Faits divers

  • Schepdaal (Brabant flamand): Selya, 11 ans, mordue par un berger hollandais. Le maître du chien refuse de le faire euthanasier!

    Capture.JPG

    Selya, 11 ans, a été violemment mordue par un chien, jeudi passé, à Schepdaal, en Brabant flamand. Mordue à 11 reprises, la jeune fille a été secourue par un voisin qui l’entendait crier. Laëtitia, sa mère, a porté plainte à la police. Le maître du chien, qui habite la maison derrière celle de la famille de l’enfant, refuse de le faire euthanasier.  

    « Mon voisin Loïc lui a sauvé la vie », déclare d’emblée Lætitia, la mère de Selya, 11 ans. La petite fille a eu la peur de sa vie après avoir été agressée par un chien, un berger hollandais, alors qu’elle faisait du vélo, jeudi passé, à Schepdaal, en Brabant flamand.
     
    « J’étais à vélo, je roulais sur un petit chemin derrière chez moi pour aller chez ma grand-mère », se souvient Selya. « J’ai vu que le chien de la maison derrière chez moi s’était échappé et me suivait. En voyant cela, j’ai voulu le ramener en me disant qu’il continuerait à me suivre. Il s’est arrêté et s’est mis à aboyer. Il a commencé à mordre ma veste, mais je savais que si je courais ça allait empirer les choses. J’ai continué à marcher pour essayer de revenir vers ma maison. »
     
    Mais voilà, la situation dégénère rapidement et le berger plante cette fois véritablement ses crocs dans le bras de la jeune fille. « Il s’est jeté sur moi et je suis tombée au sol. Il m’a mordu la fesse et de nouveau le bras. J’ai hurlé. »
     
    Alerté par les cris, Loïc un voisin, s’est dirigé vers le champ où était la jeune fille. « Je l’avais vue passer à vélo devant chez moi car je travaillais dans mon jardin. Au loin, j’ai vu le chien bondir sur elle et j’ai sauté par-dessus le grillage pour la rejoindre », se remémore-t-il avec précision.
     
    Arrivé sur place, Loïc retrouve Selya littéralement prisonnière des crocs du chien. « J’ai essayé de faire du bruit pour lui faire peur, il n’a pas bougé. Je me suis jeté sur lui, mais il ne lâchait pas prise. Il a attrapé le capuchon de la petite et l’a tiré vers l’arrière. Elle était en train d’étouffer. J’ai appuyé fortement sur sa gueule, il l’a lâchée avant de la remordre une nouvelle fois ».
     
    Sauvée de justesse
    Loïc persévère et arrive à serrer le chien jusqu’à ce qu’il ne bouge plus, permettant à Selya de prendre ses jambes à son cou et de rentrer chez sa mère.
    La jeune fille a été emmenée à l’hôpital où elle a dû être recousue car ses plaies étaient importantes.
     
    « Le chien vit avec un monsieur et est toujours tout seul. Il n’a pas l’habitude d’être entouré d’enfants. Heureusement que Selya sait comment réagir avec les chiens, mais imaginons si c’était un enfant plus jeune… Cela aurait pu être pire », confie Lætitia. « Le voisin nous a dit qu’il ne comprenait pas l’attitude de son chien et qu’il était normal que je porte plainte, ce que j’ai fait », poursuit-elle.
     
    « Le voisin voulait piquer son chien, mais il s’est ravisé, en prétextant que ce dernier n’était pas agressif. On pense que la meilleure solution serait d’euthanasier ce chien. Il était devenu enragé face à Selya, il ne me calculait pas du tout et ne voulait pas lâcher la petite », insiste Loïc.
     
    Selya, quant à elle, reprend le cours de sa vie, mais devra peut-être passer par la case opération en fonction de l’évolution de ses blessures. Contacté par nos soins, le parquet de Hal-Vilvorde n’avait pas encore reçu le p.-v. d’audition de l’incident. Le bourgmestre, quant à lui, n’a pas répondu à notre message.
    Imprimer Catégories : Faits divers
  • 5 ans de prison pour avoir muselé son chien avec de l'isolant adhésif !

