SRPA

  • Mouscron : la SPA accusée de maltraitance animale!

    Invit chasse oeufs 2017_Page_1.jpg

    Une dizaine d’anciens bénévoles de la SPA de Mouscron –  partis contre leur gré ou de leur propre chef  – ont décidé de faire la lumière sur les conditions dans lesquelles vivent les animaux du refuge. « Maltraitance », « hygiène déplorable », « euthanasies à tour de bras », les témoignages pleuvent. Le personnel de la structure s’en défend. Une plainte a été déposée pour diffamation. Décryptage.

    La situation ne daterait pas d’hier. Mais ces derniers jours, la polémique a enflé, lorsque Pierre, un ancien bénévole de la SPA, a posté un message Facebook sur la page de l’association. Dans ce dernier, l’homme annonce que lui et Mimi, une autre bénévole bien connue au refuge, viennent de se faire évincer par la direction «  pour avoir dévoilé des photos de chiens en bonne santé, euthanasiés malgré tout  ».

    Rapidement, les internautes s’étaient insurgés, pointant du doigt les méthodes peu scrupuleuses de la directrice et du vétérinaire. Et allant même jusqu’à évoquer une forme de «  torture animale  ».

    Si, depuis, le message a été supprimé, les témoignages résonnent encore. «  On a été interdit de séjour tout simplement. Parce que nous, on aidait vraiment, et on a vu des choses. Ça n’a pas plu  », note-t-il.

    À ses côtés, Mimi, la cinquantaine, retient ses larmes. Celle qui a consacré sa vie au service du bien-être animal n’ira plus dans son deuxième foyer. «  J’ai toujours tout donné pour eux. Si les bénévoles n’étaient pas là, les animaux, vivraient dans des conditions horribles, encore plus qu’elles le sont aujourd’hui », déplore-t-elle

    Insalubrité et maltraitance ?

    Invit chasse oeufs 2017_Page_2.jpgParce qu’ils n’auraient pas voulu fermer les yeux sur les «  méthodes douteuses  » de la SPA, une dizaine de bénévoles ont dû, bon gré, mal gré, se retirer. «  Il y a des animaux qui pataugent dans leurs excréments car les ouvriers ne nettoient jamais les boxes. Les gamelles d’eau ne sont jamais remplies, parfois, il y a même de l’eau stagnante avec de la mousse verte dedans parce qu’ils les laissent dehors. Les employés n’ont aucune compétence. Ils ont été mis là alors qu’ils n’y connaissent rien en matière d’animaux  », précise une autre bénévole, qui est partie d’elle-même parce qu’elle «  ne supportait plus de voir les animaux souffrir  ».

    De fait, ils sont beaucoup à témoigner de la maltraitance subie par les chats et les chiens du refuge : «  J’ai vu des petits chatons malades qui devaient normalement être mis en quarantaine dans des boxes à part, jetés dans les chatteries, pour mettre des chiens dans ces mêmes boxes, sans même les désinfecter . Des chats sont morts, et des chiens attrapent régulièrement des maladies  », reprend-elle.

    Le vétérinaire mis en cause

    Tous s’accordent à dire que les soins pratiqués sur les animaux sont réalisés dans des conditions d’hygiène déplorables, allant même jusqu’à mettre en cause Christian Breynes, le vétérinaire, rebaptisé par certains « le boucher de la SPA ». «  Son cabinet est dégueulasse ! La plupart des animaux ressortent avec des complications, des infections. On a même été obligés d’aller voir un autre vétérinaire un jour, qu’on a dû payer nous-mêmes, et qui nous a bien dit que c’était du travail bâclé, et que la plaie avait été refermée avec du fil de vache  », confie Pierre.

    Les bénévoles dénoncent également des «  euthanasies à tour de bras  », alors qu’il resterait suffisamment de place au refuge : «  Au lieu de soigner les animaux malades, il les tue. Ça coûte moins cher, et c’est plus simple  », reprend-il.

    Sans preuve tangible du reste, d’autres témoignages font état d’actes de torture pratiqués sur les animaux par les ouvriers, avant leur euthanasie : «  Les chiens ne sont pas nécessairement endormis avant d’être piqués. La dernière fois, un chien qui a senti qu’il allait être euthanasié s’est débattu. Ils l’ont tabassé pour qu’il reste tranquille.  »

    Un dossier a été constitué par l’équipe de bénévoles, qui envisage de se tourner vers les organismes de protection animale. Une plainte devrait être déposée au commissariat sous peu, pour actes de maltraitance.

