Mon Chien Magazine - Page 5

  • L'horreur outre-Manche: ils enfoncent un clou dans le crâne du chien avant de l'enterrer vivant!

    Capture2.JPGEn Angleterre, à Middelsbrough plus précisément, deux hommes ont été condamnés à une peine de quatre mois de prison pour maltraitance animale. Ils avaient enfoncé un clou dans la tête d’un chien avant de l’enterrer vivant.

    C’est un couple qui avait fait l’horrible découverte durant une promenade dans un parc de Middelsbrough. Ils avaient immédiatement emmené l’animal chez un vétérinaire, mais il était trop tard : « Je n’arrivais pas à croire ce que je voyais », a expliqué l’homme qui a fait cette triste trouvaille. « Comment peut-on être si cruel ? Le vétérinaire m’a dit que c’était le pire cas de maltraitance animale auquel il avait jamais eu affaire ».

    Capture.JPGAprès une enquête, la police avait pu retrouver la trace de deux auteurs de cet acte ignoble. L’un d’entre eux était le propriétaire du chien. Il a expliqué face aux juges qu’il n’avait pas assez d’argent pour faire euthanasier son vieux chien, devenu aveugle. Selon son avocat, il ne voulait pas maltraiter l’animal. Mais cet argument n’a convaincu personnes. Les deux individus, de 59 et 60 ans, ont été condamnés à une peine de quatre mois de prison, peut-on lire sur le DailyMail.

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Tiago, 7 ans, souffre d'une tumeur au cerveau et doit éviter toutes sources de microbes: grâce à un bel élan de solidarité, son chien peut rester avec lui.

    Capture3.JPGTiago, 7 ans, souffre d’une tumeur au cerveau. Il ne pouvait plus avoir d’animaux. Mais grâce à la solidarité, Ares, son bouvier restera au domicile. On vous raconte.

    Tiago est un petit bonhomme plein de vie. Un petit gars de 7 ans qui adore passer du temps à l’extérieur pour jouer avec ses copains et ses animaux. Il est aussi fan de moto. Il vit à Xhendremael en région liégeoise. Mais le 4 novembre dernier, tout s’écroule.

    Au début des vacances de Toussaint, il se plaint de maux de ventre, vomit, reste coucher. Sa maman Sabrina l’emmène en clinique : on pense à une mauvaise gastro, un problème intestinal. Mais de retour à la maison, son état ne s’améliore guère et Tiago souffre de violents maux de tête. Retour à la clinique et après un scanner, la pire nouvelle tombe : Tiago a une tumeur au cerveau. On ne traîne pas, il est opéré quatre jours plus tard.

    Aujourd’hui, le garçon suit un traitement très lourd : « Il a subi 30 séances de radiothérapie et sept chimios. Mercredi, il repart à la clinique. Il reste huit phases de chimio encore qui se répartissent chaque fois en trois semaines de chimio, trois semaines de repos. Bref, il en a encore au moins pour une bonne année de soins… en espérant que tout se passe bien » nous explique sa maman, humblement.

    Sabrina est une dame qui ne se plaint jamais, courageuse. Elle a quatre garçons : Alessio, 19 ans, Leandro, 15 ans, Ilario, 7 ans et Tiago 7 ans. Seule, elle a gardé son métier. Pas le choix, les finances doivent suivre.

    Elle travaille de nuit à la SNCB pour pouvoir s’occuper de Tiago en journée. Affaibli, il ne va plus à l’école. Une institutrice vient à domicile deux fois par semaine.

    Comme si la maladie ne suffisait pas, les médecins ont demandé à Sabrina de se séparer de ses animaux de compagnie. Tiago doit éviter toutes sources de microbes. Mais la famille adore pourtant la compagnie des trois chiens et deux chats. D’ailleurs, avant la détection de la tumeur, les meilleurs amis de Tiago, son yorkshire et son chihuahua dormaient avec lui, tels des doudous comme il disait. « La séparation a été douloureuse mais heureusement nous avons réussi à donner deux chiens et deux chats dans la famille et l’entourage. Et Tiago sait qu’ils vont bien ».

     

  • Troublant à Fexhe-le-Haut-Clocher (Liège): Alicia croyait son chien euthanasié par un vétérinaire voici 8 ans... il a été retrouvé vivant!

    Capture.JPGAlicia, une jeune femme de 26 ans, a été très surprise d’apprendre que son chien qu’elle croyait mort était en réalité toujours en vie ! Il y a huit ans, la Liégeoise s’était rendue chez son vétérinaire pour faire euthanasier son bichon Mickey, très souffrant à l’époque. Mais voilà que mercredi dernier, un jeune homme a contacté sa famille pour lui annoncer qu’il avait retrouvé le chien soi-disant « décédé ».

    La vie d’Alicia a été complètement bouleversée mercredi soir. Vers 22 h, un homme a pris contact avec sa famille pour lui annoncer qu’il avait retrouvé son chien dans une rue de Fexhe-le-Haut-Clocher. Un chien censé avoir été euthanasié voici 8 ans !