    Capture.JPGAu lendemain d’une condamnation à quinze ans de prison pour des faits de drogue et port d’une arme chargée, William Dodson (43 ans) s’est pris cinq années supplémentaires pour avoir maltraité sa chienne Caitlyn.

    chien.JPGLes faits remontent à mai 2015 à Charleston (Caroline du Sud). William Dodson qui a racheté le chien pour quelque dollars à un dealer est excédé par les aboiements du bull terrier croisé. Il musèle Caitlyn avec du ruban adhésif et la laisse attachée dehors avec une chaine. Le collant est serré si étroitement que la langue reste coincée entre les dents.

    Selon l’enquête, le chien est peut-être resté ainsi pendant 48 heures. William Dobson l’aurait traité ainsi à huit reprises. Lorsque les vétérinaires ont enlevé le lien, le museau a doublé de volume. Même si elle garde toujours des cicatrices, Caitlyn coule aujourd’hui des jours paisibles. Toutes les informations ici.

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Elle fait une sextape avec le chien de la famille et l'envoie à son mari!

    Capture.JPGAppelée pour des violences domestiques à un domicile, la police a embarqué les deux protagonistes. Emmené, l’homme a expliqué le motif de la dispute… il vient de valoir à son épouse une arrestation sur son lieu de travail.

    L’homme dont l’identité n’a pas été révélée a raconté aux policiers de Tempe (Arizona) qu’il avait reçu sur son téléphone, en octobre dernier, une vidéo de son épouse, Amanda McClammy (32 ans). Elle s’était filmée en train d’avoir des relations sexuelles avec le Labrador de la famille. Elle est donc poursuivie pour zoophilie. Toutes les informations ici. (Blog faits divers)

     

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Herstal (Liège): des habitants d'un appartement ont tout quitté en laissant leurs animaux derrière eux, un chat probablement mangé par un chien...

    Capture2.JPG

    C’est suite à une plainte reçue par son service d’inspection que la SRPA a pu découvrir les conditions horribles dans lesquelles des animaux abandonnés vivaient depuis une quinzaine de jours. Un des chats a même été retrouvé à l’état de squelette. Il a probablement été dévoré par le chien de l’appartement, sûrement affamé.

    L’ambulance animalière a été la première à intervenir sur les lieux de l’incident. Alertée par une voisine, elle s’est rendue sur place pour constater l’état de santé d’un chat abandonné. La Société Royale Protectrice des animaux a quant à elle été prévenue ce lundi.

    Elle s’est également rendue sur place et a pu remarquer que trois animaux ont été lâchement abandonnés par leurs maîtres depuis une quinzaine de jours. L’un d’eux a d’ailleurs été retrouvé à l’état de squelette, l’autre a disparu et est probabalement en train de errer dans les rues d’Herstal tandis que le troisième était dans un piteux état. Il a d’ailleurs été emmené dans les locaux de la SRPA afin d’être examiné et soigné.

    Capture.JPG

    Imprimer Catégories : Faits divers, SRPA
  • L'horreur outre-Manche: ils enfoncent un clou dans le crâne du chien avant de l'enterrer vivant!

    Capture2.JPGEn Angleterre, à Middelsbrough plus précisément, deux hommes ont été condamnés à une peine de quatre mois de prison pour maltraitance animale. Ils avaient enfoncé un clou dans la tête d’un chien avant de l’enterrer vivant.

    C’est un couple qui avait fait l’horrible découverte durant une promenade dans un parc de Middelsbrough. Ils avaient immédiatement emmené l’animal chez un vétérinaire, mais il était trop tard : « Je n’arrivais pas à croire ce que je voyais », a expliqué l’homme qui a fait cette triste trouvaille. « Comment peut-on être si cruel ? Le vétérinaire m’a dit que c’était le pire cas de maltraitance animale auquel il avait jamais eu affaire ».

