SRPA

  • Chagall, cet adorable chien recherche une nouvelle famille.

    21558616_1421496271233520_1292386278767897749_n.jpg

    Chagal vous attend au refuge de Cointe
    Croisé American Staff., Mâle
    [7 ANS 3 MOIS]

    Coucou les amis. Moi, c'est Chagall. Je sais, je suis impressionnant. pourttant, je suis un vrai sympa! Malheureusement, je suis ici car on n'avait plus le temps de s'occuper de moi.. je suis propre, encore plein de vie, affectueux et toujours content quand on me fait des caresses. venez me rendre visite, vous verrez que je dis vrai...

    Autres photos ICI

     

    Imprimer Catégories : Refuge, SRPA
  • Une aide de 500.000 euros aux refuges wallons. Il y a toujours plus d’abandons d’animaux...

    3.JPGFonctionnant grâce aux dons et à l’aide de bénévoles, les refuges pour animaux vont recevoir plusieurs milliers d’euros pour améliorer leurs infrastructures ou acheter du matériel.  

    « Les refuges wallons pour animaux sont malheureusement confrontés à une augmentation de leur fréquentation », constate Carlo Di Antonio, ministre wallon du Bien-être animal.
     
    Un appel à projets est donc lancé pour apporter un coup de pouce financier à ces établissements qui ne peuvent compter que sur les dons et l’aide des bénévoles pour recueillir plus de 26.700 animaux par an. Au niveau belge, le nombre d’abandons est de plus de 56.000 chaque année.
     
    Selon les dernières statistiques disponibles (2015), six chiens sur dix accueillis en refuge sont été trouvés sur la voie publique et quatre ont été déposés par leur propriétaire. Près de 25 % des chats ont été confiés directement au refuge et 75 % ont été ramassés dans les rues.
     
    « L’objectif de cet appel à projets est le développement du bien-être animal au sein des refuges », souligne le ministre Di Antonio.
     
    Les subventions octroyées devront servir à aménager des infrastructures ou l’achat de matériel. Concrètement, elles permettront de rénover les lieux où vivent les animaux, d’améliorer la qualité des soins vétérinaires, de remplacer du matériel usagé ou de créer des aires de jeux et de promenade pour que les pensionnaires puissent se dépenser au lieu de se morfondre dans leurs cages.
     
    Jusqu’à 6.000 euros
    Seuls les 90 refuges wallons agréés, répondant à de stricts critères en matière d’équipement, d’hygiène et de sécurité seront subsidiés. Le montant est fixé en fonction de la capacité d’accueil du refuge. Il est plafonné à 3.000 euros entre 15 et 25 animaux, 4.000 € jusqu’à 50 animaux, 5.000 € jusqu’à 75 animaux et 6.000 € au-delà.
     
    Les sommes seront ajustées en fonction du nombre de candidatures et de la qualité des dossiers introduits. Les candidats intéressés doivent entrer leur demande pour le 25 septembre au plus tard via un formulaire téléchargeable sur dianotonio.wallonie.be.
     
    Selon nos informations, l’enveloppe totale dégagée est de 500.000 euros.
    Au-delà du coup de l’aide financière apportée, le ministre Carlo Di Antonio déplore la proportion toujours plus importante d’animaux abandonnés par leurs propriétaires : « Accueillir un animal doit être un acte mûrement réfléchi, notamment au regard des contraintes et des coûts que cela peut représenter ».

    Imprimer Catégories : Refuge, SRPA
  • Chiens et chats: 20 % d’abandons en plus durant l’été. Les animaux, premières victimes des grandes vacances!

    52.JPGLaissés pour compte durant l’été, les chats et les chiens pullulent actuellement dans les refuges. L’été reste la période la plus critique pour les abandons d’animaux, les chats restant les premiers concernés  

    Chaque année, c’est la même rengaine : les refuges pour animaux de compagnie affichent complet durant l’été. En cause, la malveillance des propriétaires qui n’hésitent pas à abandonner leur chien ou leur chat s’ils ne trouvent pas de solution de garde pour les vacances.
     
    Les premiers touchés restent les chats. « On en stérilise 1.400 par an, mais ce n’est pas encore suffisant pour faire diminuer le nombre d’abandons. Beaucoup viennent nous déposer des portées entières de chatons qui n’ont parfois que quelques heures. Ils ne sont donc pas stérilisés et peuvent même venir de chats errants », explique Fabrice Renard, inspecteur principal à la SRPA de Liège. Si les chiffres restent relativement stables en termes de nombre d’abandons, on constate toujours, une recrudescence durant la période estivale. Environ 20 % d’abandons de plus !
     
