ogy

  • Tournai: 25 chevaux sont toujours dans l'enfer d'Ogy: le marchand, lui, reste en prison...

    ogy, pascal delcourt, Au total, 41 équidés (chevaux, ânes et poneys) ont été évacués des prairies de Pascal Delcourt, le marchand d’animaux sous le coup d’une saisie judiciaire depuis mardi. Trois animaux ont dû être euthanasiés car trop atteints pour être sauvés. Toutefois, 25 chevaux sont toujours sur place et seraient confiés « aux bons soins » de l’épouse. Le marchand, lui, reste en prison.

    Mandat d’arrêt confirmé, ce vendredi, par la chambre du conseil : Pascal Delcourt reste en prison pour l’instant. Mardi, ce marchand d’animaux d’Ogy, dans l’entité de Lessines, avait été interpellé par la police des Collines, tandis que ses (très nombreux) animaux faisaient l’objet d’une saisie judiciaire ordonnée par la juge d’instruction de Mons. Au total, 41 équidés (des chevaux surtout, mais aussi des ânes et des poneys) ont été saisis et dispatchés chez Animaux en péril et des refuges amis de toute la Wallonie. Une quinzaine de chiens ont également été placés, de même que de nombreux oiseaux exotiques confiés au SPW. Tous maigres ou dans un état sanitaire délicat.

    La jambe infectée jusqu’à l’os

    Deux chevaux et un poney avaient été retrouvés morts. Et trois chevaux ont dû être euthanasiés sur décision vétérinaire dont celui qui souffrait d’une grave infection à la jambe : «  Même le cartilage était rongé, faute de soins  », regrette Jean-Marc Montegnies, d’Animaux en Péril. «  Les souffrances pour l’animal étaient telles qu’on a dû se résoudre à prendre cette décision  ».

    Les 41 autres équidés sont désormais soignés, lavés, chouchoutés dans les différents refuges, en attendant une décision du juge. «  On espère sincèrement que la confiscation sera définitive  », souligne Jean-Marc Montegnies. «  Seulement après, ils pourront être éventuellement adoptés  ». Animaux en Péril a également récupéré deux veaux des prairies d’Ogy. «  C’est la première fois, en 20 ans d’existence, que nous sommes face à une telle situation, c’est-à-dire une juge d’instruction qui décide de la saisie. Nous sommes donc un peu dans l’inconnue face aux suites qui seront données au dossier, mais nous avons beaucoup d’espoir et de détermination… ».

    Rappelons que Pascal Delcourt a déjà été condamné à trois reprises pour des faits similaires et cette fois, s’ajoute un autre chef d’inculpation assez grave : l’abattage illégal de chevaux et la vente de viande destinée à la consommation humaine.

    Toutefois, outre les trois chiens qui n’étaient pas concernés par la saisie judiciaire, 25 équidés environ se trouvent toujours dans les prairies d’Ogy, a-t-on appris vendredi. Ils ne seraient effectivement pas assez « mal en point » pour être saisis et sont confiés aux soins de la famille Delcourt, c’est-à-dire de l’épouse du marchand d’animaux, sous la vigilance de la police. Il s’agit des animaux dont l’état sanitaire n’est pas jugé « inquiétant ou sévère », nous dit-on. Deux interdictions les concernent toutefois : ils ne peuvent ni être vendus, ni négociés, du moins pour l’instant.

    Imprimer Catégories : Faits divers