Mon Chien Magazine - Page 2

  • Ce petit chat a disparu depuis plusieurs jours de son domicile à Bergilers (Oreye). Avis de recherche.

    Capture.JPG

    Ce jeune chat mâle castré de 1 an a disparu la nuit du 21 au 22 juin rue d'Opheers à Bergilers. Il répond au nom de Bambou, il est craintif et ne se laisse pas facilement manipuler en présence d'un inconnu.

    Contact: 0470/303058

  • Nala, ce petit chat a disparu ce 21 juin 2018 à Remicourt (Liège). Avis de recherche.

    Capture.JPG

    PERDUE " Nala " chatte tigrée à REMICOURT
    21/06/18

    Secteur : rue Haute
    Elle est stérilisée, est identifiée, ne porte pas de collier et est craintive.

    Contact : 0475/ 37.52.72 ou 0495/ 54.24.04
    https://www.facebook.com/bronckartjustine

  • Keila, ce chien a disparu depuis le 20 juin 2018 de Seraing (Liège). Avis de recherche.

    Capture.JPG

    Cocker Anglais , femelle, noir, poil mi-long
    Perdue le 20/06/2018 à 4100 Seraing- Val St Lambert
    Nom : Keila
    Signes particuliers : atteinte de cataracte et donc presque aveugle
    Le propriétaire a confirmé le 21/06/2018 que Keila n'a pas encore été retrouvée.
     
    Propriétaire :
    Foucart Andre
    Rue du val saint lambert 57/6   - 4100 Seraing
    Tél. : 0472.393.236
    E-mail : andre05111999@gmail.com
  • Ce Yack Terrier a disparu depuis le 9 juin 2018 de Ben-Ahin (Liège). Avis de recherche

    dv.JPG

    Yack Terrier, mâle, roux, poil long
    Age : 6 mois
    Perdu le 09/06/2018 à 4500 Ben Ahin
    Nom : Moka
    Signes particuliers : Petit chien de chasse
     
    Propriétaire :
    Bertrand Patrick
    Tél. : 0494.501.928
    E-mail : Barbara.bertrand@hotmail.com
  • Ce Chihuahua a disparu depuis le 17 juin 2018 de Alleur (Liège). Avis de recherche.

    Capture.JPG

    Chihuahua, mâle, beige brun, poil ras
    Age : 3
    Perdu le 17/06/2018 à 4432 Alleur
    Nom : Diego
    Il porte un collier [américain]
    Puce : 967 . 000 . 009 . 708 . 823
    Signes particuliers : ref 118.093.909
     
    Propriétaire :
    Caruana 
    4432 Alleur
    Tél. : 0488.027.728
    E-mail : marcauto.mp@gmail.com
  • Ce chien des rues a disparu depuis le 2 juin de Biesme/Mettet. Avis de recherche.

    dv.JPG

    Chien Des Rues, mâle, blanc beige , poil long
    Age : 14 mois
    Perdu le 02/06/2018 à 5640 Biesme
    Nom : Pemers
    Il porte un collier
    Puce : 991 . 001 . 000 . 559 . 773
    Signes particuliers : Chien ressemblant à Idefix 1340
     
    Propriétaire :
    Pemers Max
    Rue de la Colonoise 18  18   - 5640 Biesme
    Tél. : 0032491742064
    E-mail : maxpemers1967@gmail.com
  • Animaux de compagnie: 13 % d’adoptions dans les refuges.

    Capture.JPGJusqu’au 17 juin, c’est l’action « Écuelles du Cœur », une collecte bisannuelle pour récolter fonds et nourriture pour les animaux. La dernière a permis de rassembler 121 tonnes de denrées alimentaires et 94.000 euros pour 60 refuges.  

    Tom&Co, enseigne d’animalerie belge, organise depuis 20 ans, deux fois par an, les Écuelles du Cœur dans le but de récolter des fonds pour les refuges. Et ça marche plutôt pas mal, le Belge étant assez généreux pour les animaux. La dernière opération en date a permis de récolter 121 tonnes de denrées alimentaires et 94.000 € pour 60 refuges (en se rendant dans le magasin, vous pouvez faire un don de 5, 10 ou 20 € ajoutés à votre addition).
     
    Toujours pour évaluer l’intérêt que nos compatriotes vouent aux les chiens et aux chats, Tom &Co a demandé une étude à Dedicated concernant les habitudes des Belges par rapport aux animaux. Qui porte notamment sur la façon dont ils décident d’acquérir leur futur compagnon.
    13 % des répondants ont déclaré avoir adopté leur animal de compagnie dans un refuge. Le toutou a la cote puis que les répondants affirment s’être rendus dans un centre : 16 % pour adopter un chien, 15 % un chat, 3 % un autre animal.
     
    Sur la durée, ce pourcentage est même plus élevé : en moyenne, une personne sur cinq a déjà adopté un animal (28 % un chien, 26 % un chat et 10 % un autre animal).
     
