- Page 2

  • Charly, ce croisé griffon a disparu depuis le 13 août 2020 de Strée-Lez-Huy (Liège). Avis de recherche.

    Capture.JPG

    Croisé Griffon, mâle castré, roux, poil long
    Age : 4
    Perdu le 13/08/2020 à 4577 10 Rue Les Gottes à Strée-Lez-Huy
    Nom : Charly Ex-Zippo
    Il porte un collier [bleu turquoise]
    Puce : 981 . 100 . 004 . 762 . 258
     
    Propriétaire :
    Roland Philippe
    Rue Les Gottes 10   - 4577 Strée-Lez-Huy
    Tél. : 0498.788.582
    Tél. : 0498.788.583
    E-mail : philippe.roland@uliege.be
  • Oxalis, ce Pinscher Nain de 5 ans a disparu depuis le 9 août 2020 de Flawinne (Namur). Avis de recherche.

    Capture.JPG

    Pinscher Nain, femelle stérilisée, noir et feu, poil ras
    Age : 5 ans
    Perdue le 09/08/2020 à 4400 Rue Des Pommiers 17
    Nom : Oxalis
    Puce : 972 . 270 . 000 . 379 . 896
    Signes particuliers : Moustaches apparentes
     
    Propriétaire :
    Buffet Jocelyne
    Rue Oscar Genot 44  44   - 5020 Flawinne
    Tél. : 0465.307.217
    Tél. : 0495.852.049
    E-mail : jimmyetoceane@hotmail.be
  • Boule, ce chien de 2 ans a disparu depuis le 08 août 2020 de Trooz (Liège). Avis de recherche.

    Capture.JPG

    Ratier, mâle, blanc et brun, poil ras
    Age : 2 ans
    Perdu le 08/08/2020 à 4870 Trooz, Grand Rue 241
    Nom : Boule
    Il porte un collier
    Puce : 981 . 100 . 004 . 762 . 324
    Signes particuliers : Antipuce au collier
    Très peureux
     
    Propriétaire :
    Fransquet Suzanne
    Grand Rue  241   - 4870 Trooz
    Tél. : 0475.456.665
    E-mail : sprl.amagli@gmail.com
  • Ce petit chat a disparu depuis le 6 août 2020 à Haneffe (Liège), en arrivant chez le vétérinaire. Avis de recherche

    Capture.JPG

    Notre chat s'est échappé en arrivant chez le vétérinaire Alain Mullens à Haneffe ! Contactez moi si vous l'apercevez. Merci beaucoup. Il nous manque déjà beaucoup

    Contact: Astrid Delvaux via Facebook.

  • 15 chiens et 10 chats dans un piteux état saisis à Bassenge (Liège)

    Capture2.JPG

    Ce dimanche en fin de journée, 15 chiens et 10 chats ont été saisis au domicile d’une dame habitant à Bassenge. Une partie des animaux, qui se trouvaient dans des conditions d’hygiène déplorables ont été transférés au refuge d’Animal sans Toit à Faimes.
     
    Abandon volontaire
    « Nous sommes descendus sur place et nous avons constaté que les conditions n’étaient pas correctes. Les chiens étaient maigres et ils ne disposaient pas de soins nécessaires. Les chats étaient également très maigres (puce, coryza). L’état général n’était pas favorable. Après discussion, la propriétaire a préféré signer un abandon volontaire. Elle reconnaît avoir été dépassée par la situation. Dans les prochains jours, elle doit remettre son logement en état et elle pourrait garder deux chiens. « L’autre partie des animaux est au refuge d’un combat pour vivre à Liège », souligne Fabrice Renard, le président d’Animal sans toit.
    Les associations Générosité pour les Sans-Voix et un Combat pour vivre sont intervenues sur place et elles ont ensuite alerté le vétérinaire communal ainsi que Fabrice Renard. « Il fallait faire quelque chose. Ce n’était pas possible de laisser les animaux dans cet état », conclut Philippe Schutters.
    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Neupré (Liège): refus d’agrément pour « Animal Sans Logis »

    Capture2.JPGMauvaise nouvelle pour le refuge « Animal Sans Logis » ! Suite à un contrôle réalisé le 4 juillet dernier, le seul refuge animalier de la commune de Neupré n’a pu obtenir le renouvellement de son agrément.
    En Wallonie, les accueils pour animaux doivent obligatoirement se faire agréer afin d’exercer leurs activités. L’agrément est valable pour une période maximale de dix ans. Et pour obtenir le précieux sésame, tout un tas de mesures sont à respecter scrupuleusement. Les établissements doivent notamment disposer d’installations adéquates assurant un abri et les soins nécessaires aux animaux abandonnés.
     
    Ce qui ne semblait pas être le cas d’« Animal Sans Logis » selon le bourgmestre faisant fonction et premier échevin de Neupré, Mathieu Bihet : « L’organisme « Animal Sans Logis » a fait l’objet d’un refus de renouvellement d’agrément. La commune de Neupré a remis en question leur travail. » Pour le directeur du refuge, François Marcotty, il s’agit principalement de problèmes administratifs. « Il nous manquait plusieurs documents à compléter. Certains papiers d’adoption n’avaient pas été signés », précise-t-il.
     