    Capture.JPGAprès une enquête, la police avait pu retrouver la trace de deux auteurs de cet acte ignoble. L’un d’entre eux était le propriétaire du chien. Il a expliqué face aux juges qu’il n’avait pas assez d’argent pour faire euthanasier son vieux chien, devenu aveugle. Selon son avocat, il ne voulait pas maltraiter l’animal. Mais cet argument n’a convaincu personnes. Les deux individus, de 59 et 60 ans, ont été condamnés à une peine de quatre mois de prison, peut-on lire sur le DailyMail.

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Troublant à Fexhe-le-Haut-Clocher (Liège): Alicia croyait son chien euthanasié par un vétérinaire voici 8 ans... il a été retrouvé vivant!

    Capture.JPGAlicia, une jeune femme de 26 ans, a été très surprise d’apprendre que son chien qu’elle croyait mort était en réalité toujours en vie ! Il y a huit ans, la Liégeoise s’était rendue chez son vétérinaire pour faire euthanasier son bichon Mickey, très souffrant à l’époque. Mais voilà que mercredi dernier, un jeune homme a contacté sa famille pour lui annoncer qu’il avait retrouvé le chien soi-disant « décédé ».

    La vie d’Alicia a été complètement bouleversée mercredi soir. Vers 22 h, un homme a pris contact avec sa famille pour lui annoncer qu’il avait retrouvé son chien dans une rue de Fexhe-le-Haut-Clocher. Un chien censé avoir été euthanasié voici 8 ans !

    «  Le jeune homme qui a trouvé mon chien s’est rendu chez une vétérinaire pour faire scanner sa puce. C’est comme ça qu’il a pu savoir que Mickey était toujours enregistré au nom de mon papa et qu’il a pu nous contacter par téléphone. Ma maman pensait réellement qu’il s’agissait d’une erreur administrative puisqu’il y a huit ans, sur les conseils de notre vétérinaire, nous avons décidé d’euthanasier notre chien  », raconte Alicia, l’ancienne propriétaire de Mickey, le bichon âgé aujourd’hui de 16 ans.

    > Découvrez le témoignage complet d’Alicia, qui a décidé de faire une déclaration de vol, ainsi que les explications du vétérinaire dans notre nouvelle édition digitale de La Meuse Liège (à découvrir gratuitement durant un mois).

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Australie : Des corps de chiens gardés dans un frigo et d’autres carbonisés dans l’élevage de l’horreur!

    1984901144.20.JPG

    18 chiens en vie, mais dans un état de santé extrêmement alarmant, ont également été découverts dans cette propriété. L’éleveur était appelé à comparaître devant la justice la semaine dernière.

    Todd Baker, 41 ans, devait répondre de 15 chefs d’accusation liés à la cruauté animale la semaine dernière, devant le tribunal de Penrith (banlieue de Sydney). Les faits dont il a finalement été reconnu coupable datent d’il y a un an.

    Le 1er mars 2016, des membres de la SPCA – l’équivalent de la SPA – de la Nouvelle-Galles-du-Sud avaient fait cette horrible découverte dans l’ancienne propriété de Todd Baker. L’élevage, baptisé Herizon Kennels et situé à Vineyard (banlieue de Sydney également), avait été complètement laissé à l’abandon par le quadragénaire.

    Les bénévoles y avaient trouvé 18 chiens émaciés, souffrant de diverses infections, dont des ulcères aux testicules et aux pattes, gardés dans des cages et vivant au milieu de leurs propres déjections. L’un d’eux avait même une mouche morte à l’intérieur de son conduit auditif. Affamés et malades, les animaux n’avaient ni eau propre, ni abri. (article chien.fr)

    1690aa4c8052ec7df415aae7ee68030f.jpg

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • L’horreur dans une habitation de Raeren (Verviers): 47 animaux saisis! Découvrez les photos...

    La SRPA de Liège a dû intervenir ce mercredi, à la demande de l’Unité Bien-être des Animaux (UBEA) du SPW, dans une habitation de Raeren. Sur place, les inspecteurs de la SPA ont trouvé des chiens, chats mais aussi oiseaux, rongeurs et lapins qui vivaient dans des conditions innommables. La maison, toujours habitée, était recouverte d’excréments, de saleté et de nombreux cadavres d’animaux. Au total, 47 bêtes ont été prises en charge par la SRPA.

