Faits divers - Page 18

  • Aywaille: un Amstaff abattu par la police lors d'une perquisition dans un camping

    Capturer.JPGUn habitant d’Aywaille, âgé de 63 ans, a été déféré jeudi au parquet de Liège pour trafic de drogues et plus précisément de marijuana. Il opérait au départ de sa caravane résidentielle située dans un camping d’Aywaille où une perquisition a été menée.

    Depuis plusieurs semaines déjà, les enquêteurs de la zone de police de SECOVA effectuaient des surveillances aux abords du camping. Ils avaient notamment remarqué de nombreuses allées et venues et interpellé des clients. L’un d’eux a reconnu qu’il avait acheté 1,8g de marijuana pour un montant de 20 euros.

    Mercredi, vers 17 h 30, les policiers ont contrôlé Nicolas alors qu’il était au volant de sa voiture en compagnie de membres de sa famille. Quelques grammes de marijuana ont été retrouvés sur les passagers. Les policiers ont décidé de pratiquer une perquisition à son domicile de Nicolas. Une perquisition qui n’a pas été des plus simples puisque deux chiens, des « American staffordshire », montraient les crocs. Les policiers ont alors demandé, à plusieurs reprises, au propriétaire d’écarter les molosses afin que la perquisition se déroule de dans de bonnes conditions de sécurité. Malgré les demandes répétées, les chiens sont restés dans la propriété. L’un d’eux, le plus gros, s’est alors avancé vers un policier, prêt à lui sauter à la gorge. Se sentant menacé, le policier a sorti son arme et après une dernière somation, a abattu le chien. Lors de la perquisition, les enquêteurs ont retrouvé une balance de précision, 26 pacsons de marijuana et des sachets de conditionnement dans la caravane.

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Il avait chargé un "tueur à gages" de supprimer son chien et de le jeter dans la rivière...

    10150767_463590903787823_3272993067249327623_n.jpgOlly est un dur à cuire. Pris pour cible par un "tueur à gages" engagé par son propriétaire, qui refusait de payer le prix demandé par un vétérinaire pour une euthanasie, ce chien a survécu grâce à un pêcheur. Pourtant, après avoir reçu une balle, la pauvre bête avait été jetée dans une rivière.

    Un propriétaire sans cœur et désireux de se débarrasser de son chien avait chargé un « tueur » de supprimer Olly, car il n’avait ni les moyens ni l’envie de débourser l’argent réclamé par le vétérinaire pour une euthanasie en bonne et due forme, relatent nos collègues du Mirror.

    Le tueur s’est donc attaqué à la petite bête, le blessant par balles avant de le jeter dans une rivière, le croyant mort. Mais l’animal était bien plus résistant qu’il ne le croyait. Assez résistant en tout cas pour vivre plusieurs minutes dans les eaux froides de la rivière Drave, et être repéré par Pawel Brodzky, qui s’offrait une journée de pêche avec son fils.

    Récupéré par ces deux "sauveteurs", l’animal a été emmené dans une clinique vétérinaire où il a pu être soigné et subir plusieurs opérations. Il a été rebaptisé Lucky en attendant de trouver un nouveau maître.

    Le tireur, retrouvé grâce au témoignage d’un homme ayant assisté à la scène, risque un an de prison pour cruauté envers les animaux…

     

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Fontaine-l'Evêque: « Ma vache a été tuée et dépecée en plein champ »

    10150767_463590903787823_3272993067249327623_n.jpgMacabre découverte dans un champ situé à Landelies. Une des vaches d’Alex Bockeel, un éleveur de Fontaine-l’Evêque, a été égorgée, saignée puis dépecée au milieu de la prairie. « J’en ai eu les jambes sciées » , lance Alex Bockeel, éleveur de « Blanc bleu belge » de Fontaine-l'Evêque. «

    Ces personnes ont confondu mon champ avec un supermarché. » Hier matin, l’agriculteur a découvert le cadavre ensanglanté et mutilé d’une de ses vaches, une génisse âgée de 14 mois. Découpée en plein champ. « Cette prairie installée à Landelies est très isolée. Elle n’a pas de voisinage. Aucune personne aux alentours à part les travailleurs du site des Calcaires de la Sambre », décrit celui qui gère, avec son frère, la Ferme du Luce.

