Un chien pour les malades d’Alzheimer. Aston, issu d’une ASBL verlainoise, apporte du confort de vie à Benoît.

52.JPG

L’utilisation des chiens d’assistances ou chiens d’alerte pour les personnes atteintes d’Alzheimer est minime voir inexistante en Belgique. Aston, un Golden Retriever de 4,5 ans issu de l’ASBL MILA à Verlaine, est l’un des rares chiens de Belgique à le faire. Il vit aux côtés de Benoît Iweins d’Eeschout, un sexagénaire atteint d’Alzheimer. La présence d’Aston semble avoir des effets bénéfiques sur sa maladie. Explications...

La maladie d’Alzheimer reste, aujourd’hui encore, mystérieuse et incurable.
Mais malgré tout, il existe certaines thérapies qui semblent améliorer le quotidien de ces personnes.
Benoît Iweins d’Eeschout, un sexagénaire originaire de Wavre atteint d’Alzheimer, vit depuis plusieurs années en compagnie d’Aston. Ce Golden Retriever a été placé par l’ASBL MILA (Mobilité Intégration Liberté Autonomie) de Verlaine. Une association de familles d’accueil de chiens d’assistance et d’alerte formés au handicap.
 
« Benoît revivait »
« Aston était à la base formé pour les personnes diabétiques. Mais une fois dans une foule, il était désorienté. Ce qui lui convenait en réalité, c’était d’être dans une pièce avec une seule personne. Puis par le plus grand des hasards, en 2015, la famille de Benoît nous a demandés s’il était possible qu’on leur donne un chien pour Benoît, atteint d’Alzheimer », explique le président de l’ASBL Gaël de Miomandre. « Aston convenait parfaitement. »
 
Le hasard fait parfois bien les choses. En plus d’égayer son quotidien, la présence d’Aston semble avoir des effets bénéfiques sur Benoît. « Après seulement 4 jours, nous avions l’impression que Benoît revivait, nous ne savions même plus depuis combien d’années nous ne l’avions plus vu aussi heureux. Ça fait tellement plaisir à voir. Il court, il rit, joue avec Aston, se roule dans l’herbe comme un enfant, le caresse à longueur de journée ce qui à comme conséquence que pendant tout ce temps-là, il oublie qu’il oublie ! Du coup il est beaucoup moins frustré et il est aussi ravi d’avoir enfin une responsabilité, il se sent utile ce qui limite aussi beaucoup sa frustration ! C’est vraiment un superbe cadeau pour lui et pour nous de le voir si heureux », explique Sophie, la fille de Benoît.
 
Une réelle bouffée d’oxygène pour la famille. « L’autre jour, papa a voulu partir mais Aston l’a rattrapé avant qu’il ne sorte et du coup il est resté avec Aston dans le jardin au lieu de s’enfuir. Nous étions soulagés ! »
Que ce couple chien-maître fonctionne relève un peu de la chance et du hasard. Car il n’y a pas de formation à proprement parlée pour les chiens d’Alzheimer. « Tout ce qu’on demande à Aston, c’est d’être 24h sur 24h avec une personne. Et il le fait très bien. Mais attention, Aston ne va pas améliorer l’état de santé, ni n’aura aucun effet sur la maladie. Il apporte du confort. C’est comparable à un chien de famille. Par contre, il permet de recréer des liens de responsabilisation », précise Gaël. Depuis la création de l’ASBL en 2014, Aston est l’unique chien « Alzheimer » de l’ASBL.

Commentaires