    17L’habitation est dans un état indescriptible. © SRPA

    À voir l’état de la maison sur les photos, difficile de croire qu’il y a réellement quelqu’un qui habite là-dedans. Et pourtant. «  Les conditions de vie sont dramatiques, y compris pour les gens. Il s’agit d’une belle maison, en voyant la façade extérieure on ne s’imagine pas ce qui se passe dans la maison. Il s’agit de collectionneurs qui accumulent les animaux et n’arrivent pas à en prendre soin. La personne est convaincue que les animaux seront mieux chez elle  », explique Fabrice Renard, inspecteur principal à la SRPA (Société royale protectrice des animaux) de Liège.

    Sur place, cadavres de chats, excréments et saleté en tous genres jonchent le sol de l’habitation. «  Nous avons été appelés par l’unité de bien-être animal qui a reçu une plainte. Nous sommes allés visiter la maison et sommes tombés sur l’horreur. Il y avait une quantité d’animaux enfermés dans de petites cages qui n’en sortaient que pour faire leurs besoins dans l’habitation. Ils ne savent pas ce que c’est que d’être tenus en laisse. Au niveau des rongeurs les cages n’étaient plus nettoyées depuis des lustres, il y avait des cadavres d’oiseaux au fond des cages, une couche d’une dizaine de centimètres d’excréments dans certaines et des cadavres de chats un peu partout dans la maison. On a aussi retrouvé des chats malades, agonisants, remplis d’infection. Il y avait un lapin enfermé dans une cage tellement petite qu’il savait à peine tourner dedans  », détaille tristement Fabrice Renard.

    Les animaux enfermés dans des cages à longueur de journée. © SRPA

    Au total, ce sont 18 chats, 8 chiens, 9 rongeurs et lapins ainsi que 12 oiseaux qui ont été emportés par la SRPA de Liège. Les propriétaires de ces animaux ont signé une cession volontaire. «  Le but c’était de pouvoir sortir le plus d’animaux possible de là. Pour que la dame cède définitivement ses animaux, l’unité du bien-être animal a accepté de lui laisser quelques chiens en contrepartie (4). Mais c’est à la condition que les propriétaires changent de comportement et il y aura des contrôles  », explique l’inspecteur de la SRPA.

    16Des chats malades, avec des infections carabinées ont été retrouvés. © SRPA

    Un nouveau contrôle doit être fait chez ces propriétaires prochainement. Cette fois, ce sont les conditions de vie des chevaux des raerenois qui seront passées à la loupe.

    18Les inspecteurs de la SRPA ont trouvé des cadavres d’animaux un peu partout dans la maison. © SRPA

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • La solidarité s'organise pour rendre hommage à Aslan, un chien enterré vivant: son propriétaire va être poursuivi par la justice!

    Capture6.JPGCet épagneul breton avait été retrouvé, enterré vivant sous de la terre et des bûches de bois à Turquant, au nord-ouest de la France, mais n’a pas survécu malgré les premiers soins prodigués par une association de défenseurs des animaux.

    Le 11 décembre dernier, vers 7h du matin, un promeneur a entendu des jappements provenant d’un chien dans un jardin de la commune de Turquant, non loin d’Angers, au nord-ouest de la France. Comme le rapportent nos confrères de 20 Minutes, ce chien n’était en fait pas dans le jardin mais enterré sous terre ! Le promeneur a réussi à déterrer l’animal, qui se trouvait sous une couche de terre, recouvert d’une tôle et de bûches de bois.

    L’animal a été transporté d’urgence chez un vétérinaire de garde et malgré son état grave, grâce à l’association de défense des animaux Droits de Vivre, l’épagneul breton, très faible, a pu recevoir les premiers soins. Mais après deux jours et demi de surveillance médicale, la décision a finalement été prise de l’euthanasier, vu sa trop grande souffrance.