    Bâtiments vieillissant
    François Marcotty admet toutefois que les bâtiments de son refuge devenaient vieillissants. « Les constructions sont relativement anciennes mais nous travaillons depuis longtemps avec un architecte pour répondre aux nouvelles normes en matière de bien-être animal. Malheureusement, le dossier a pris du retard à cause de la crise sanitaire », indique le directeur. « Entre-temps, le service Bien-être animal est venu réaliser un contrôle. » Un contrôle qui ne s’est pas relevé positif pour le refuge de Plainevaux : cages pas entièrement carrelées, système de chauffage mal adapté aux petits animaux, absence d’objets à ronger pour chaque chien, etc.
     
    Le refuge « Animal Sans Logis » existe pourtant depuis une trentaine d’années. « Je vous garantis que nous n’allons pas fermer », martèle François Marcotty. « Chaque année, nous plaçons des centaines d’animaux. En 2019, ils étaient plus de 700 à rejoindre une famille d’accueil. Un seul animal avait dû être euthanasié en raison de son agressivité. »
     
    3 mois pour mettre de l’ordre
    Au niveau financier, l’absence d’agrément n’impacte pas encore le refuge. La subvention est toujours assurée pour les prochaines semaines.
    « Ils ont trois mois pour se remettre en ordre et renouveler leur demande d’agrément », indique le premier échevin. « La balle est dans leur camp ! » Contrairement à ce qu’indique le refuge, « le manque d’agrément empêche les bénévoles d’accueillir de nouveaux animaux », souligne Mathieu Bihet. « Ceux sur place sont toutefois toujours sujets à l’adoption. »

  • Saisie « mouvementée » d’animaux maltraités le 31 juillet à Peruwelz.

    Capture.JPG

    Ce vendredi 31 juillet, Animaux en Péril a été sollicitée par la police de Péruwelz pour la prise en charge d’un bouc, de plusieurs lapins, cochons d’Inde et d’un pigeon détenus dans des conditions qui ne correspondaient absolument pas à leurs besoins les plus primaires. L’intervention a rapidement dégénéré suite au comportement violent du propriétaire; ce dernier a dû être arrêté et emmené au poste de police afin de permettre à l’équipe du refuge de mener à bien la saisie des animaux.

    *️⃣ Des conditions de vie qui dépassent l’entendement

    Les propriétaires des animaux sont bien connus dans leur quartier et c’est suite à une nouvelle plainte d’un voisin que la police décide de réaliser un contrôle chez les propriétaires pour vérifier l’état et les conditions de détention d’un jeune bouc. Ce dernier se trouve en effet dans le fond d’une petite habitation, attaché et sans espace extérieur où il peut accéder. Face à la situation, les agents contactent Animaux en Péril pour lui demander de réaliser avec eux une visite plus complète des lieux.
    Sur place, l’équipe du refuge est immédiatement interpellée par l’insalubrité des lieux. Chaque cm2 de l’habitation est couvert de saleté et d’objets en tout genre; des déjections d’animaux couvrent le sol et l’air est irrespirable.

    Capture2.JPGDans un premier temps l’équipe se concentre sur le bouc qui vit dans un espace très réduit, sans liberté de mouvement. De toute évidence, le jeune animal est 24h/24h dans ce capharnaüm, sans accès à un espace herbeux.
    En inspectant un peu plus attentivement les lieux, les soigneurs professionnels découvrent d’autres animaux en détresse. Dans la pièce de vie des propriétaires, des cages de transport d’animaux sont empilées les unes sur les autres; si à première vue, elles semblent vides, elles contiennent en fait des lapins et cochons d’Inde. L’équipe trouve également une cage au-dessus d’un meuble où est enfermé un pigeon.

    *️⃣ Une prise en charge musclée

    Face à la situation, les agents de police prennent contact avec le bourgmestre pour ordonner la saisie immédiate des animaux. Une seconde équipe de police est également appelée en renfort, car l’un des propriétaires montre des signes d’agressivité et refuse de collaborer.
    Quatre agents sont nécessaires pour maîtriser le propriétaire qui se montre de plus en plus agressif, menaçant de frapper avec une pelle toute personne qui tente de rentrer dans l’habitation.
    L’individu sera finalement arrêté et emmené au poste de police afin que la prise en charge des animaux se réalise dans les meilleures conditions possible.

    *️⃣ Un nouveau cadre de vie

    Arrivés au refuge d’Animaux en Péril, à Meslin-l’Evêque, les animaux ont été installés dans un environnement confortable où ils pourront recevoir les soins nécessaires à leur rétablissement. L’embonpoint de l’ensemble des rescapés est correct, mais ils devront être recevoir des traitements antiparasitaires. Deux des lapins ont les parties génitales envahies de déjections, très probablement causées par une alimentation non adaptée. Un autre lapin et un cochon d’Inde souffrent également de gale aux oreilles.

    *️⃣ Condamnation et destination finale

    La police a dressé un procès-verbal pour infraction au Code wallon du Bien-être animal. Les propriétaires pourront être poursuivis au pénal ou administrativement. Si le Parquet décide de prendre la main dans cette affaire, il pourra renvoyer les propriétaires devant le tribunal correctionnel. Ceux-ci risquent de 8 jours à 3 ans de prison et/ou une amende pouvant s’élever à 1 million d’euros. Si le Parquet ne poursuit pas, la main reviendra alors au fonctionnaire sanctionnateur qui pourra infliger une amende pouvant aller jusqu’à 100.000 euros, mais également un retrait de permis de détention d’animaux.