    Un phénomène que l’on connaît moin s, ce sont les fugues des animaux en pension. « Les chiens ou les chats qui restent chez des amis parviennent parfois à s’enfuir. Dans ce cas, les « accueillants », ne préviennent pas directement la SRPA. Ils attendent que les propriétaires rentrent pour leur annoncer la triste nouvelle. On a encore eu le cas la semaine dernière avec un chat qui avait finalement été retrouvé et était chez nous en attente de trouver une famille. C’est important de toujours prévenir rapidement en cas de perte d’un animal », estime Fabrice Renard.
     
    Grâce à l’identification obligatoire des chiens, ces derniers sont moins victimes que les chats des abandons mais cela reste tout de même courant. « On voit les résultats positifs de l’identification mais cela reste un sérieux problème pour les chats. D’autant que beaucoup ne respectent pas la réglementation en matière de stérilisation », déplore l’inspecteur principal. Les petits félins, lorsqu’ils sont abandonnés passent d’abord par une famille d’accueil le temps qu’ils soient sevrés, en attendant de trouver une famille sur le long terme.
     
    Des euthanasies aussi...
     
    Mais au vu du nombre d’abandons, il est impossible de répondre à la demande. « Certains sont euthanasiés car trop petits ou trop nombreux. On ne trouve pas toujours une famille à temps, surtout en cette période », déplore Fabrice Renard.
    C’est donc bien le moment d’adopter un animal de compagnie. Du moins, si vous disposez de l’infrastructure adaptée et d’assez de temps pour vous en occuper. Les refuges du pays regorgent d’animaux qui ne demandent qu’à être câlinés.
     
    Les chats issus de la SRPA sont tous stérilisés et en ordre de vaccins au moment de leur vente aux particuliers. Comptez 70 euros pour un chat et 270 euros pour un chien. Certains chiens sont toutefois vendus 170 euros mais ils n’ont pas encore été stérilisés. Leur nouveau propriétaire doit s’engager à le faire dans les deux mois après l’acquisition du compagnon à quatre pattes. Adoptez ! Mais pas à la légère…

    Imprimer Catégories : SRPA
  • Helios vous attend au refuge SRPA de Cointe (Liège).

    Capture.JPG

    Salut tout le monde, moi c'est Helios, un magnifique saint bernard de presque 5 ans. Mon maître n'était plus capable de s'occuper de moi à cause de gros problèmes de santé. Je suis habitué à vivre en famille à l'intérieur, je ne souhaite donc pas être adopté par des personnes qui envisagent de me laisser dehors tout le temps : en effet, j'ai besoin de confort et d'affection. Bien qu'impressionnant dans ma cage, je suis très gentil. Il parait que j'adore regarder les oiseaux. Si vous êtes à la recherche de 88kg de bonheur, il faut absolument venir me rendre visite. J'ai hâte de vous rencontrer. A bientôt.

     

    Imprimer Catégories : Refuge, SRPA
  • Ce chien a été recueilli par la SRPA de Charleroi. Le reconnaissez-vous?

    preparationorateurs-compressor.jpg

    Chiens
    n° id: 117001721
    Mon sexe : Femelle
    Ma race : X bichon
    Mon âge : 1 AN 2 MOIS
    Mon/Mes couleur(s) : Blanc
    J'ai été : Recueilli
    contact : spa de charleroi

  • Popsi, ce Carlin attend une nouvelle famille à la SPA de Charleroi.

    19366128_10154899562163843_4272543145752016121_n.jpg

    Chiens
    n° id: 117001600
    Mon nom : Popsi
    Mon sexe : Femelle
    Ma race : Carlin
    Mon âge : 6 ANS 3 MOIS
    Mon/Mes couleur(s) : Beige
    J'ai été : Recueilli
    contact : spa de charleroi

    Imprimer Catégories : A adopter, SRPA
  • Ce chien a été recueilli par la SRPA de Charleroi. Il recherche désormais un nouveau maître!

    18157533_410746775963528_8171578408651721706_n.jpg


    n° id: 117001137
    Mon sexe : Mâle
    Mon âge : 6 ANS
    Mon/Mes couleur(s) : Beige
    J'ai été : Recueilli
    Je viens de : Manage
    contact : spa de Charleroi

  • Mouscron : la SPA accusée de maltraitance animale!