    «  Le jeune homme qui a trouvé mon chien s’est rendu chez une vétérinaire pour faire scanner sa puce. C’est comme ça qu’il a pu savoir que Mickey était toujours enregistré au nom de mon papa et qu’il a pu nous contacter par téléphone. Ma maman pensait réellement qu’il s’agissait d’une erreur administrative puisqu’il y a huit ans, sur les conseils de notre vétérinaire, nous avons décidé d’euthanasier notre chien  », raconte Alicia, l’ancienne propriétaire de Mickey, le bichon âgé aujourd’hui de 16 ans.

    > Découvrez le témoignage complet d’Alicia, qui a décidé de faire une déclaration de vol, ainsi que les explications du vétérinaire dans notre nouvelle édition digitale de La Meuse Liège (à découvrir gratuitement durant un mois).

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Chien trouvé ce 27 février 2017 près du Colruyt de Châtelet (Hainaut). Le reconnaissez-vous?

    1984901144.20.JPG

    Chien trouvé ce 27 février 2017 près du Colruyt de Châtelet (Hainaut).

    Contact: 0499/47.27.66

  • Australie : Des corps de chiens gardés dans un frigo et d’autres carbonisés dans l’élevage de l’horreur!

    1984901144.20.JPG

    18 chiens en vie, mais dans un état de santé extrêmement alarmant, ont également été découverts dans cette propriété. L’éleveur était appelé à comparaître devant la justice la semaine dernière.

    Todd Baker, 41 ans, devait répondre de 15 chefs d’accusation liés à la cruauté animale la semaine dernière, devant le tribunal de Penrith (banlieue de Sydney). Les faits dont il a finalement été reconnu coupable datent d’il y a un an.

    Le 1er mars 2016, des membres de la SPCA – l’équivalent de la SPA – de la Nouvelle-Galles-du-Sud avaient fait cette horrible découverte dans l’ancienne propriété de Todd Baker. L’élevage, baptisé Herizon Kennels et situé à Vineyard (banlieue de Sydney également), avait été complètement laissé à l’abandon par le quadragénaire.

    Les bénévoles y avaient trouvé 18 chiens émaciés, souffrant de diverses infections, dont des ulcères aux testicules et aux pattes, gardés dans des cages et vivant au milieu de leurs propres déjections. L’un d’eux avait même une mouche morte à l’intérieur de son conduit auditif. Affamés et malades, les animaux n’avaient ni eau propre, ni abri. (article chien.fr)

    1690aa4c8052ec7df415aae7ee68030f.jpg

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • La ville de Ciney veut ficher les chiens et des analyses ADN sur les crottes!

    Selon le SPF économie, un ménage sur cinq est propriétaire d’au moins un chien en Belgique. Au total, notre pays compte 1.067.000 chiens dont chacun a une moyenne de 80 kilos d’excréments par an. Cela donne donc 92.800 tonnes de déjections canines produites tous les ans en Belgique.

    Des excréments qui salissent les rues et énervent certains politiciens tels que Jean-Marie Cheffert, le bourgmestre de Ciney (MR).

    Dur le flagrant délit

    Malgré les caméras de surveillance installées dans le centre-ville pour lutter contre les petites incivilités, la Ville ne parvient pas à prendre en flagrant délit les propriétaires qui ne ramassent pas les excréments de leur chien ayant fait leurs besoins dehors.

    Suite à cette négligence de la part des maîtres, la ville envisage de ficher l’ADN des chiens pour ensuite prélever des échantillons sur les crottes dans les lieux publics et verbaliser le propriétaire. « Nous demanderons aux propriétaires de chien de venir s’enregistrer à l’administration communale. Ils recevront alors une sorte de carte d’identité. Ceux qui ne l’auront pas recevront, dans un premier temps, un avertissement des agents constatateurs et auront l’obligation de venir s’enregistrer », explique Jean-Marie Cheffert, bourgmestre de Ciney à nos confrères de Ma Télé.

    « Nous prélèverons des poils comme pour les bovins. Tout cela sera transmis à l’ARSIA ( NDLR : un laboratoire cinacien) qui construira une banque de données. Lorsqu’il y aura un caca en rue les agents verbalisants prélèveront un échantillon de celui-ci ce qui permettra d’identifier le chien et forcément le propriétaire et donc de le verbaliser ».

    Une amende de 350 €

    Pour financer ce dossier, le bourgmestre de Ciney compte se tourner vers le ministre de l’environnement, Carlo Di Antonio et faire passer ce projet comme projet pilote.

    D’autres villes du monde ont adopté cette méthode. Et cela fonctionne. En Italie, par exemple, certaines villes ont enregistré une baisse de 80 % des crottes de chiens dans leurs rues en appliquant cette mesure.

    Chaque commune décide de la sanction administrative qui est infligée aux propriétaires qui laissent leur chien faire leurs besoins sur la voie publique. Les amendes administratives peuvent aller de 100€ jusqu’à 350€ pour Ciney.

     

  • L’horreur dans une habitation de Raeren (Verviers): 47 animaux saisis! Découvrez les photos...

