasin étaient déjà parvenus à voler un chiot chihuahua d’une valeur de 900 euros. Les auteurs des faits étaient parvenus à le faire sortir par le trou dans lequel ont fait passer la gamelle. Ils l’avaient ensuite caché dans un sac à main !
    Quelques mois plus tard, en octobre, c’est sans aucun scrupule qu’un petit bulldog anglais avait été dérobé. Un homme était entré dans le commerce.
    Tandis que trois complices qui le suivaient (une femme et deux enfants) discutaient avec un responsable du magasin, l’homme a dérobé le toutou. Il s’agissait du chien le plus cher du magasin : d’une valeur de 1.150 euros.
     
    filmés par les caméras
    Les caméras de surveillance, placées aux quatre coins du magasin, avaient pu révéler le modus operandi des malfrats.
    En février 2013, c’est un chiot yorkshire, âgé de 9 semaines, d’une valeur de 550 euros, qui avait été volé. Cette fois, ce sont trois personnes, dont deux enfants, qui étaient entrées dans le magasin. Un homme d’une trentaine d’années s’était faufilé dans une pièce interdite au public. « Il est passé par l’arrière tandis que les enfants faisaient le guet à l’avant. Le chiot a été caché sous un pull », avait confié la gérante, à l’époque des faits.
    Il n’est pas rare de constater que des chiots, surtout de race chihuahua, soient la cible de voleurs. Ils sont régulièrement destinés à la revente sur le marché noir.
    Dans un de nos précédents articles, le gérant de l’animalerie ne manquait pas de rappeler que chaque chien volé est toutefois renseigné auprès de l’association belge d’identification et d’enregistrement canins (Abiec). Pensez donc à faire vérifier la puce de votre chien lors de son achat auprès d’un vétérinaire !

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Répugnant, elle s’amuse à jeter son chien contre le mur (vidéo)

    15895213_1281407705239583_3398978600397033231_n.jpgDans la vidéo qu’elle a mise en ligne sur le web, l’adolescente donne un bisou à son chiot, puis elle explique qu’elle va s’amuser avec lui. Le terme maltraiter correspond mieux à la réalité.

    Celle qui se présente comme Esmeralda Gongora de Mexico saisit le chien tout en souriant à la caméra qui la filme. A plusieurs reprises, elle jette l’animal en l’air tout en le faisant tournoyer. La pauvre bête heurte le mur. Sa jeune maîtresse la frappe également. La vidéo a été reprise par un site de pétition en ligne afin de poursuivre l’auteur des faits. Toutes les informations ici.

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Ce croisé Jack Russel a disparu depuis le 2 janvier 2017 de Saint-Nicolas. Avis de recherche.

    369.JPG

    Croisé Jack Russel , femelle, blanc et brun, poil long
    Age : 4 ans
    Perdue le 02/01/2017 à 4420 Saint Nicolas - Rue des Bons Buveurs
    Nom : Lula
     
    Propriétaire :
    Jacobs Irina
    Rue des bons buveurs 31   - 4420 Saint Nicolas
    Tél. : 0492.938.835
    E-mail : Irina.2001@live.fr
  • Ce Chihuahua a disparu depuis le 1er janvier 2017 à Liège (Outremeuse). Avis de recherche.

    369.JPG

    Chihuahua, mâle, brun clair, poil mi-long
    Age : 25/05/2006
    Perdu le 01/01/2017 à 4000 Devant La Caserne Des Pompiers 4000 Liège
    Nom : Fidji
    Puce : 967 . 000 . 000 . 918 . 443
    Signes particuliers : œil gauche plus petit
     
    Propriétaire :
    Walpot Francine
    Rue de Campine 82/42 82/42   - 4000 Liège
    Tél. : 0471.692.108
    E-mail : francine_walpot@hotmail.com