• Gauthier (11), ancien élève à l'école d'Oreye et atteint d’un handicap moteur, suivra les cours de 1ère année à Notre-Dame avec First Lady!

    Capture.JPGÂgé de 11 ans, Gauthier Vandeclée, atteint d’un handicap moteur s’apprête à rentrer en première année secondaire à Notre-Dame (Collège Saint-Louis) de Waremme. Mais il ne sera pas seul. Sa chienne, First Lady l’accompagnera chaque jour en classe. Des aménagements ont eu lieu au sein de l’implantation scolaire afin de permettre l’arrivée des deux « meilleurs amis ».  
    Gauthier Vandeclée s’apprête à franchir un cap : rentrer en première secondaire. Ce jeune homme de 11 ans, est atteint d’un handicap moteur suite à une lésion à la moelle épinière. En chaise roulante, il ne se promène jamais… seul. First Lady, sa chienne de 5 ans le suit partout. Et ce, même à l’école. Le 2 septembre prochain, Gauthier rentrera à l’Institut Notre-Dame (implantation du Collège Saint-Louis) à Waremme avec son animal. « Depuis trois ans, Gauthier est accompagné de sa chienne. Il s’agit d’un chien d’assistance formé pour les personnes à mobilité réduite. Elle peut ramasser son crayon, ouvrir une porte ou la fermer, allumer ou éteindre la lampe. Parfois, il arrive que Gauthier veuille une bouteille d’eau, il demande à son chien d’aller en chercher une près de moi et First Lady lui ramène », nous confie son papa, Arnaud Vandeclée. Gauthier considère sa chienne comme sa meilleure amie. « La relation est fusionnelle. Ils vivent ensemble 24h sur 24. Lorsqu’il ira à l’école en septembre, le chien sera toujours aux côtés de Gauthier en classe. Elle lui ramassera son crayon s’il tombe », ajoute le papa de Gauthier.
     
    Des installations de l’école ont été adaptées
    Scolarisé auparavant à Oreye, Gauthier, considéré comme un bon élève se rendait déjà tous les jours à l’école avec son chien. Plus qu’une simple présence, First Lady offre à son maître un véritable réconfort et une précieuse assistance. Entre eux, la relation est fusionnelle. « C’est un appui psychologique. Le fait qu’il entre dans une nouvelle école, First Lady va le rassurer dans ce nouvel environnement », poursuit le papa.
    L’arrivée de Gauthier et First Lady a été anticipée. Plusieurs aménagements ont été effectués afin que leur jeune homme et son animal s’épanouissent le mieux possible dans l’école.
     
    « Dès que nous avons demandé au directeur M. Mouton s’il était possible que Gauthier rejoigne l’école, il a directement été partant. Il est très ouvert aux personnes handicapées, et est proactif », poursuit Arnaud Vandeclée. Des installations ont été adaptées avant la rentrée scolaire.
     
    « Des plans ont été inclinés afin de permettre à mon fils de se rendre aux toilettes. Des rampes ont été accrochées au mur. Il sera dans une classe située au rez-de-chaussée et les titulaires changeront de classes, pas les élèves. Le cours d’informatique sera également donné en vidéoconférence. Il aura également un bureau et une chaise adaptés », continue le papa.
     
    Cet animal dressé durant 2 ans et offert par l’asbl Os’mose à Gauthier ne pourra être approché par les autres enfants de l’école. « Quand Gauthier caresse First Lady, cela est signe de récompense. Le chien doit avoir l’attention portée sur son maître. Nous allons venir donner une séance d’informations aux élèves pour leur expliquer l’importance du chien », nous explique Vanessa Way, directrice de l’asbl Os’mose basée à Tilff.
     
    Dresser un chien coûte entre 15 et 20000 euros.
     