    L’association Droits de Vivre continue toutefois son combat pour Aslan. Une pétition qui a recueilli plus de 38.000 signatures a ainsi été proposée sur Internet et un appel au rassemblement a été lancé pour ce dimanche à Turquant, sur la place de la commune française. L’organisation réclame « justice » et dénonce « l’acte de cruauté » dont a été victime le chien.

    Le propriétaire de l’animal a été retrouvé depuis lors, alors que l’association Droits de Vivre a porté plainte contre l’auteur des faits. L’homme de 44 ans a reconnu avoir enterré son chien, expliquant qu’il pensait que son épagneul était mort. Il va être poursuivi pour « sévices et cruauté envers un animal domestique », et risque jusqu’à 30.000 euros d’amende et deux ans d’emprisonnement.

     

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Hannut : un chiot chihuahua volé à l’animalerie!

    Capture.JPGUn nouveau vol a été perpétré au sein du commerce « Au Petit Élevage », rue de Landen à Hannut. Un chiot chihuahua a été emporté par des malfrats, ce samedi. Ce n’est malheureusement pas la première fois qu’un tel constat est fait dans l’animalerie, souvent la cible de voleurs.  

    Triste nouvelle pour le commerce « Au Petit Élevage », le magasin animalier de la route de Landen, à Hannut. Ce samedi, les gérants ont encore été victimes d’un vol.
    Il était aux alentours de 16h40 quand cinq personnes sont entrées dans l’établissement. Ils se sont dirigés vers le chenil et ont fait mine de s’intéresser aux animaux jusqu’à ce que quatre d’entre eux finissent par encercler une cage. Le cinquième larron était alors occupé à « manipuler » l’abri.
    Ils ont ensuite quitté les lieux mais les propriétaires n’ont pu que remarquer la disparition d’un chiot chihuahua. Selon la zone de police Hesbaye Ouest, qui a constaté ce vol, l’animal était né à la fin du mois d’octobre. Sa valeur est estimée entre 500 et 1.000 euros.
     
    Contactée par nos soins, la patronne n’a pas souhaité s’exprimer sur cette affaire. Car ce n’est malheureusement pas la première fois que l’animalerie est la cible de malfrats. Plusieurs vols de chiens (surtout de chiots) ont été constatés ces dernières années.
    En août 2010, de potentiels clients du magasin étaient déjà parvenus à voler un chiot chihuahua d’une valeur de 900 euros. Les auteurs des faits étaient parvenus à le faire sortir par le trou dans lequel ont fait passer la gamelle. Ils l’avaient ensuite caché dans un sac à main !
    Quelques mois plus tard, en octobre, c’est sans aucun scrupule qu’un petit bulldog anglais avait été dérobé. Un homme était entré dans le commerce.
    Tandis que trois complices qui le suivaient (une femme et deux enfants) discutaient avec un responsable du magasin, l’homme a dérobé le toutou. Il s’agissait du chien le plus cher du magasin : d’une valeur de 1.150 euros.
     
    filmés par les caméras
    Les caméras de surveillance, placées aux quatre coins du magasin, avaient pu révéler le modus operandi des malfrats.
    En février 2013, c’est un chiot yorkshire, âgé de 9 semaines, d’une valeur de 550 euros, qui avait été volé. Cette fois, ce sont trois personnes, dont deux enfants, qui étaient entrées dans le magasin. Un homme d’une trentaine d’années s’était faufilé dans une pièce interdite au public. « Il est passé par l’arrière tandis que les enfants faisaient le guet à l’avant. Le chiot a été caché sous un pull », avait confié la gérante, à l’époque des faits.
    Il n’est pas rare de constater que des chiots, surtout de race chihuahua, soient la cible de voleurs. Ils sont régulièrement destinés à la revente sur le marché noir.
    Dans un de nos précédents articles, le gérant de l’animalerie ne manquait pas de rappeler que chaque chien volé est toutefois renseigné auprès de l’association belge d’identification et d’enregistrement canins (Abiec). Pensez donc à faire vérifier la puce de votre chien lors de son achat auprès d’un vétérinaire !

    Imprimer Catégories : Faits divers