• Oreye (Liège): Elle décrypte le comportement de votre animal de compagnie. Une vétérinaire en parle à l’IDDUP le 19 avril 2018.

    6262.JPG

    L’attitude d’un chien ou d’un chat peut être comprise voire modifiée : c’est ce que propose Myriam Bolognin (37), vétérinaire comportementaliste. Cette passionnée par les animaux propose une conférence sur le sujet à Oreye le 19 avril.  

    Ce jeudi 19 avril à 18h, l’espace IDDUP d’Oreye accueillera Myriam Bolognin (37), diplômée de la faculté de médecine vétérinaire de Liège. Spécialisée dans le comportement des animaux, elle proposera une conférence sur le « décryptage du langage de son chien pour mieux le comprendre. »
    « Suite à un accident de voiture en 2010, j’ai eu des problèmes à la main droite », indique Myriam Bolognin. « Ne serait-ce que pour la chirurgie, ça devenait très compliqué. J’ai fait des stages à partir de 2015, mais j’étais toujours plus lente dans mes gestes qu’un vétérinaire. Or pour chien, être anesthésié pendant trop longtemps, ce n’est pas bon du tout. » Elle a alors réalisé des démarches pour devenir indépendante comportementaliste.
     
    6262.JPGConcrètement, Myriam Bolognin se déplace à domicile pour voir l’environnement des animaux, ainsi que la relation entre le chien et le maître. « Mes consultations durent une heure et demie, puis j’émets un diagnostic et propose des thérapies comportementales adaptées ou un traitement médicamenteux. »
     
    Elle observe alors l’attitude du chien. « Le plus souvent, on m’appelle pour un chien dominant, sur lequel les propriétaires ne savent pas comment rétablir leur emprise », développe-t-elle. « Parfois, ils sont également agressifs. » Pour les chats, les problèmes récurrents concernent une mauvaise entente avec un autre animal, dit-elle. Et selon cette vétérinaire comportementaliste, les animaux sont très malins. « Il m’arrive de voir des chiens simulateurs », évoque-t-elle. « Si les maîtres ont été aux petits soins avec un chien lorsque celui-ci boitait, il pourrait faire semblant de boiter par la suite pour obtenir la même attention. »
     
    Myriam Bolognin indique que généralement, une seule séance suffit. « J’effectue par après un suivi par téléphone », étaye-t-elle. « Si une thérapie médicamenteuse entre en place, alors je me rends à domicile une fois par moi. » Elle indique toujours avoir vécu entourée d’animaux. « J’ai toujours eu des chats, et par la suite j’ai adopté des Jack Russels qui ont vécu avec moi tout un temps. »
     
    Cette conférence aura lieu ce jeudi à 18h l’IDDUP situé au 173, rue des Combattants à Oreye. L’entrée revient à 25 euros.
    (J.G La Meuse du jour)