    Article du site internet La Meuse.be

    Imprimer Catégories : SRPA
  • Ce chien a été trouvé le 29/03/2017 à Fléron (Liège). Il est actuellement à la SRPA de Liège.

    Capture.JPG

    Ce chien a été trouvé le 29/03/2017 à Fléron (Liège). Il est actuellement à la SRPA de Liège.

  • De nombreux animaux attendent une nouvelle famille dans différents refuges. Consultez la liste...

    Capture.JPG

    De nombreux animaux attendent une nouvelle famille dans différents refuges. Consultez la liste...

    Liste: ICI

    Imprimer Catégories : SRPA
  • Herstal (Liège): des habitants d'un appartement ont tout quitté en laissant leurs animaux derrière eux, un chat probablement mangé par un chien...

    Capture2.JPG

    C’est suite à une plainte reçue par son service d’inspection que la SRPA a pu découvrir les conditions horribles dans lesquelles des animaux abandonnés vivaient depuis une quinzaine de jours. Un des chats a même été retrouvé à l’état de squelette. Il a probablement été dévoré par le chien de l’appartement, sûrement affamé.

    L’ambulance animalière a été la première à intervenir sur les lieux de l’incident. Alertée par une voisine, elle s’est rendue sur place pour constater l’état de santé d’un chat abandonné. La Société Royale Protectrice des animaux a quant à elle été prévenue ce lundi.

    Elle s’est également rendue sur place et a pu remarquer que trois animaux ont été lâchement abandonnés par leurs maîtres depuis une quinzaine de jours. L’un d’eux a d’ailleurs été retrouvé à l’état de squelette, l’autre a disparu et est probabalement en train de errer dans les rues d’Herstal tandis que le troisième était dans un piteux état. Il a d’ailleurs été emmené dans les locaux de la SRPA afin d’être examiné et soigné.

    Capture.JPG

    Imprimer Catégories : Faits divers, SRPA
  • 1.130 plaintes en 2016 à la SRPA de Liège. 87 animaux ont finalement été saisis!

    Capture.JPGLe nombre de plaintes pour des animaux maltraités ne diminue pas. « Les gens sont de plus en plus sensibles à la détresse animale », nous explique-t-on à la SRPA.  

    La négligence et la maltraitance des animaux demeurent plus que jamais d’actualité. Les chiffres de 2016 à la SRPA de Liège le démontrent une fois de plus. En effet, pas moins de 1.130 plaintes sont arrivées au refuge au cours de l’année 2016. Et ce sont 87 animaux qui ont été saisis des suites de ces plaintes.
    Un chiffre élevé pour lequel Fabrice Renard, responsable du refuge et inspecteur principal de la SPA de Cointe, a une explication : « Ce phénomène de maltraitance a toujours existé, mais aujourd’hui, les gens sont de plus en plus sensibles à la cause animale et se rendent compte qu’il faut aider ces animaux en détresse. C’est pourquoi ils dénoncent de plus en plus . »
     
    Tout le monde peut porter plainte. La procédure reste ensuite la même, peu importe que le cas ait été signalé par un témoin visuel, le voisinage, des membres de la famille ou même le service de police. « Un premier contact téléphonique s’effectue avec le plaignant. On juge alors le degré de gravité selon l’état physique de l’animal, sa maigreur, les soins qui lui sont dispensés mais aussi l’abri dont il dispose », explique le responsable de la SRPA.
     
    Une fois évalué l’importance du danger encouru par l’animal, les inspecteurs effectuent une visite sur place. « Le problème, c’est que la SRPA ne joue qu’un rôle de médiateur entre le citoyen et la justice », continue Fabrice Renard. « On ne peut que constater les faits et signaler au particulier qu’il est en infraction pour qu’il rectifie la situation ». Si le problème persiste, c’est l’UBEA, le service de bien-être animal de la Région wallonne, qui est saisie. Un PV peut être rédigé avant la solution ultime : la saisie de l’animal. « On constate un meilleur suivi des autorités, notamment sur les petits délits qui sont davantage pris en compte », explique Fabrice Renard.
     
