La Flandre interdit le gavage mais pas la Wallonie!

37241366_241399066673133_4739074331814920192_n.jpgLa Wallonie était pionnière concernant l’interdiction de l’élevage d’animaux à fourrure et la Flandre vient de lui emboîter le pas. Mais nos voisins du nord vont plus loin en y ajoutant l’interdiction de gavage. Une pratique qui est encore autorisée chez nous.  

Le gouvernement flamand a adopté un projet de décret qui interdit d’ici à la fin 2023 l’élevage d’animaux à fourrure ainsi que le gavage, technique utilisée pour produire du foie gras. Les 17 fermes d’élevage de visons et l’unique producteur de foie gras installés en Flandre vont devoir cesser leurs activités, indique dimanche Ben Weyts, le ministre flamand du Bien-Être animal. L’association Gaia, qui « ne cache pas son bonheur », rappelle que le gavage est toujours légal en Wallonie.
 
« L’élevage d’animaux pour la production de fourrure a été interdit ces dernières années en Région wallonne (2015) et dans la Région de Bruxelle Capitale (2017), mais il s’agissait à chaque fois d’une interdiction symbolique puisqu’aucune ferme d’élevage d’animaux à fourrure n’est établie ni en Wallonie ni à Bruxelles. La Flandre, elle, compte toujours 17 élevages d’animaux à fourrure, qui peuvent présenter des autorisations pour 325.000 animaux. Chaque année, plus de 200.000 animaux y sont encore tués », souligne Ben Weyts dans un communiqué.
 
Le projet de décret interdit l’élevage d’animaux à fourrure lorsque ces animaux sont abattus uniquement pour leur fourrure. Le gavage, qui consiste à faire ingurgiter par la force un excès d’aliments, va également être banni. C’est déjà le cas à Bruxelles depuis l’an dernier mais pas en Wallonie, la Région du pays qui compte le plus de producteurs de foie gras. En Flandre, seul un producteur de foie gras est encore actif.
 
À partir de 2023
Une période de transition est prévue jusqu’au 1 er décembre 2023. Mais dès l’entrée en vigueur du futur décret, les producteurs de fourrure et de foie gras ne pourront plus développer leurs activités ni les déplacer. Ils seront poussés à y mettre fin le plus rapidement possible : les indemnités de compensation diminueront chaque année.
 
Gaia applaudit la décision. « Le résultat d’un combat de plus de 20 ans », s’émeut dans un communiqué l’organisation de défense des animaux. « Avec cette interdiction, la Belgique devient le 11 e État membre de l’UE à mettre fin à l’élevage d’animaux à fourrure sur l’ensemble de son territoire, sachant que la Wallonie et la Région de Bruxelles-Capitale ont précédé la Flandre », souligne-t-elle.
 
« Déterminés, nous poursuivons donc notre combat pour obtenir une pareille interdiction en Wallonie, où subsistent neuf producteurs de foie gras », conclut-elle.

Commentaires