Faits divers - Page 17

  • Faits sordides dans le Pays de Herve: il prenait du plaisir avec un âne...

    Capturer.JPGDans le pays de Herve, on ne parle que de ça. Voici 3-4 semaines, la police a été appelée à Bilstain, près de Verviers, parce qu’un homme était en train… de prendre du plaisir avec un âne! Le propriétaire de l’animal, qui veut garder l’anonymat, a porté plainte et l’auteur des faits a été entendu par la police. Dans le genre crade, on fait difficilement pire.

    C’est une affaire de «mœurs» particulièrement sordide. La victime, Annette (prénom d’emprunt), n’a pas voulu se confier. Et pour cause, puisqu’Annette est… un âne. C’était voici 3-4 semaines. La police est appelée du côté de Bilstain (commune de Limbourg), parce que quelqu’un a été surpris en pleins ébats avec cette ânesse. Depuis, cette histoire tourne en boucle dans les conversations. Elle nous est d’ailleurs confirmée par le propriétaire du pauvre animal, que nous avons réussi à retrouver.

    «C’est un voisin qui m’en a parlé il y a déjà un bon moment, un mois environ. Il a vu une personne dans la prairie en train de faire son affaire aux ânesses (sic) », nous explique-t-il.«J’ai décidé de déposer plainte», poursuit le propriétaire de l’ânesse. Pour lui, pas question que l’individu pervers réitère ses actes délictueux «sur d’autres animaux et encore moins sur des personnes», ajoute-t-il. Selon le propriétaire des ânes, l’auteur des faits aurait été interpellé.

    A-t-il une idée du profil du zoophile? «D’après ce que je sais, il s’agirait d’un vieux bonhomme un peu déphasé de Thimister», précise-t-il. «Il aurait été interné, mais je n’en sais pas plus pour le moment ».

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Grivegnée (Liège): abandonné dans une maison par ses maîtres, un chien mange deux chats pour survivre

    Capturer.JPGLes cas de maltraitances sur les animaux sont toujours aussi nombreux. Chaque année, la SRPA de Liège enregistre en moyenne 1.400 dossiers de ce type. Le manque d’alimentation et le manque de soin sont les deux délits les plus fréquents. Mais on constate aussi le développement des abandons dans les appartements après un déménagement.

    Enfermés, les animaux meurent de faim dans une grande souffrance. En janvier 2013, les inspecteurs de Liège avaient notamment découvert un chien dans une habitation de Grivegnée. Pour survivre, l’animal avait dû manger les deux chats qui l’accompagnaient…

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Il jette son chiot de 3 semaines dans le fossé, lui met le feu et s'enfuit !

    28905.jpgUne femme se promène et voit un homme jeter dans un fossé une petite boule de poils, y mettre le feu puis s’enfuir.

    Heureusement que cette personne a eu le bon réflexe, le courage et le cœur de réagir ; elle a sorti le petit chien du fossé et l’a immédiatement conduit à l’hôpital vétérinaire le plus proche où il est soigné.

    La fourrure de « Jeri » est un peu brûlée mais il n’y aura pas de séquelle à long terme.

    Mais est ce une raison pour ne pas punir le coupable d’un acte aussi barbare ?

    Non ! c’est pourquoi vous trouverez ci-dessous, une pétition à signer de façon à ce que l’infâme reçoive la punition qu’il mérite.

    Le petit chiot n’avait que trois semaines, quelle tristesse...

    Pétition ICI

  • Un chien fidèle reste aux côtés de son maître, qui vient de se faire tuer dans la rue. (+vidéo)


    Le 14 décembre 2009 dans la ville de Curitiba au Brésil, un jeune homme se fait assassiner en pleine rue. Quelques minutes plus tard, son chien arrive sur les lieux du drame et se poste juste à côté de son maître, qui est étendu sur le sol et recouvert d'un drap. L'animal va se blottir une dernière fois contre son maître. Ce fidèle chien n'a pas abandonné une seconde son maître, jusqu'au dernier moment, avant que le corps ne soit transporté dans une ambulance, l'animal était présent à ses côtés.

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Yvoir : Trois petits faucons pèlerins volés dans leur nid !

