chevaux

  • De plus en plus de chevaux négligés en Belgique !

    lama.JPGBonne nouvelle en ce qui concerne la maltraitance animale : en 2013, « seulement» 1.610 animaux ont été saisis et volontairement cédés. C’est nettement moins qu’en 2012, selon le rapport annuel de la direction générale Animaux, Végétaux et Alimentation, qui en dénombrait alors 2.548. Ce qui représente toute de même une chute de 37 %.

    Si cette baisse concerne la quasi-totalité des espèces, dont les chiens (504 contre 835) et les chats (201 contre 343), la joie n’est pas la même pour les équidés. Le nombre de chevaux, poneys et ânes saisis et volontairement cédés en 2013 a plus  que doublé par rapport à 2012 : 163 cas contre 66. Comme on l’explique au Bien- Être animal, les statistiques peuvent être boostées par une seule saisie extraordinaire. Ce fut notamment le cas en 2012 où on comptabilisait plus de 600 lapins, cobayes et autres rongeurs contre... 32 en 2013. 280.883

    CHEVAUX EN BELGIQUE

    Mais on constate que, dans son rapport de 2012, la DG Animaux, Végétaux et Alimentation regrettait déjà une progression des cas de négligence des chevaux. « Le nombre de chevaux détenus comme animaux de compagnie a considérablement augmenté ces dernières années. Le prix d’achat est dès lors nettement moins élevé qu’autrefois. Certains sont même offerts gratuitement sur Internet. Cette baisse du prix d’achat fait que beaucoup de chevaux se retrouvent chez des gens qui n’ont pas les connaissances, le temps et les moyens financiers nécessaires pour les soigner convenablement », déplore la DG.

    En 2013, 21.834 chevaux ont été inscrits dans la base de données centrale (contre 24.408 en 2012). Ce qui porte, fin de l’année dernière, à 280.883 le nombre de chevaux enregistrés dans la banque centrale. À signaler que, depuis 2008, tous les équidés présents sur le territoire belge doivent être identifiés et enregistrés. Et que les contrôles sont de plus en plus fréquents. Ce qui peut aussi expliquer l’augmentation du nombre d’animaux saisis et sur- tout volontairement cédés. (P.Martin)

  • Récidive à Awans (Liège): un nouvel équidé est saisi pour négligence grave !

    saisie-awans-2-010.jpgLe vendredi 21 février 2014, Animaux en Péril s’est déplacée à Awans (Liège) afin de procéder à la saisie d’un jeune cheval gravement négligé.

    Livré à lui-même

    Arrivés sur les lieux, nos délégués, l’inspection vétérinaire et la police délivrent le poulain d’un box crasseux, sans litière ni nourriture. Dans l’abreuvoir, une accumulation de crottins a fini par remplacer l’eau. La prairie se résume à un carré herbeux trop exigu pour nourrir le malheureux. Aucun apport en foin ne s’y trouve; un aliment pourtant essentiel à la digestion et la bonne santé de n’importe quel cheval. Aux questions de l’inspecteur, les propriétaires répondent simplement qu’ils n’ont pas trouvé d’endroit où acheter leur foin.

    L’ensemble de la propriété tient davantage du dépotoir que de l’habitation, parsemée d’une multitude de déchets dangereux: sacs en plastique, débris de verre, vieux matelas, planches de bois, et bien d’autres.

    Le poulain, maigre et assailli par les poux, est rapidement emmené au refuge de Meslin-l’Évêque afin d’y recevoir les soins nécessaires à son rétablissement.

    Troisième saisie à Awans

    saisie-awans-2-001.jpgLes responsables de l’équidé saisi ce 21 février étaient surveillés depuis plusieurs mois par la SRPA de Liège, qui avait déjà dû intervenir en urgence pour tenter de sauver un cheval. Malheureusement, l’animal à l’agonie a dû être euthanasié sur place. Une deuxième saisie s’est déroulée en décembre 2013. Animaux en Péril a alors pris en charge un poney de dix-neuf ans, particulièrement maigre et envahi par la vermine.

    Suite à cette intervention, le service Bien-être animal du SPF Santé publique a transmis des instructions très précises aux propriétaires pour améliorer rapidement et de manière significative les conditions de détention du dernier équidé resté sur place. Après une observation attentive de la situation, la police locale a constaté qu’aucun changement n’avait été apporté au bien-être de l’animal. Les propriétaires, agressifs et menaçants lors de l’intervention, ont de fait complètement ignoré les injonctions du SPF.

    Afin d’éviter au jeune cheval le cauchemar vécu par ses deux anciens compagnons, les autorités ont décidé de le saisir immédiatement, sans attendre que la situation se dégrade davantage.

    Animaux en Péril attend aujourd’hui l’annonce de la confiscation définitive avant de pouvoir proposer le poulain en parrainage ou à l’adoption.

    Site de Animaux en Péril: ICI