Faits divers - Page 13

  • Un border collie criblé de plombs de chevrotine à Braine-le-Comte: "C'est quelqu'un qui a voulu faire sa loi!"

    Capturer.JPG

    Qui a bien pu ouvrir le feu, à bout portant, sur Raoul, un border collie de six ans? Mercredi dernier, la pauvre bête est revenue chez ses maîtres, la gueule en sang. Il avait reçu une décharge de chevrotine. Soigné à la clinique vétérinaire, son pronostic vital est incertain. Il a déjà perdu une partie de la langue et de la mâchoire. Pour Laurence, sa maîtresse: «C’est quelqu’un qui a voulu faire sa loi dans le voisinage».

    Mercredi dernier, en début de matinée, un coup de feu résonne dans la campagne de Braine-le-Comte. Au bout du canon, le pauvre Raoul, un border collie croisé avec un fox-terrier. L’animal reçoit la décharge de chevrotine en pleine tête.

    Meurtri, la gueule en sang, il regagne comme il peut sa maison à quelques kilomètres, en s’arrêtant plusieurs fois pour reprendre ses esprits comme le prouvent des traces de sang retrouvées sur son parcours.

    «On l’a vu revenir plein de sang, on a d’abord cru qu’il s’était battu avec un renard», explique Laurence Dandois, sa maîtresse. «Mais une fois chez le vétérinaire, il s’est avéré qu’il avait reçu des plombs dans la tête. Il y en avait partout…»

    Comme le montrent les radios, l’animal a en effet la tête criblée d’impacts. Il a aussi eu des dents sectionnées par les plombs. La plupart ne peuvent pas être retirés.

    Elle devra subir une grosse opération durant laquelle une partie de sa mâchoire est retirée, ainsi que la langue. L’animal est aujourd’hui alimenté par une sonde œsophagienne. Raoul pourrait aussi devoir subir l’ablation d’un œil, si le traitement de la dernière chance tenté ce week-end ne fonctionne pas. La vue, de ce côté, il l’a déjà perdue car un plomb est allé se loger derrière son œil...

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Un jack-russel noyé dans une piscine à Romsée (Liège).

    1387246338_B974933575Z.1_20150304180314_000_GCF43FSLE.1-0.jpg

    Quand Christiane est arrivée sur les lieux, il était déjà trop tard. « J’ai vu le chien, mais je n’ai rien pu faire. Je l’ai sorti de l’eau mais il était déjà mort » raconte-t-elle. Christiane est catégorique: le chien n’aurait pas su entrer dans la piscine tout seul. « La piscine de mon neveu est invisible depuis la rue. Elle est entourée d’un mur de près de deux mètres de haut. Quelqu’un a dû jeter le chien par-dessus le mur » affirme-t-elle. Certes, le chien a tenté d’en sortir mais il n’avait aucun appui pour le faire. Il est sans doute mort noyé, après épuisement.

    Une fois le petit chien repêché, cette Romséenne a eu la dure tâche d’annoncer le décès aux propriétaires du jack-russel. « J’ai fait du porte-à-porte dans le quartier. Au bout de la trentième maison, je suis tombée sur une dame qui m’a dit que son chien avait disparu. Je lui ai alors annoncé la nouvelle ».

    Pour Christelle, la propriétaire du chien, c’est le choc: «La semaine passée, j’ai découvert mon voisin qui frappait mon chien à coups de bâton. Le jour même, Calvin (le jack-russel NDLR) a disparu. Je n’arrive pas à réaliser ce qui lui est arrivé. C’est d’une violence incroyable. La face droite de Calvin est explosée et il a une patte quasi arrachée».

    Christelle va aller déposer plainte à la police et espère de tout cœur qu’on retrouvera le coupable.

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Le feu ravage une maison à Amay (Liège) et tue 4 chiens et un chat.

    Cinq animaux domestiques ont péri dans l’incendie d’une maison située rue des Briquetiers à Amay. Le feu a pris dans l’arrière-cuisine, peu avant 18 heures. L’origine serait accidentelle.

    1612294279_ID7109764_balfroid_143333_H3J7D7_0.JPG

    Ce lundi, 17h53. Les pompiers de Huy sont appelés pour un feu de maison rue des Briquetiers, à Amay. Lorsqu’ils arrivent sur place, la totalité de l’habitation est envahie par des échappements de fumée. Quelques minutes auparavant, un incendie a débuté dans l’arrière-cuisine de la maison.

    Si les secours découvrent, heureusement, que les propriétaires des lieux sont absents, ils ne peuvent que constater l’intoxication de leurs cinq animaux domestiques. Quatre chiens (un boxer, un american staff, un chihuahua et un bâtard), ainsi qu’un chat gris, ont péri, asphyxiés. Rapidement sur place, les pompiers n’ont rien pu faire pour sauver les petites bêtes. Équipés d’une autopompe, d’une citerne, d’une auto-échelle et d’un véhicule de commandement, ils sont toutefois parvenus à rapidement maîtriser les flammes.