    Capturer.JPGLe braconnage touche aussi les rapaces. Dimanche passé, trois fauconneaux ont été volés dans leur nid, situé sur une falaise à Yvoir près de Dinant, dans la réserve naturelle de Champalle. Le site est bien connu pour abriter un couple nicheur de faucons pèlerins depuis 2013. Il est suivi de manière régulière par les ornithologues d’Aves, le pôle ornithologique de Natagora. Au printemps, trois fauconneaux étaient nés : ils ont disparu ! « C’est scandaleux ! », s’exclame Pierre Mossoux, porte-parole de Natagora. « Nous devions baguer ces fauconneaux lundi, mais, dimanche, un individu les a emportés. Ils avaient 20-25 jours et ne devaient quitter le nid qu’une semaine plus tard. »

    Les faits ont sans doute été commis dimanche passé. « Car ce jour-là, des riverains ont vu un gars descendre en rappel vers le nid », explique M.Mossoux. « Ils l’ont interpellé mais celui-ci a prétendu qu’il faisait partie du club alpin. On n’a pas encore réussi à l’identifier... »

    4.000 € LE FAUCONNEAU!

    Pour Natagora, il ne fait aucun doute que ces oiseaux ont été volés pour alimenter un trafic. « Les fauconniers sont de plus en plus nombreux en Belgique », poursuit-il.  « Le faucon pèlerin est fort utilisé en exhibition, aux fêtes médiévales, aux kermesses... Nous sommes contre ces  exhibitions : alors que ce sont des animaux nocturnes, on les expose au grand jour. Ces oiseaux peuvent aussi partir vers l’Arabie Saoudite ou le Pakistan, où ils sont encore utilisés pour la chasse. »

    Selon M. Mossoux, un fauconneau peut se négocier jusqu’à 4.000 euros !  « C’est le rapace le plus rapide au monde : il fond sur sa proie à près de 400 km/h ». Parmi les trafiquants, on trouve aussi des collectionneurs d’œufs. Le faucon pèlerin, devenu très rare en Belgique dans les années 70 (à cause des pesticides, entre autres) a aujourd’hui recolonisé notre pays. On estime à environ 400 le nombre de faucons pèlerins vivant en liberté en Belgique et entre 300 et 400 maintenus en captivité.

    Le coupable risque très gros. Pour la capture d’un tel oiseau, qui est protégé, il risque une peine de prison (de 8 jours à 6 mois) et/ou une amende qui va de 100 à 100.000 euros. Agents de la DNF, unité anti-braconnage et police de l’environne- ment travaillent ensemble sur cette enquête. Un relevé ADN sur les plumes de la mère, retrouvées dans le nid, a été effectué.

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • La rage menace la Belgique: cinq chiens saisis : ils ont été importés de Roumanie où le virus sévit !

    rage chien, roumanie chien, afsca, animauxCinq chiens saisis après avoir été importés illégalement dans notre pays, ça peut paraître anodin. Mais l’AFSCA ne rigole pas car ils proviennent des rues de Roumanie où la rage fait... rage. Et la France a prouvé l’an dernier qu’un simple chaton ramené de vacances peut importer le virus mortel dans un pays.

    L’importation illégale de chiens dans notre pays a tendance à s’intensifier. À la veille des vacances d’été, durant lesquelles on pourrait être tenté de ramener un petit chiot dans ses bagages, l’AFSCA tire à nouveau la sonnette d’alarme. Et ce n’est pas une simple piqûre de rappel car 120 chiens ont déjà été importés illégalement dans notre pays cette année. Et pratiquement la moitié provenaient de pays où la rage n’est pas éradiquée.

    MORTELLE POUR L’HOMME

    « Il faut prendre conscience de l’importance du problème, précise Jean-Paul Denuit, porte-parole de l’AFSCA. La rage est un virus mortel pour l’homme, contre lequel on ne peut souvent rien : après 48 heures, il est trop tard pour agir et bien souvent, dans ce délai, on ignore encore qu’on en est atteint. La ramener dans notre pays serait gravissime. Or, la Belgique a connu un cas de rage en 2008 et la France l’année dernière, suite à l’importation illégale d’un chaton enragé : les gens l’avaient tout simplement ramené au retour de leurs vacances au Maroc. » Or, depuis le début de l’année, un refuge de Gand (qui a perdu son agrément suite à cette affaire) a importé illégalement une cinquantaine de chiens de Grèce, où la rage sévit, nous précise Yan Eyckmans, porte-parole du SPF Santé publique. Et cinq chiens viennent d’être saisis chez nous il y a quelques semaines à Glabbeek (Brabant flamand) en provenance de Roumanie.