    Le chat : un don
    Les femmes (25 %) adoptent plus facilement que les hommes (19 %), et peut-être assez étonnamment, les jeunes (24 %), plus que les personnes âgées (21 %). Mais l’adoption n’est pas le premier moyen d’acquisition d’un animal.
     
    Le chien sera d’abord acheté dans un élevage (29 %) ou à des particuliers (23 %), le chat par contre sera reçu de particuliers, c’est en tout cas ce que 42 % des personnes interrogées répondent. 19 % d’entre elles disent avoir trouvé et recueilli le chat.
     
    Selon Tom&Co, chaque année, plus de 20.000 chiens et 30.000 chats sont abandonnés. La majorité des individus arrivant dans les refuges ne sont ni vaccinés, ni stérilisés. « Adopter, c’est devenir un héros. Les animaux sont parfaitement conscients de l’endroit où ils se trouvent et de n’y être pas vraiment heureux. Ils seront très reconnaissants d’avoir été adoptés et feront tout pour se faire accepter. Les animaux adoptés sont souvent encore plus affectueux, de crainte d’être abandonnés une deuxième fois. Et puis, adopter un animal, c’est aussi mettre du baume au cœur des employés et bénévoles qui œuvrent dans les refuges et s’occupent avec passion de chaque animal », nous dit-on chez Tom&Co.

  • Projet en région Liégeoise: un passeport bientôt pour les chiens d’assistance?

    Capture.JPGLes chiens d’assistance, ces chiens qui assistent des personnes handicapées, n’ont manifestement pas encore le même statut que les chiens-guides, qui viennent en aide aux personnes malvoyantes. « De nombreux témoignages me sont revenus de personnes qui avaient du mal à rentrer dans des lieux publics, dont des centres sportifs et des hôpitaux, avec leurs chiens d’assistance, raconte Christie Morreale, la députée wallonne esneutoise à l’initiative d’une proposition de décret visant à une reconnaissance officielle de ces chiens d’aide. Il devenait donc nécessaire de faire évoluer la législation en la matière. Parce que ces chiens permettent à ces personnes d’être autonomes, d’avoir une vie sociale et culturelle. »
    Sa proposition ? Un passeport, qui certifie qu’il ne s’agit pas en l’occurrence d’un animal de compagnie, mais bien d’un « outil » indispensable à la personne handicapée. Et qui lui ouvre, dès lors, toutes portes, à quelques exceptions près…
     
    De rares exceptions
    « Nous avons travaillé avec Unia (le centre pour l’égalité des chances, NDLR) qui reçoit régulièrement des signalements de personnes qui se sont vus refuser l’accès à un lieu public avec leur chien. On s’est rendu compte qu’aux USA, il n’y avait aucun souci dans les hôpitaux. On s’est donc inspiré de ce qui se fait chez eux pour notre décret, l’idée étant de permettre la présence de ces chiens d’assistance dans tous les lieux publics, hormis quelques rares exceptions : aux soins intensifs, dans le bloc opératoire… »
    « Les chiens d’assistance ont un rôle essentiel dans l’amélioration de l’autonomie et de la qualité de vie du maître handicapé, précise cette proposition de décret. […] On ne peut refuser cet accès qu’à des endroits où la présence d’un chien constitue un danger pour la santé d’autrui. »
     
    La proposition prévoit également des sanctions – une amende de 26 à 1.000 euros – pour quiconque refuserait dès lors l’accès à un chien d’assistance dans un lieu public.
    Mais on n’en est pas encore là. Le texte doit en effet encore passer le cap de ma séance plénière du Parlement, prévue le 20 juin prochain, et n’entrerait en vigueur que quelques mois plus tard, au mieux.
     

  • Donceel (Liège): des chats empoisonnés et tués à la carabine!

    Capture.JPG

    Depuis des mois, des chats sont délibérément tués à la carabine ou empoisonnés, rue Marionsonnet à Donceel. Et le phénomène s’est accentué ces dernières semaines. Les riverains Joëlle Lambert et Antoine Cooken, affectés, ont dénoncé la situation à la commune.  

    « Trop, c’est trop. Un moment, on ne peut plus rester sans rien faire… » C’est avec les larmes aux yeux et le cœur serré de colère qu’Antoine Cooken (66) a pris la parole lors du conseil communal de Donceel, jeudi dernier. Cet habitant de la rue Marionsonnet a souhaité mettre en lumière « une situation qui perdure depuis bien trop longtemps » dans son quartier. À savoir : l’abattage de chats.
     
