cours de secourisme pour chien

  • Des cours de secourisme pour Médor et Scoubidou. Christine Dufours forme aux gestes qui sauvent les chiens !

    Les gestes qui sauvent, version canine ! Christine Dufours donne des formations destinées à secourir nos amis à quatre pattes. Une discipline répandue en France, mais unique chez nous !

    Capturer2.JPGLa Jumétoise a trouvé sa vocation au détour d’une émission télévisée. «En regardant un reportage sur le secourisme canin lors de l’émission « 30 millions d’amis », j’ai su que c’était ce que je voulais faire». Aussitôt dit, aussitôt fait : l’aide-soignante s’inscrit à une formation à Strasbourg auprès des équipes cynotechniques aquatiques. Elle imagine en racheter les droits pour pouvoir dispenser ces cours en Belgique. Mais, l’aventure s’annonce très compliquée. Trop au bout du compte... «J’ai construit le cours moi-même. Et je l’ai fait enregistrer et authentifier légalement.» Voilà donc pour la genèse !  «En aucun cas, il n’est question de se substituer au vétérinaire. Le but est de former le maître à poser le bon geste au bon moment pour lui permettre de stabiliser son animal, avant de l’emmener dans les meilleures conditions possible chez le vétérinaire», explique Christine Dufours.

    Les cours, qu’elle dispense, s’adressent à tous : à celles et ceux qui travaillent en binôme avec un chien, aux clubs canins, mais aussi à vous et moi. Les pompiers de Charleroi, mais aussi de Gand et de Bruges les ont suivis... La formation porte sur une série de scénarios classiques : la syncope, l’épilepsie, les blessures (oreilles, yeux, pattes...), la noyade, l’hydrocution, les accidents domestiques, etc. Elle nécessite la présence du maître et de son chien et vous sera facturée 30 euros. Elle se déroule en deux temps. Le premier est davantage théorique. Histoire d’illustrer le propos, Christine Dufours peut compter sur Casper, un mannequin chien, venu tout droit du Royaume-Uni, qui se prête à toutes les démonstrations. Une réplique plus vraie que nature qui a coûté la bagatelle de 1.000 euros quand même.

    À FAIRE ET À NE PAS FAIRE !

    Capturer.JPGGrâce à Casper, vous apprendrez à écouter le cœur du chien, à prendre son pouls à l’artère fémorale... Le second volet de la formation est plus pratique : «Quand vous vous blessez à un doigt, vous l’immobilisez. Le chien qui présente une entaille à la patte, a tendance, lui, à la secouer. Du coup, le sang gicle avec plus de force. Il est important de savoir comment le rassurer, puis le panser pour l’emmener chez le vétérinaire sans que la situation ne s’aggrave.» On y enseigne les gestes à bannir. Quelques exemples : Médor fait une crise d’épilepsie. «Il ne faut surtout pas crier et encore moins le secouer. Parlez-lui en chuchotant, faites l’obscurité en fermant les rideaux ou en mettant un linge sur sa tête, placez-le en position latérale de sécurité, et glissez votre main sous sa tête pour éviter qu’il ne se blesse pendant qu’il convulse». Scoubidou s’est blessé à l’oreille ? «Rassurez-le. Et immobilisez son oreille avec le pansement pour éviter qu’il ne l’agite et se blesse davantage»

    Christine Dufours se remet aussi régulièrement à niveau. Le 1er mai, elle a participé à Bray-Dunes à un exercice avec les pompiers français et leurs chiens terre-neuve, champions du sauvetage aquatique. Et dans quelques mois, elle participera à un stage avec les pompiers de Paris. (Journal de ce jour - M-G.D)