    400 CAS DE RAGE EN 2013

    « Or, 400 cas de rage ont été répertoriés en 2013 dans ce pays, précise Jean-Paul Denuit. » Les in- nombrables chiens errants provoquent nombre d’accidents routiers en Roumanie, où des « milices » les abattent par dizaines. Cela suscite l’émotion des amis des animaux chez nous, qui n’hésitent pas à en importer en Belgique sans aucune vérification sanitaire avant de les proposer à l’adoption.  « Imaginez que l’un de ces chiens soit porteur de la rage, qu’il soit adopté dans une famille avec un petit enfant et qu’il ne morde celui-ci », analyse Yan Eyckmans. « C’est la raison qui nous pousse à être vigilants. » Tout chien importé d’un pays où la rage sévit doit être contrôlé, vacciné et subir une période de quarantaine avant d’arriver chez nous car la période d’incubation est longue : un chien, qui contracterait la rage par une morsure, peut transmettre le virus après deux semaines par une simple « lèche » mais ne présenter les symptômes qu’après 6 mois. Autrement dit, il peut vous transmettre le virus mortel alors que l’on ne sait toujours pas qu’il est infecté...

    Les chiens illégalement importés chez nous sont soit euthanasiés, soit renvoyés dans leur pays, soit placés en quarantaine sous surveillance sanitaire étroite. Et comme on ne rigole pas en la matière, des plaintes sont déposées contre les importateurs, fussent-ils ou non animés de bonnes intentions.

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Une caisse en carton avec deux chiots devant la barrière d'un refuge à Florennes !

    10277453_10203527019283362_3033634060252077926_n.jpg

    Ce mardi, un membre du personnel du centre animalier de Florennes a découvert une boîte en carton devant la barrière. A l'intérieur se trouvait 2 chiots même pas sevrés...

    Stérilisez vos chiens si vous ne voulez pas de chiots !!

  • Le policier achève... au pied-de-biche le pauvre chat blessé par une voiture !

    1972149247_B972768819Z.1_20140523200119_000_G0T2GQ4PH.1-0.jpgUn policier flamand a achevé, au pied-de-biche, un chat blessé par un véhicule! L’agent n’ayant fait l’objet d’aucune sanction professionnelle, Gaia a décidé de porter plainte.

    C’est un dossier qui secoue la Flandre depuis quelques semaines. Un policier a achevé, au pied-de-biche, un chat blessé par un véhicule ! L’agent n’ayant fait l’objet d’aucune sanction professionnelle, Gaia a décidé de porter plainte.

    Le 21 avril dernier, un camion heurte un chat sur une route de Zwijndrecht, un patelin proche d’Anvers. Visiblement, le routier s’arrête, place le chat blessé sur le trottoir et puis s’en va. Mais des riverains ont assisté à la scène. Leur réflexe ? Ils appellent la police locale pour signaler l’incident et demander de l’aide.

    La presse flamande rapporte que deux policiers sont arrivés. L’un portait un sac poubelle. Il a glissé l’animal blessé dans le sac. Et sous le regard médusé de deux dames du quartier, le second policier a frappé le chat à travers le sac à l’aide d’un pied-de-biche pour achever l’animal!

    Sauvez Minou

    Cette affaire incroyable secoue la Flandre depuis quelques semaines. Le propriétaire du chat ne semble pas avoir porté plainte parce qu’il serait lui-même policier! Mais les voisines se sont manifestées et ont porté l’affaire devant la police locale, choquées par le sort réservé à Minou -c’est le nom du pauvre chat.

    Le commissaire de police de Zwijndrecht a ouvert le dossier. Mais après audition des deux parties, celui-ci s’est refermé cette semaine, sans sanction vis-à-vis des agents concernés, rapporte la presse flamande: la commune va simplement s’intéresser à la manière dont les agents se comportent avec les animaux.

    Le dossier suit toutefois son cours au niveau judiciaire -il a été transmis au parquet- mais Gaia a décidé de s’en mêler et de porter plainte.

    « Il est inadmissible et illégal qu’on achève ainsi un animal blessé », s’exclame Michel Vandenbosch, le président de Gaia. Nous ne pouvions pas laisser passer un pareil cas sans réaction. Comment pourrions-nous en effet réagir ultérieurement sur des cas de maltraitance animale si nous tolérons une telle cruauté, un massacre inadmissible par des agents officiellement mandatés. C’est une image abominable que ces policiers ont donnée à la population.  »

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Quatre lions de l’Atlas saisis dans un cirque à Fléron (Liège) (+vidéo)

    cirque, animaux, fléron, lion cirqueBranle-bas de combat, lundi matin, lorsque les polices locale et fédérale ont investi les installations du cirque «Franco Canadien» installé rue Charles de Liège à Fléron. Le service public fédéral «Bien-être animal» agissait suite à plusieurs plaintes déposées à l’encontre de ce cirque. Au SPF, on estime avoir appliqué la loi en vigueur depuis le 10 mars 2014 mais on comprend l’émotion engendrée par la saisie.

