Idée reçue n°3 : le chien n’a qu’un maître !

Capturer.JPGDésormais, vous retrouverez chaque mois notre nouvelle rubrique qui fait la part belle à toutes les idées reçues qui circulent sur le comportement et les besoins de nos toutous…

Idée reçue n°3 : le chien n’a qu’un maître

Origine

Difficile de dire d’où peut bien provenir cette idée… Pourquoi le chien n’aurait-il qu’un seul maître ? Dans la nature, il ne vit pas en couple, mais en groupe de plusieurs individus. Il est donc normal pour lui de se retrouver entouré de plusieurs membres d’une même famille. Ce qui ne veut pas dire non plus qu’il trouve anormal de se retrouver avec une seule personne. Les chiens vivant avec une seule personne considèrent simplement qu’ils ont une petite meute, cela ne les perturbe absolument pas.

Hiérarchie linéaire

Capturer.JPGPour en revenir au groupe, nous y trouvons, aussi bien dans la nature que dans le cas du chien domestique, une hiérarchie linéaire, où chaque membre aura une place bien définie. En fait, le numéro un dominera le numéro deux qui dominera le numéro trois et ainsi de suite. Cela explique que, à la base, avant tout positionnement hiérarchique, le chien voit les membres de sa famille de la même manière. Une fois qu’il arrivera en maturité hiérarchique, il se trouvera quelque part dans la hiérarchie, soit tout devant (ce qui n’est évidemment pas l’idéal), soit tout derrière (dans le meilleur des cas), soit entre l’un et l’autre membre de la famille. S’il est numéro deux dans la hiérarchie, il pourra alors effectivement donner cette impression de n’avoir qu’un seul maître, puisqu’il n’obéira probablement qu’à une seule personne, celle qu’il voit comme étant le numéro un. Ceux qui viendront après lui, les numéros trois, quatre et ainsi de suite, sont soumis à lui, donc il ne les considérera pas de la même façon que le numéro un. Si par contre il est, comme ce doit être le cas, le tout dernier dans la hiérarchie, il considérera tous les membres de la famille exactement de la même manière, ou les respectera en tout cas de façon équivalente. Si maintenant c’est toujours la même personne qui va le promener, il est fort probable que l’attachement affectif sera plus fort avec cette personne-là.

Maître ou membre du groupe

En réalité, « maître » est un terme inventé par l’homme pour représenter la relation qu’il entretient avec son chien. Pour le chien, les individus de sa famille sont en réalité vus tout simplement comme des membres de sa meute. A certains, ceux qui seront vus par lui comme dominant sur lui, il doit le respect. D’autres, par contre, lui doivent le respect s’ils sont considérés par le chien comme inférieurs à lui dans la hiérarchie. Quoiqu’il en soit, il est évident que n’importe quel membre de la famille peut nourrir le chien, aller le promener, jouer avec lui, etc. Pour lui, passer du temps avec un des siens, quel qu’il soit, et même s’il lui est soumis, est un bonheur sans pareil. Il réagira donc peut-être juste un peu différemment si un « inférieur » lui donne un ordre, mais pour ce qui est de passer du temps agréable ensemble, il sera toujours partant !

Cohésion sociale

Capturer.JPGIl est d’ailleurs préférable que chaque membre de la famille passe des moments privilégiés avec le chien, pour renforcer la cohésion sociale. Il faut éviter que ce soit toujours la même personne avec qui il va se balader, ou telle autre qui prend le temps de jouer avec lui. Ce qu’il aimera par-dessus tout évidemment, ce sont les activités de groupe, où toute la meute ira promener ensemble. Mais cela n’est pas toujours facile à réaliser et il vaut mieux promener le chien seul que de ne pas le promener du tout parce que l’on ne trouve pas de moment qui arrange tout le monde. En ce qui concerne le repas, si chaque membre de la famille est supérieur au chien dans la hiérarchie qu’ils forment avec lui, n’importe qui peut le nourrir. Si tous ne sont pas dominants sur lui, il est préférable que ce soit le ou les dominant(s) qui le nourrissent. En effet, recevoir son repas d’un « inférieur » peut le perturber étant donné que l’ordre des repas est censé suivre l’ordre hiérarchique. Une fois de plus, nous en arrivons à la conclusion qu’il vaut mieux que la hiérarchie soit bien claire et que la place du chien soit tout à la fin de celle-ci pour faciliter les choses et éviter les problèmes.

Cet article a été rédigé par Julie Willems, éthologue-comportementaliste animalier, et est protégé par le droit d’auteur.

Commentaires