    La SRPA de Liège a dû intervenir ce mercredi, à la demande de l’Unité Bien-être des Animaux (UBEA) du SPW, dans une habitation de Raeren. Sur place, les inspecteurs de la SPA ont trouvé des chiens, chats mais aussi oiseaux, rongeurs et lapins qui vivaient dans des conditions innommables. La maison, toujours habitée, était recouverte d’excréments, de saleté et de nombreux cadavres d’animaux. Au total, 47 bêtes ont été prises en charge par la SRPA.

    17L’habitation est dans un état indescriptible. © SRPA

    À voir l’état de la maison sur les photos, difficile de croire qu’il y a réellement quelqu’un qui habite là-dedans. Et pourtant. «  Les conditions de vie sont dramatiques, y compris pour les gens. Il s’agit d’une belle maison, en voyant la façade extérieure on ne s’imagine pas ce qui se passe dans la maison. Il s’agit de collectionneurs qui accumulent les animaux et n’arrivent pas à en prendre soin. La personne est convaincue que les animaux seront mieux chez elle  », explique Fabrice Renard, inspecteur principal à la SRPA (Société royale protectrice des animaux) de Liège.

    Sur place, cadavres de chats, excréments et saleté en tous genres jonchent le sol de l’habitation. «  Nous avons été appelés par l’unité de bien-être animal qui a reçu une plainte. Nous sommes allés visiter la maison et sommes tombés sur l’horreur. Il y avait une quantité d’animaux enfermés dans de petites cages qui n’en sortaient que pour faire leurs besoins dans l’habitation. Ils ne savent pas ce que c’est que d’être tenus en laisse. Au niveau des rongeurs les cages n’étaient plus nettoyées depuis des lustres, il y avait des cadavres d’oiseaux au fond des cages, une couche d’une dizaine de centimètres d’excréments dans certaines et des cadavres de chats un peu partout dans la maison. On a aussi retrouvé des chats malades, agonisants, remplis d’infection. Il y avait un lapin enfermé dans une cage tellement petite qu’il savait à peine tourner dedans  », détaille tristement Fabrice Renard.

    Les animaux enfermés dans des cages à longueur de journée. © SRPA

    Au total, ce sont 18 chats, 8 chiens, 9 rongeurs et lapins ainsi que 12 oiseaux qui ont été emportés par la SRPA de Liège. Les propriétaires de ces animaux ont signé une cession volontaire. «  Le but c’était de pouvoir sortir le plus d’animaux possible de là. Pour que la dame cède définitivement ses animaux, l’unité du bien-être animal a accepté de lui laisser quelques chiens en contrepartie (4). Mais c’est à la condition que les propriétaires changent de comportement et il y aura des contrôles  », explique l’inspecteur de la SRPA.

    16Des chats malades, avec des infections carabinées ont été retrouvés. © SRPA

    Un nouveau contrôle doit être fait chez ces propriétaires prochainement. Cette fois, ce sont les conditions de vie des chevaux des raerenois qui seront passées à la loupe.

    18Les inspecteurs de la SRPA ont trouvé des cadavres d’animaux un peu partout dans la maison. © SRPA

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Ce croisé Basset a disparu depuis le 20 février 2017 de Plainevaux (Liège). Avis de recherche.

    calista 2.jpg

    Croisé Basset, mâle, brun clair, poil long
    Age : 4 - 5ans
    Perdu le 20/02/2017 à 4122 Plainevaux (strivay)
    Nom : Rodger
    Il porte un collier [Collier rouge]
    Signes particuliers : Oreilles brunes marrons, petite queue. Très peureux et méfiant
     
    Propriétaire :
    Marion Rose-Marie
    Rue Strivay 129   - 4122 Plainevaux
    Tél. : 0474.816.315
    Tél. : 0496.690.520
    E-mail : rose-marie.marion@voo.be
  • Ce Croisé Malinois/Rodesian a disparu depuis le 17 février 2017 de Ougrée (Liège). Avis de recherche.

    Capture.JPG

    Croisé Malinois/rodesian, mâle, fauve, poils ras
    Age : 3mois
    Perdu le 17/02/2017 à 4102 Ougrée
    Nom : York

    Le propriétaire a confirmé le 19/02/2017 que York n'a pas encore été retrouvé.

    Propriétaire :
    Adriano Bomba
    Rue de Rotheux 327/7   - 4100 Seraing
    Tél. : 0492.563.177
    Tél. : 0492.563.177
    E-mail : adrimelia1972@gmail.com
  • Ce Jack Russel a disparu depuis le 19 février 2017 de Rocourt (Liège). Avis de recherche.

    Capture.JPG

     
    Jack Russel, mâle castré, tête brune et corps blanc tacheté de noir, poil ras
    Age : 7 ans
    Perdu le 19/02/2017 à 4000 Rocourt, Chaussée De Tongres, 626
    Nom : Roger
    Il porte un collier
    Puce : 947 . 000 . 000 . 310 . 483
     
    Propriétaire :
    Fastrez  Anne
    Chaussee de Tongres  626   - 4000 Rocourt
    Tél. : 0472.920.257
    E-mail : anne_fastrez@hotmail.com