    « C’est scandaleux ce qu’il se passe », introduit-il. Et de nous raconter que tout a commencé il y a environ 8 ans d’ici. « Un panier avec des chatons a, un jour, été déposé chez un voisin… Il a fini par les mettre dehors et, comme pour tout animal, un chat, ça se prolifère. C’est comme ça que cela a commencé pour nous, mais d’autres voisins aussi. On s’est petit à petit mis à s’occuper d’eux. On les soigne, leur donne à manger sur la terrasse où un petit emplacement couvert leur est dédié pour se mettre à l’abri notamment. Jamais ils ne rentrent dans la maison… Ils ont un bois de sapins derrière et des prés pour se promener. Disons qu’ils sont un peu devenus des chats mi-errants », explique-t-il.
     
    Une situation qui n’enchante pas tout le monde dans le quartier… Et pour cause, des chats sont régulièrement retrouvés morts, en réalité volontairement tués. Et, ces dernières semaines, le phénomène s’est largement accentué. « Une bonne quinzaine je dirais », évalue le Donceelois. « Ils sont tués à la carabine ou empoisonnés. J’en retrouve, qu’on jette dans notre propriété, avec la tête explosée par des plombs, les pattes cassées, de la mousse dans la gueule ou les yeux sortis de leurs orbites… Notre jardin est devenu un vrai cimetière. On finit par vivre dans la mort des chats en permanence. C’est insupportable ! On ne force personne à les aimer et on peut comprendre que ça ne plaise pas à tout le monde, mais on en arrive ici à de la réelle cruauté envers les animaux », s’insurge-t-il.
     
    Il y a encore six mois d’ici, une vingtaine de chats errait de la sorte dans le quartier. « C’est vrai qu’on a peut-être laissé les choses aller un peu loin », enchaîne sa compagne, Joëlle Lambert (56). « Nous aurions dû agir plus tôt. Mais depuis quelque temps maintenant, avec l’aide de la commune, de la SPA et de notre vétérinaire, nous les stérilisons ou les castrons. »
     
    Il y a un an, face à ces agissements, une plainte avait déjà été déposée par une autre riveraine. Les actions de ce type s’étaient alors calmées. Mais la situation semble donc se répéter. Cette fois, une nouvelle main courante a été déposée à la police. « Cette histoire peut sembler dérisoire mais cela nous tient à cœur. Qu’on soit dérangé par ces animaux peut être compréhensible, mais qu’on n’agisse pas de la sorte », a conclu Joëlle Lambert, décidée à en finir avec cette barbarie.
    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Loi: que faire si on trouve un chien dans une voiture en plein soleil? Voici les explications...

    Capture.JPGAu cours de ces dernières semaines, déjà plusieurs chiens ont été retrouvés morts de chaleur, enfermés dans des véhicules à l’arrêt. Nous recevons de nombreux signalements chaque jour, mais parfois il est trop tard pour secourir l’animal qui succombe après une horrible agonie.
    Un propriétaire qui laisse son chien dans sa voiture pour aller faire ses courses en été l’expose au coup de chaleur, et potentiellement à une mort horrible par négligence. Et si, témoin de la détresse de l’animal, vous n’intervenez pas, vous le condamnez, vous aussi, par indifférence ou pusillanimité. Alors en cas de danger, cassez la vitre, mais en prenant des précautions…

    Que faire si on trouve un animal enfermé dans une voiture au soleil ?

    La marche à suivre officielle est de prévenir la police qu’un animal est en danger dans une voiture au soleil : en présence d’un représentant de l’ordre, vous pourrez alors procéder à l’ouverture du véhicule par vos propres moyens s’ils ne s’en chargent pas eux-mêmes. Cela pour éviter que le propriétaire de la voiture endommagée ne se retourne contre vous, vous accusant « d’effraction » ou de « dégradation ». Or, il n’est pas toujours facile de faire déplacer un agent assermenté et dans un habitacle hermétiquement clos chauffé à blanc, chaque minute compte…

    Voici comment procéder pour secourir l’animal en assurant ses arrières :

    Appelez le commissariat ou la gendarmerie, décrivez la scène et demandez l’assistance d’un représentant de l’ordre.
    Immédiatement après ou une association locale de protection pour les informer du problème et du fait que vous risquez d’être amené à briser la vitre de la voiture dans laquelle est enfermé un animal en souffrance.
    Si les policiers tardent à arriver et que la situation devient critique, demandez à deux témoins de rester auprès de vous (ils témoigneront de votre bonne foi si besoin est), cassez une vitre et sortez l’animal de la voiture surchauffée. Conduisez l’animal à l’ombre et enveloppez-le dans un linge mouillé pour faire baisser sa température.
    Restez auprès de lui jusqu’à l’arrivée des forces de l’ordre.
    Expliquez les circonstances et produisez vos témoins.
    L’association contactée vous épaulera si on vous demande des comptes et sachez qu’elle est seule habilitée à porter plainte contre le propriétaire de l’animal secouru.

    Et surtout, surtout, ne laissez JAMAIS un chien seul dans une voiture en été, même pour une petite course. Partagez autour de vous cette information capitale. Car bien entendu, mieux vaut prévenir que guérir.