    First Lady, la chienne de Gauthier a été dressée au sein de l’ASBL Os’mose. Une ASBL basée à Tilff dont l’objectif est le bien-être des personnes fragilisées, qu’il s’agisse d’une personne à mobilité réduite ou d’un enfant atteint d’un handicap mental. « Nous formons trois types de chiens d’assistance destinés aux personnes à mobilité réduite, épileptiques et aux enfants autistes. Les chiens sont offerts gratuitement à leurs maîtres. Les frais sont pris en charge par l’association. Nous souhaitons que la personne ait un maximum d’autonomie. Le chien est le prolongement du bras de la personne. Elle peut la déshabiller sans déchirer ses habits par exemple », explique Vanessa Way, la directrice de l’ASBL.
     
    Depuis sa création en 2010, l’ASBL a formé 35 chiens d’assistance. « En 2020, notre objectif est de former 10 chiens pour nos 10 années d’existence. Pour éduquer, cela varie entre 15 et 20 000 euros. Nous vivons principalement de dons. Nous cherchons d’ailleurs des fonds pour pouvoir construire un nouveau centre en septembre prochain », ajoute Vanessa Way.

  • Une «animalerie» clandestine mis au jour à Jette, avec 68 animaux dans 35m2 (photos)

    La section « bien-être animal » de la police de Bruxelles Ouest a sauvé plus d’une vingtaine d’animaux en péril dont certains ont dû être pris en charge par Pairi Daiza parce qu’il s’agissait d’espèces protégées…

    À la suite des plaintes de voisins qui étaient incommodés par « de fortes odeurs d’animaux » qui se répandaient dans tout leur immeuble, la section « bien-être animal » de la police de Bruxelles Ouest est intervenue dans un studio de l’avenue Odon Warland, à Jette.

    Lors d’un premier contrôle mené en date du 20 juin dernier, une soixantaine d’animaux entassés dans ce fameux studio de 35 m² ont été mis au jour : une dizaine de chatons, des chiens, des pigeons, des cochons d’Inde, des tortues, des poissons, mais aussi des animaux qui sont des espèces protégées comme 17 oiseaux sur les 29 découverts. Les cages étaient par ailleurs entassées les unes sur les autres sur chaque mur du studio ainsi qu’au-dessus des meubles de la cuisine et sur la terrasse.

    Après avoir obtenu les autorisations nécessaires auprès du tribunal de police, la police de Bruxelles Ouest et d’autres partenaires (8 personnes au total), ont effectué un nouveau contrôle (avec mandat cette fois) un mois plus tard, en date du 26 juillet dernier, et un total de 22 animaux a ainsi pu être saisi : 10 chatons dans une valise dans un état de maigreur important, 3 pigeons, 2 lapins dans un bac de 30 cm, 4 cochons d’Inde dans une cage de moins de 30cm, 2 tortues terrestres et 1 tortue aquatique.

    Les tortues ont été transportées vers Pairi Daiza qui les a recueillies. Les chatons ont été pris en charge, en accord avec Veeweyde, par l’ASBL « Chat libre ». Les cochons d’Inde et les lapins, qui se trouvaient dans des cages sur la terrasse, malgré les fortes chaleurs, cachés par une bâche, sans eau, ni graines, ont quant à eux été conduits chez Veeweyde.

    Les deux habitants du studio, qui n’y étaient pas domiciliés, Sylvia et Denis, âgés de 41 ans, sans profession, étaient déjà connus de la Justice. Ils faisaient même l’objet de mesures alternatives à la détention. Un p.-v. a été dressé et sera transmis au Parquet de Bruxelles.

    Selon nos informations, les intéressés prétendraient qu’il ne s’agissait pas de vendre les animaux sur des sites de petites annonces. Il appartiendra donc aux enquêteurs de prouver le contraire. Sachez enfin que si tous les animaux n’ont pas été saisis sur place, c’est parce que Sylvia et Denis disposent encore de six mois pour tenter de régulariser leur situation dans un autre lieu que ce studio de 35 m2.