    Invit chasse oeufs 2017_Page_1.jpg

    Une dizaine d’anciens bénévoles de la SPA de Mouscron –  partis contre leur gré ou de leur propre chef  – ont décidé de faire la lumière sur les conditions dans lesquelles vivent les animaux du refuge. « Maltraitance », « hygiène déplorable », « euthanasies à tour de bras », les témoignages pleuvent. Le personnel de la structure s’en défend. Une plainte a été déposée pour diffamation. Décryptage.

    La situation ne daterait pas d’hier. Mais ces derniers jours, la polémique a enflé, lorsque Pierre, un ancien bénévole de la SPA, a posté un message Facebook sur la page de l’association. Dans ce dernier, l’homme annonce que lui et Mimi, une autre bénévole bien connue au refuge, viennent de se faire évincer par la direction «  pour avoir dévoilé des photos de chiens en bonne santé, euthanasiés malgré tout  ».

    Rapidement, les internautes s’étaient insurgés, pointant du doigt les méthodes peu scrupuleuses de la directrice et du vétérinaire. Et allant même jusqu’à évoquer une forme de «  torture animale  ».

    Si, depuis, le message a été supprimé, les témoignages résonnent encore. «  On a été interdit de séjour tout simplement. Parce que nous, on aidait vraiment, et on a vu des choses. Ça n’a pas plu  », note-t-il.

    À ses côtés, Mimi, la cinquantaine, retient ses larmes. Celle qui a consacré sa vie au service du bien-être animal n’ira plus dans son deuxième foyer. «  J’ai toujours tout donné pour eux. Si les bénévoles n’étaient pas là, les animaux, vivraient dans des conditions horribles, encore plus qu’elles le sont aujourd’hui », déplore-t-elle

    Insalubrité et maltraitance ?

    Invit chasse oeufs 2017_Page_2.jpgParce qu’ils n’auraient pas voulu fermer les yeux sur les «  méthodes douteuses  » de la SPA, une dizaine de bénévoles ont dû, bon gré, mal gré, se retirer. «  Il y a des animaux qui pataugent dans leurs excréments car les ouvriers ne nettoient jamais les boxes. Les gamelles d’eau ne sont jamais remplies, parfois, il y a même de l’eau stagnante avec de la mousse verte dedans parce qu’ils les laissent dehors. Les employés n’ont aucune compétence. Ils ont été mis là alors qu’ils n’y connaissent rien en matière d’animaux  », précise une autre bénévole, qui est partie d’elle-même parce qu’elle «  ne supportait plus de voir les animaux souffrir  ».

    De fait, ils sont beaucoup à témoigner de la maltraitance subie par les chats et les chiens du refuge : «  J’ai vu des petits chatons malades qui devaient normalement être mis en quarantaine dans des boxes à part, jetés dans les chatteries, pour mettre des chiens dans ces mêmes boxes, sans même les désinfecter . Des chats sont morts, et des chiens attrapent régulièrement des maladies  », reprend-elle.

    Le vétérinaire mis en cause

    Tous s’accordent à dire que les soins pratiqués sur les animaux sont réalisés dans des conditions d’hygiène déplorables, allant même jusqu’à mettre en cause Christian Breynes, le vétérinaire, rebaptisé par certains « le boucher de la SPA ». «  Son cabinet est dégueulasse ! La plupart des animaux ressortent avec des complications, des infections. On a même été obligés d’aller voir un autre vétérinaire un jour, qu’on a dû payer nous-mêmes, et qui nous a bien dit que c’était du travail bâclé, et que la plaie avait été refermée avec du fil de vache  », confie Pierre.

    Les bénévoles dénoncent également des «  euthanasies à tour de bras  », alors qu’il resterait suffisamment de place au refuge : «  Au lieu de soigner les animaux malades, il les tue. Ça coûte moins cher, et c’est plus simple  », reprend-il.

    Sans preuve tangible du reste, d’autres témoignages font état d’actes de torture pratiqués sur les animaux par les ouvriers, avant leur euthanasie : «  Les chiens ne sont pas nécessairement endormis avant d’être piqués. La dernière fois, un chien qui a senti qu’il allait être euthanasié s’est débattu. Ils l’ont tabassé pour qu’il reste tranquille.  »

    Un dossier a été constitué par l’équipe de bénévoles, qui envisage de se tourner vers les organismes de protection animale. Une plainte devrait être déposée au commissariat sous peu, pour actes de maltraitance.

    Article du site internet La Meuse.be

    Imprimer Catégories : SRPA