Après la chasse au loup, la chasse à l’homme ! 30.000 € proposés à qui permettra de trouver le tueur de Naya.

Capture22.JPGDu jamais vu ! Une récompense de 30.000 € est proposée par les défenseurs des animaux pour tenter de retrouver le braconnier qui aurait abattu Naya, le premier loup revenu sur le sol belge ! 
 
La mort de Naya a plongé la Belgique dans une étrange atmosphère : une véritable ambiance western puisque des associations de défense des animaux promettent une récompense de plus de 30.000 à la personne qui permettrait d’identifier le braconnier. Une méthode qui a fait les beaux jours des westerns spaghetti mais qui ressemble fort à une grande première dans notre pays !
 
Dirk, chasseur de primes
À la base de cette action, un journaliste flamand du magazine Knack, Dirk Draulans. Biologiste de son état, l’homme consacre, depuis 32 ans, sa carrière journalistique à la protection de la nature et aux sciences. La mort annoncée de Naya, qui aurait été abattue illégalement dans les bois du Limbourg en juin, peu après avoir donné naissance aux premiers louveteaux nés sur le sol belge depuis 100 ans, a bouleversé pas mal d’associations de défense animale. Une enquête a été menée à ce sujet puisque Naya a disparu subitement des caméras de surveillance qui avaient été placées dans ces bois interdits à la chasse. Et elle a abouti à une conclusion : Naya a plus que probablement été abattue par un braconnier. Inadmissible puisque le loup est un animal protégé dans notre pays.
 
10.000 € d’un entrepreneur
D’où la mobilisation de Dirk Draulans (63 ans). « Tous les moyens sont bons pour retrouver le tueur », lance Dirk. « J’ai envoyé des messages à quelques associations pour voir si elles étaient prêtes à proposer une récompense à la personne qui nous permettrait d’identifier le tueur. »
Vogelbescherming (la protection flamande des oiseaux) a mis 10.000 € sur la table. Animal Rights en a mis 5.000 et Natuurhulp Centrum en propose 5.000 aussi. Un entrepreneur anversois anonyme, « bouleversé par la mort du premier loup », précise Draulans, a versé 10.000 €. Enfin, l’association Wolfeyes tente de rassembler 2.000 € pour gonfler la cagnotte qui s’élèverait dans ce cas à 32.000 €. « L’assassinat d’une espèce protégée qui, après un siècle d’absence, se reproduisait en Flandre, ne peut rester impuni », a déclaré au Soir le directeur de Vogelbescherming, Paul Van Daele.
 
Des dizaines de messages sont tombés depuis la mise en place de l’adresse naya@vogelbescherming.be « Beaucoup de messages de soutien, quelques suspicions de braconnage dans la zone concernée, mais rien de probant », nous glissait hier Dirk Draulans. Pour prétendre à la prime, l’information donnée devra évidemment être décisive dans l’identification d’un tueur. Le WWF a refusé de s’engager dans une telle chasse à l’homme, se demandant si tout ceci est bien légal. Mais en quoi pourrait-ce être illégal.
Si un braconnier est identifié comme le tueur de Naya, il risque par contre deux mois de prison et deux millions d’amende !

Commentaires