    « Ils sont arrivés, vers 10 heures, pour saisir les animaux », explique Simon Dubois, le patron du cirque Franco Canadien. « Il fallait voir le déploiement policier engagé sur les lieux. Pire que pour l’arrestation d’un grand criminel… Nos animaux sont bien traités. Les quatre lions de l’Altlas qu’ils ont embarqués, des animaux très rares, étaient comme nos enfants. Ils sont nés chez nous. Mon fils, leur dresseur, les a nourris au biberon. Ils ont grandi dans nos caravanes. Depuis ce matin (lisez lundi, NDLR), mon fils, est inconsolable. Il pleure toutes les larmes de son corps. Nous sommes Français et, chez nous, la détention de lions dans un cirque est permise. Nous travaillons dans ce cirque depuis quatre générations. Les policiers nous ont juste permis de dire au revoir à nos animaux avant de les emmener. Ces lions, c’est le clou de notre spectacle. Les enfants les adorent. Nous travaillons en Wallonie six mois par an et cette nouvelle législation en Belgique va tuer les cirques. C’est à notre gagne-pain que l’on touche ».

    Du côté du service public fédéral et de la police, on se félicite du bon déroulement de l’opération. « Tout le monde a bien collaboré et nous remercions les exploitants du cirque pour ne pas avoir opposé de résistance. Durant la saisie, ils étaient très tristes lorsque nous avons emmené leurs animaux et on les comprend… ».

    Les lions ont été emmenés au Natuurhulpcentrum à Opglabbeek. Lundi, sur le coup de 16 h 30, les animaux – ils avaient été endormis par seringue hypodermique – sortaient de leur sommeil pour découvrir leur nouvel environnement. « Ce centre est un lieu de transition », expliquait Élisabeth Bernard, la vétérinaire en charge de la saisie. « Le SPF est compétent pour décider de l’avenir de ces quatre lions. Trois solutions existent: la restitution sous conditions et/ou sous caution, la donation en pleine propriété à une association ou à une personne ou l’euthanasie. Même si je n’ai pas encore pris ma décision, l’euthanasie est ici exclue. Il existe des contacts entre ce centre d transition et d’autres associations chargées de ramener les animaux sauvages en Afrique où ils terminent leur vie dans de très grands parcs où ils vont trouver des conditions de vie un peu semblables à celles d’un milieu naturel ».

    Le SPF dispose de deux mois pour décider de l’avenir de ces quatre lions. Mais il y a fort à parier que le couperet tombera rapidement. Plusieurs autres animaux, un alpaga, un yak et des chevaux, étaient visés par ce contrôle mais il n’y avait pas d’infraction. Ce cirque était suivi, de très près, par le SPF depuis plusieurs années.

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Un fermier laisse traîner son cheval derrière son camion: "Il a essayé de s'enfuir de mon champ"

    10303778_10201094741605757_6238953606853681580_n.jpgUn fermier a été arrêté ce mercredi après avoir attaché un poney à son 4x4 avant de le traîner au sol. Il a également frappé l’animal à plusieurs reprises à la tête. L’homme de 68 ans explique que le cheval avait « tenté de s’enfuir » de son champ.

    Francisco Castillo Cruz, 68 ans, est inculpé pour cruauté envers un animal. Il faut dire que ce Texan n’a pas eu la main légère avec ce pauvre poney qu’il a retrouvé dans son champ. Selon le bureau du shérif de Liberty County, au sud des Etats-Unis, l’homme a été vu à 10h15, mercredi dernier, en train de conduire son 4x4, avec le poney attaché à l’arrière et traîné au sol. L’homme s’est ensuite arrêté et a donné plusieurs coups à la tête de l’animal, avec sa ceinture notamment.

    Une bonne partie des poils et de la peau de l’animal ont été touchés sur le flanc gauche du poney, qui a également perdu l’usage complet de son œil gauche en raison des coups de ceinture donnés. Le fermier a affirmé, pour se défendre, que l’animal avait « tenté de s’enfuir » de son champ. Une prochaine audience déterminera si le poney sera rendu ou non à Francisco Castillo Cruz.

    Imprimer Catégories : Faits divers