    D’après les premières constatations sur place, l’incendie serait d’origine accidentelle, vrai semblablement dû à la présence d’une manne à linge posée sur des taques de cuisson. Sur place, le bourgmestre Jean-Michel Javaux s’est inquiété de la situation et a opéré les démarches nécessaires en vue du possible hébergement des victimes dans un logement de transit. En attendant, cette maman et ses deux enfants en bas âge devraient être accueillis au sein de leur famille. « Le service d’aide aux victimes de la police va également intervenir pour accompagner ces personnes dans les diverses actions à opérer», a précisé le mayeur.

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Wanze (Liège): "Un Amstaff a éventré et tué mon chien sur le parking de l'Aldi"

    Capturer.JPG

    Sébastien Masy est sous le choc. Mardi, son petit Jack Russel, Yzouille, a été attaqué par un American Staff sur le parking de l’Aldi de Wanze. Le pauvre Yzouille n’a pas survécu à cette agression. Sébastien tient à mettre la population et les autorités en garde : « Ce chien est dangereux. Il aurait aussi bien pu s’en prendre à un enfant ».

    Mardi après-midi, Sébastien Masy se baladait avec son fils et son petit Jack Russel, Yzouille, dans les rues de Wanze. Au passage, il s’est arrêté pour faire une course au magasin Aldi. En entrant dans le magasin, il a aperçu deux marginaux, devant le supermarché. Ils avaient avec eux un American Staff, qui s’est énervé en voyant le chien de Sébastien.

    Prudent, ce dernier a caché son chien. Mais le Wanzois a joué de malchance. Au moment où il est ressorti du magasin, il a pris son chien. L’American Staff, l’a vu. Et le propriétaire de celui-ci l’a lâché accidentellement.

     
     

    Le molosse s’est jeté sur le petit Jack Russel : « J’ai essayé d’intervenir pour le faire lâcher, je n’y suis pas arrivé. Heureusement, un homme plus costaud que moi est arrivé, il a dû donner de grands coups de poing à l’American Staff pour lui faire ouvrir la gueule ».

    Malheureusement, pour le pauvre Yzouille, il était trop tard. Sébastien l’a conduit immédiatement chez le vétérinaire, mais ses blessures étaient trop graves : « Son estomac sortait de son ventre. Ce chien l’a littéralement coupé en deux. Ce sont des animaux qui ont une puissance incroyable dans la mâchoire ».

    > Tous les détails dans La Meuse Huy-Waremme de ce vendredi.

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Des carcasses d'animaux dépecés, œuvres de braconniers, découvertes à Bassenge (Liège).

    Capturer3.JPG

    Depuis plusieurs semaines, de nombreuses carcasses d’animaux ont été découvertes du côté de Wonck (Liège). Des chevreuils, des sangliers et des blaireaux qui ont malheureusement croisé la route de braconniers.

    Le petit village de Wonck, dans la Vallée du Geer, est en émoi. Sur le chemin de promenade qui longe la voie ferrée et remonte vers Houtain-Saint-Siméon, plusieurs cadavres d’animaux y ont été découverts. Si la nouvelle se répand seulement maintenant, les premières découvertes datent de novembre dernier.

    «  C’est une jeune fille de 19 ans qui m’en a parlé  », nous rapporte une source fiable, qui préfère garder l’anonymat de peur de représailles. «  Elle promène régulièrement son chien sur ce chemin et elle a vu des cadavres de chevreuils, de sangliers et même de blaireaux. Ils ont été dépecés. On a pris toute leur viande et laissé leurs restes sur place  ».

     
     

    Mais ce n’est pas tout : des pièges ont également été trouvés. Des pièges dans lesquels des bêtes traquées peuvent se faire prendre mais aussi des chiens, des chats, voire de jeunes enfants.

    Des pièges très cruels

    «  Il s’agit vraisemblablement de pièges à blaireaux ou renards. Ce sont des barres de fer enfoncées dans le sol, auxquelles est fixée une sorte de collier. C’est un piège extrêmement cruel. Les bêtes qui sont ainsi attrapées peuvent avoir un membre sectionné car à force d’essayer de s’enfuir, le collier se ressert de plus en plus. Et la nuit, le braconnier vient relever ses pièges, achève les bêtes et les dépèce. Ce qui les intéresse, c’est uniquement la viande. Quand on voit le prix d’un kilo de chevreuil dans les supermarchés, ce genre de pratique est toute bénéfique. Ce qui me fait dire que ce sont des professionnels. Peut-être des bouchers  ».

  • Amay (Liège): un facteur mordu par ce Boxer a subi une incapacité de travail de 9 mois

    666.JPG

    Une peine de 4 mois de prison a été requise ce mardi à Huy contre le propriétaire d’un chien particulièrement agressif. En avril 2013, à Amay, l’animal s’est attaqué à un facteur pendant sa tournée. Suite à cette agression, l’agent des postes a subi une incapacité de travail de 9 mois.

