Yolande, 15 mois, mordue par un chien. La jeune fille aura sûrement des séquelles à vie !

Capture.JPGLe 22 septembre, Yolande, âgée de 15 mois a été violemment mordue à la joue par un american staff, dans le Brabant flamand. Hospitalisée, la petite gardera probablement des séquelles à vie. Une plainte a été déposée et est en attente d’un titulaire au parquet de Hal Vilvorde.  

C’est une famille meurtrie que nous recevons ce vendredi, soit dix jours après l’agression de Yolande, une jeune fille de 15 mois, à Liedekerke, dans le Brabant flamand. « Le 22 septembre, vers 9h30, je sortais avec mes deux enfants pour les déposer à la crèche. Yolande était installée dans la poussette lorsque j’ai vu le chien de ma voisine débouler à toute allure vers nous », explique Gisèle, la maman. L’american staff a alors sauté sur la petite fille, renversant la poussette, et l’agrippant violemment à la joue.
 
« Nous étions huit personnes à essayer d’extirper le chien du visage de ma fille », se souvient la mère de Yolande. « J’ai commencé à serrer mes mains autour du cou du chien pour l’étrangler afin qu’il lâche prise. La propriétaire était paniquée, mais n’a absolument rien fait pour enlever son chien de ma fille », déplore-t-elle. « Elle a même dit que si elle continuait, elle allait tuer son chien », ajoute la tante de la mère.
 
En soins intensifs
Les voisins, alertés par le bruit, ont appelé l’ambulance. La fillette a été transportée en urgence aux soins intensifs.
 
« Nous avons dû l’emmener à l’UZ de Jette car elle avait besoin de chirurgie reconstructrice au niveau du visage. Yolande a la mâchoire cassée, les muscles de son visage ont été broyés et elle gardera probablement des séquelles et une cicatrice toute sa vie » , se désole Gisèle.
 
Une plainte a été déposée
Dès le lendemain, la famille a porté plainte au commissariat et a fait appel à un avocat. « Le dossier est en transit entre la police et le parquet de Hal Vilvorde. Nous sommes en attente d’un titulaire », explique M e Dayez. « Ce qui est dingue par contre, c’est que ce chien n’est toujours pas euthanasié. Seul le parquet a le pouvoir de prononcer un tel acte. »
 
La famille, quant à elle, est désemparée. « Nous entendons encore ce chien aboyer. C’est l’enfer. »
La petite Yolande, toujours hospitalisée, a besoin encore de chirurgie faciale. Dès lundi, de nouvelles opérations auront lieu afin de reconstruire une partie de son visage.
« Nous avons également écrit avec le bourgmestre et nous devons bientôt le rencontrer à ce sujet », explique la tante de Gisèle.
 
L’avocat Bruno Dayez espère obtenir gain de cause sur le plan civil. « Nous pourrons obtenir des indemnités, mais voilà, aucune somme d’argent ne permettra à la situation de revenir à la normale » , souligne-t-il.
« Par contre, au pénal, la propriétaire du chien risque une condamnation symbolique. »
Mercredi 28 septembre, une protestation pacifique a été organisée par la famille afin de réclamer l’euthanasie du chien. « Ce sont des procédures qui prennent du temps », rappelle Bruno Dayez.

Imprimer Catégories : Faits divers

Commentaires