    «La veille, des ouvriers de la carrière m’avaient prévenu que des fils de la clôture avaient été sectionnés. Ils ont été réparés dans l’heure... Pourtant, le lendemain matin, ils m’ont de nouveau téléphoné pour me dire que des nouveaux fils avaient été coupés mais surtout qu’une bête était morte. » L’homme se rend immédiatement à la prairie et ne peut que constater les dégâts. Des voleurs de viande ont fait leur « marché » et ont jeté leur dévolu sur une des huit vaches qui étaient en pâture. « Des personnes ont attrapé la pauvre bête, l’ont égorgée puis l’ont saignée » , pointe le Carolo qui gère un cheptel de plus de 300 bovins. « Elles ont ensuite découpé deux gros morceaux sur le cadavre. Un au niveau des cuisses, un autre au niveau de l’épaule droite... Les voleurs n’ont pris que les plus beaux morceaux, les filets purs. Soit entre 80 et 100 kilos de viande. »

    DES PROFESSIONNELS

    L’exploitant agricole souligne : « Ce n’est pas l’œuvre d’amateurs. Les coups sont très précis. Les gaillards ont découpé ça comme des professionnels. Avec beaucoup de finesse. Il n’y a pas eu de chipotage. Pour moi, ce sont des bouchers ou alors des personnes qui sont habitués à ce genre d’exercice. »

    Après les faits, Alex Bockeel a contacté l’Afsca et la police locale, afin d’effectuer une déclaration de vol. Une première pour les forces de l’ordre carolorégiennes mais aussi pour le fermier. « Je n’avais jamais été confronté à une situation pareille. Heureusement ! Une bête comme ça coûte pas moins de 1.500 euros ! Sans parler des sept autres bêtes qui ont assisté à la scène. Depuis les faits, elles sont perturbées. »

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Un geste grave et honteux à Nivelles: un cygne de la Dodaine retrouvé le cou brisé!

    10150767_463590903787823_3272993067249327623_n.jpgLe cygne ne chantera plus… Ce dimanche, l’un des quatre volatiles du parc de la Dodaine a été retrouvé mort. Visiblement, un individu lui a brisé le cou. Les autorités locales de Nivelles espèrent bien mettre la main sur l’auteur de ce geste immonde. Elles ont lancé un appel à témoins sur Facebook.

    Qu’on les aime ou pas, rien ne vaut un tel acte de barbarie ! Dimanche, le responsable des gardiens de la paix a retrouvé un cygne mort au parc de la Dodaine, son cou brisé ! «  Thierry Valentin passait par là quand il a aperçu le cygne qui flottait dans le petit étang. Il m’a contacté et je me suis rendu sur place, l’animal était à un mètre du bord. J’ai attendu que les pompiers arrivent pour le sortir de là, afin d’en savoir plus sur l’origine de son décès et voir s’il n’y avait pas l’un ou l’autre indice exploitable  », raconte Pierre Huart, le bourgmestre de Nivelles.

    Ce qu’il constate va lui glacer le sang. «  On voit clairement que quelqu’un lui a cassé le cou, il est plié à 90 degrés. On a d’abord pensé à un renard ou un chien. Mais il n’y a aucune trace de morsure… Il doit certainement avoir reçu un ou plusieurs coups de la part d’un promeneur. C’est vraiment désolant une telle attitude. » Devant cette rare violence, les autorités communales de Nivelles invitent tout témoin à se manifester. Un appel a d’ailleurs été lancé sur Facebook. L’avis a été commenté plus de cent fois et partagé plus de cinq cents fois ! «  Si une personne se manifeste et que l’enquête donne quelque chose, on pourrait envisager de porter plainte  », souligne le bourgmestre de la cité aclote.

    Durant la période de reproduction, qui se tient généralement en avril et en mai, les cygnes se montrent hautement territoriaux et peuvent se défendre de manière virulente. Faut-il voir cet acte cruel comme une réponse à l’attaque du cygne qui voulait protéger son territoire ? Peut-être… Dans tous les cas, c’est totalement disproportionné. «  Le cygne est vraiment un symbole du parc de la Dodaine. Moi qui suis né à Nivelles, j’ai toujours connu des cygnes  », précise Pierre Huart.

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Un chien en très mauvais état a été trouvé à Fernelmont. Pauvre petit loulou !

    10289876_462957303851183_4473526291942035232_n.jpg

    Trouvé à Fernelmont, genre golden mâle dans un très mauvais état! !! C'est effectivement l'horreur, une de plus pour nous, il est atteint d'une méchante tumeur sur le flan, d'autres à l'arrière et en plus il a la gale, une gale suintante !!! Sous le ventre, la peau suinte, le chauffeur qui l'a porté, qui pourtant a l'habitude de voir des choses pas très belles, était écœuré, en plus, il dégage une odeur nauséabonde.

    Bien évidemment, il est à l'isoloir, on va voir avec la veto, mais je pense que malheureusement, il n'y aura pas grand chose à faire pour lui, en attendant, il a une bonne literie, à boire et à manger. Si des personnes ont eu leurs animaux en contact avec lui, je leur conseille vivement de se rendre dès lundi chez leur vétérinaire.

