Burges: le propriétaire des chiens morts dans la voiture risque une amende de 16.000 €

Capture.JPGSamedi, trois chiens ont été libérés, par la police, d’une voiture stationnée sur le parking de l’hôpital AZ Sint-Jan, à Bruges. Les agents ont brisé une fenêtre. Malheureusement, deux des chiens, deux bouviers bernois, ont succombé. Le premier est mort immédiatement. « Les 5,5 heures passées dans le véhicule, sous des températures qui avoisinaient les 30 degrés, lui ont été fatales », expliquait Het Laatste Nieuws sur son site web.
 
L’autre bouvier bernois est mort après son sauvetage. Le troisième chien, un lhassa apso nommé « Leiko », a, lui, survécu.
 
Une petite ouverture
La propriétaire du chien s’est manifestée par la suite. Il s’agit de Louise (prénom d’emprunt), une habitante de Buissonville (Pr. de Namur). Nous sommes allées chez elle pour avoir des explications. Mais elle était toujours à Bruges.
 
Une amie, venue nourrir les quatre moutons de Louise, nous explique : « Elle est partie une semaine à Bruges. Mais comme elle fait de la dialyse tous les mardis, jeudis et samedis, elle se rendait à l’hôpital de Bruges. »
 
« Samedi, elle est arrivée au matin sur le parking. Elle avait garé sa voiture à l’ombre pour ses animaux et elle avait laissé les fenêtres ouvertes de quelques centimètres. Mais pour être honnête, elle avait oublié que le soleil allait tourner et allait arriver sur sa voiture. De plus, sa dialyse a pris plus de temps que prévu ».
 
L’amie tient à souligner que Louise est bien loin d’être une maîtresse irresponsable. « Ses bêtes, c’est toute sa vie. Je l’ai eue en ligne plusieurs fois depuis les faits et elle est effondrée. C’est un peu comme si elle avait perdu ses enfants ».
 
Salée, l’amende !
Pourtant, selon le parquet de Ypres, qui a ouvert un dossier « La dame n’était pas plus alarmée que ça ». La justice de Ypres, qui se charge de cette affaire, signale d’ailleurs que cette propriétaire risque de devoir payer une amende entre 416 et… 16.000 euros.
 
Il semblerait que le chien survivant, « Leiko » soit à la Croix Bleue d’Ostende. « Mais elle ne l’a toujours pas récupéré. Le Croix Bleue ne veut pas le lui rendre », dit son amie.

Imprimer Catégories : Faits divers

Commentaires