    Saisi, l’animal sera alors confié au refuge agréé le plus proche. Une fois le dossier clôturé au niveau judiciaire, l’animal pourra soit être réintégré chez son propriétaire sous des conditions strictes, soit être cédé au refuge qui tentera de lui trouver une nouvelle famille.
     
    Pour 2016 toujours, 2.103 chiens, et 2.087 chats ont été accueillis au refuge de Cointe, toutes causes confondues.

    Imprimer Catégories : Refuge, SRPA
  • Ce Bouvier Bernois a été découvert le 30 décembre 2016 à Seraing (Liège). Le reconnaissez-vous?

    62.JPG

    Femelle Bouvier Bernois +/- 6ans,sans collier, trouvée ce 30/12/16, rue de la Troque à Seraing.

    Puce non à jour... Déposée à la SRPA de Liège.

  • Liège: Un jeune husky attaché et lâchement abandonné sur le parking du Delhaize!

    Blog.JPGLe drame a été évité de justesse, dimanche à Seraing, dans la banlieue liégeoise. Un jeune husky de deux ans a en effet été lâchement abandonné sur le parking du Delhaize, attaché aux caddies. Où il a passé un peu plus de 5 heures, en plein soleil, en attendant qu’on vienne le sauver.
     
    Ainsi que le raconte sa bienfaitrice, Françoise Guillaume, « c’est une riveraine qui nous a alertés, après qu’une connaissance l’a prévue qu’un chien était attaché sur le parking du Delhaize depuis plus de 5 heures. Elle a délivré le chien, et l’a amené chez le vétérinaire pour voir s’il était pucé, ce qui n’était pas le cas. Dans un cas pareil, la procédure est de déposer le chien à la police ou à la SPA. Mais, dans un refuge, rien ne nous disait qu’il ne serait pas euthanasié ».
     
    Une fin que Françoise voulait absolument éviter à ce petit miraculé, baptisé Sam. « Je suis active dans la protection animale, et je lutte activement contre les abandons. J’ai accepté de recueillir Sam chez moi le temps qu’il trouve une famille. C’est un chien très gentil avec les humains et les autres chiens. Il écoute bien, mais il a peur de quitter la voiture : c’est sûrement comme ça qu’il a été abandonné » devine Françoise. Qui cherche désormais une famille pour recueillir son protégé.
     
    « C’est un jeune husky, donc il lui faut de l’espace, et un maître qui sache lui tenir tête ». Et qui s’abstiendra de l’abandonner à nouveau… (K.W)

    Imprimer Catégories : Faits divers, SRPA
  • Saisie importante de chiens par la SRPA et l'UEBA ce jeudi 11 août 2016 à Pepinster (Liège).

    13903177_1082250245144661_4055828521139109753_n.jpg

    Ce jeudi 11 août 2016, le service inspections de la SRPA de Liège a été appelé par l’UBEA (Unité Bien-être Animal) de la région wallonne afin de lui prêter son concours à l’occasion d’une importante saisie dans la région de Pepinster.


    13962774_1082250101811342_4748221780498119838_n.jpgPas moins d’une vingtaine de chiens ont été saisis et transférés dans des refuges (SRPA de Liège et SVPA de Verviers). Deux véhicules de la SRPA dont le camion « chenil » ont été mobilisés pour le transport des chiens qui étaient tous des Briards ou des Bergers Allemands.


    Ils étaient détenus dans des conditions déplorables chez un éleveur agréé (sic !). Il s’agissait de chiens qui avaient participé jadis à des concours. Vous comprendrez aisément à la vue des photos que les conditions de détention et d’hygiène laissaient vraiment à désirer.


    En raison de problèmes de transit (différents voyages en France ont été signalés par la propriétaire lors de son audition) et de l’absence de vaccination antirabique, les chiens vont rester bloqués en quarantaine pendant plusieurs semaines.


    Leur remise en forme a commencé immédiatement par un bon toilettage et dès qu’ils seront sur pieds et déclarés sains ils pourront être proposés à l’adoption.

    14022288_1082250241811328_3540976714209715042_n.jpg

    Imprimer Catégories : SRPA