  • Macabre découverte: Des cadavres d’animaux jonchent le sol d’une ferme à Hemptinne (Florennes).

    Capturer.JPGEn approchant de la ferme de Daniel Balle, à Hemptinne (Florennes), une odeur nauséabonde soulève le cœur. Une odeur de mort, de cadavre en putréfaction. Ces relents ne peuvent provenir que de bêtes mortes. Pourtant, aucun cadavre ne traîne dans la cour de la ferme ce mercredi. L’agriculteur vient de faire le ménage. Un amas d’asticots encore tout frétillants laisse toutefois penser que des dépouilles jonchaient encore le sol quelques heures auparavant.

    «On a constaté à la mi-mars qu’il y avait des chevaux, des veaux et une vache morts dans la cour de la ferme », déclare Andrée Carlier, une dame qui passe régulièrement à cet endroit. « J’ai contacté la Sapad (Société d’aide et de protection aux animaux en détresse), qui, elle, a alerté la police. Le lendemain, des policiers sont allés à la ferme et, très rapidement, les bêtes ont disparu, mais nous n’avons jamais vu de camion d’équarrissage. On ne sait pas où sont passés ces cadavres. »

    Cette histoire n’a apparemment pas servi de leçon au fermier car ce scénario morbide s’est répété. «Il a une semaine, d’autres animaux étaient là, dans un état de décomposition avancé. Ils devaient se trouver là depuis minimum 15 jours », affirme ce témoin. Le problème sanitaire que cette situation pourrait engendrer mais aussi la cruauté de ce geste ont poussé cette dame à agir. «Si on ne dénonce pas une chose, on est autant responsable que la personne qui l’a faite. Je ne comprends pas qu’on puisse laisser crever des bêtes de cette façon. En plus, il passe devant cet endroit pour aller nourrir ses animaux, ça pourrait être dangereux. Comment est-il possible qu’on le laisse faire ? »

    Interrogé, le propriétaire des lieux dit avoir déjà réagi face aux recommandations de l’Afsca.

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • "Le seigneur des anneaux": Gripoil, le magnifique cheval blanc de Gandalf, a dû être euthanasié (vidéo)

    Gripoil, monture du magicien Gandalf dans les deux derniers épisodes de la trilogie du "Seigneur des anneaux", est mort. L’animal, de son vrai nom Blanco, a dû être euthanasié à l’âge de 26 ans, affaibli par une longue maladie.

    Capturer.JPG

    Gripoil n’est plus. Le magnifique cheval blanc de Gandalf a été euthanasié récemment, à l’âge de 25 ans.

    Une belle et longue vie bien remplie pour ce superbe animal, auquel la propriétaire, Cynthia Royal, a décidé de rendre hommage par l’entremise d’une vidéo à découvrir ci-dessous.

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Découverte d'une mygale grammostola à Chaudfontaine (Liège)

    1768019912_B972449290Z.1_20140409203156_000_GC228QR15.1-0.jpgMercredi, lors d’une intervention des policiers de la zone Secova, une mygale a été découverte dans une habitation de Chaudfontaine. Les pompiers ont été requis pour emmener l’animal qui se trouvait dans un terrarium. Son propriétaire, incarcéré à Lantin, ne pouvait plus s’occuper de son animal de compagnie.

    La mygale a été confiée à l’asbl Crusoé spécialisée dans les soins et l’observation des animaux exotiques. Il s’agit d’une mygale de type grammostola. Si ses 12 centimètres de diamètre la rendent impressionnante, elle est inoffensive pour l’homme.

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Titi laisse un mot d'adieu à ses proches. Découvrez ce texte émouvant !

    1743650_444465175700396_1554751585_n.jpgÀ mon maître, à ma maîtresse :

    Le fardeau de mes ans et de mes infirmités me pèse lourdement, et je sais ma fin prochaine. C'est pourquoi moi, Charlemagne Monette, (communément appelé Charlot par mes parents, amis et connaissances), dépose en secret dans l'âme de mes deux grands amis, mon maître et ma maîtresse, mon testament.

    J'ai peu de biens matériels à léguer. Les chiens sont plus sages que les hommes. Ils n'attachent pas grand prix aux choses de la terre. Je n'ai aucun bien précieux à transmettre, si ce n'est mon affection et ma fidélité. Je les lègue à tous ceux qui m'ont aimé; qui je le sais, me regretteront le plus, à Richard et Lison; à Elisabeth et Marianne qui ont été si bons pour moi. Peut-être ai-je tort de m'enorgueillir, mais j'ai toujours été un chien extrêmement affectueux.

    Je demande à la famille de toujours se souvenir de moi, mais de ne pas me pleurer trop longtemps. