Une cage pour piéger des chats à Wanze. Un habitant d’Antheit a retrouvé son chat enfermé dans une cage dans les bois au bout de 3 jours!

Capture.JPGLe choc pour cet habitant d’Antheit à Wanze qui a découvert son chat enfermé dans une cage dans les bois près de sa maison. L’échevin du Bien-être animal évoque de la malveillance ou un oubli dans le cadre de la stérilisation des chats errants.  

Étrange découverte dans les bois à Antheit, une cage dissimulée entre les branches dans les bois qui se transforme en un véritable piège lorsqu’on pénètre dedans, attiré par la forte odeur de poisson. Un piège qui semble être destiné… aux chats.
 
L’histoire s’est déroulée à la mi-octobre quand un Wanzois s’est aperçu que son chat ne rentrait plus à la maison, il avait été vu pour la dernière fois dans les alentours du bois qui longe la rue Chapuron et la rue Caîne à Antheit. Il s’est ainsi mis à sa recherche en allant dans le bois car il s’agit d’un terrain de chasse de prédilection des chats. Ses recherches n’ont rien donné… Au bout de trois jours, le maître du chat a entendu des miaulements alors qu’il se trouvait à proximité des habitations de la rue Caine. Près d’une maison située dans le bois, il a alors trouvé le chat piégé dans une cage. « Le chat était terrorisé, il tremblait et sentait l’odeur de poisson, la cage avait visiblement été badigeonnée de l’huile de poisson pour attirer les animaux », explique une voisine.
 
Étonnée de cette découverte, elle en a voulu informer les Wanzois en postant une publication sur les réseaux sociaux. « Je suis moi-même propriétaire de chats et comme toute personne responsable, je fais attention aux animaux. Nous vivons dans la campagne et non en ville. Il y a quelques chats mais nous sommes loin de l’envahissement, nous ne comprenons pas ce comportement ». L’agent de quartier a également été informé de cette pratique.
 
Pour les stériliser ?
Les pièges de ce genre sont connus, appelés « cage trappe », ils sont couramment utilisés par les associations de bien-être animal dans le but de stériliser les chats errants tombés dans le piège en vue du contrôle de leur population. Ils sont ensuite directement libérés. Mais dans le cas qui se présente, le chat est resté en état de captivité durant trois jours, sans que personne ne soit venu le libérer… « On m’a certifiée qu’aucune action de stérilisation était en cours sur la commune ». C’est en effet ce que confirme l’échevin en charge du Bien-être animal, Jean-François Hazette.
 
Rappelons que deux vétérinaires ainsi que la Clinique Vétérinaire d’Antheit participent aux actions de stérilisation des chats errants. Une convention approuvée par le Conseil communal de Wanze il y a un an. Chaque vétérinaire participant dispose d’une cage trappe disponible en prêt à toute personne souhaitant agir pour la stérilisation des chats errants. Après la stérilisation, le chat errant doit être libéré à l’endroit de capture. « Soit c’est de la malveillance et c’est scandaleux ou alors il s’agit d’un oubli d’une personne qui a placé la cage à cet endroit en vue d’une stérilisation et c’est bien dommage aussi, cela ne doit plus arriver », insiste l’échevin du Bien-être animal.

Imprimer Catégories : Faits divers

Commentaires