    «  Cela s’est déroulé pendant sa tournée, explique l’avocat du facteur. Il a à peine le temps de glisser le courrier dans la boîte aux lettres, qu’un chien surgit de la maison pour le mordre au tibia et à la jambe droite  ». Le médecin qui l’a examiné a relevé deux plaies de 3 cm à la jambe droite.

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Un chien est torturé à mort à Liège... ! Attention: Images choquantes !

    [Avertissement: cet article contient des évocations et des images pouvant heurter les personnes sensibles]

    p367-20150217170103.jpg

    Suite à l'appel de la brigade canine de la Police Liège, la SRPA s'est rendue fin janvier rue sous l'eau à Liège. Sur place ils ont constaté le décès d'un chien de type américan staff.

    p367-20150217170050.jpgLe chien était identifié au nom d’une dame que nous avons contactée. Elle avait donné le chien via Facebook au couple chez qui la SRPA l'a retrouvé. Comme quoi il n’est vraiment pas bon de confier un animal à une personne « rencontrée » sur internet.

    Le chien présente au cou une trace évoquant un étranglement. D’autant plus que juste à côté du corps se trouvait une corde de type "corde à linge" qui correspondrait à la trace sur le cou de l'animal.

    Le chien décédé était muselé, certainement pour éviter une réaction de défense de l'animal et présentait aussi une plaie au niveau du torse. On remarque aussi un écoulement important de sang le long du corps, de la plaie vers les pattes de derrière, ce qui laisse penser que le chien était pendu par le cou au moment où il a été poignardé.

    p367-20150217170026.jpgL’absence de sang au sol, malgré les traces sur le mur, peut faire penser que le chien aurait été torturé à un autre endroit avant d’être abandonné dans la cave.
    Le chien a été repris par les services de la SRPA de Liège et un rapport vétérinaire a confirmé l’hypothèse de la pendaison et du coup de couteau.

    Un procès verbal a été dressé et le locataire de l’habitation sera poursuivi pour maltraitance d’un animal. (SRPA Liège)

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Horreur à Héron: un cheval attaqué à coup de hache à la ferme Speliers.

    1374976530_B974818631Z.1_20150218204202_000_GIS40R7OH.3-0.jpg

    C’est un véritable drame pour la famille Speliers qui gère la ferme pédagogique à Waret-l’Evêque, dans la commune de Héron. Depuis près d’un mois, leurs chevaux sont victimes d’attaques gratuites et d’une rare violence.

    La dernière en date remonte à mardi. « Nous avions mis quelques chevaux en pâture dans un pré, un peu éloigné de la ferme, pour l’hiver. Nous n’étions pas à proximité. Quand je suis allé voir les chevaux, j’ai constaté que l’un d’eux était blessé. J’ai aussitôt appelé le vétérinaire », explique Thierry Speliers, le propriétaire de la ferme.

    Et le praticien n’a pas hésité longtemps : « Il m’a dit qu’il n’y avait aucun doute, le cheval avait été attaqué avec une arme blanche, probablement une hache ».

    L’animal a été recousu et soigné rapidement, pourtant ses blessures sont graves, il a été touché à l’orbite et pourrait perdre un œil.

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Un cheval était embourbé dans un pré d'Esneux: il a dû être euthanasié.

    Capturer.JPGL’intervention aura duré plus de 4h ! Quatre heures pendant lesquelles les pompiers de Liège (avec l’aide d’une entreprise de Comblain-au-Pont) se sont affairés pour redresser un cheval coincé dans la boue d’un pré. Au départ des pompiers, l’animal était mal en point, mais toujours en vie. Malheureusement, il a dû être euthanasié un peu plus tard...

  • Un chien abandonné, dans une gare, avec un simple pot rempli d'eau: «Il était en train de pleurer…»

    Capturer.JPGLa scène a ému bon nombre de navetteurs : devant une gare, un chien a été lâchement abandonné. Accroché à une laisse, il n’avait droit qu’à un pot rempli d’eau et était visiblement « en train de pleurer » face à son sort.

    Ce chien était abandonné en gare d’Eastbourne, en Angleterre, selon un témoignage recueilli par le quotidien britannique The Daily Mail. La photo de ce pauvre animal laissé avec un pot d’eau à ses pattes a été partagée des dizaines de milliers de fois sur Facebook. Selon le témoin de la scène, le chien était bien là depuis plusieurs heures, le 11 février dernier.

    Le chien, un Staffordshire Bull Terrier, a finalement été récupéré par une association de la protection animale d’Eastbourne. Il attend désormais une nouvelle famille… « Nous demandons aux propriétaires d’arrêter d’abandonner leurs animaux et de prendre contact avec nous s’ils ne peuvent plus s’en occuper », explique l’association dans le quotidien.

    Imprimer Catégories : Faits divers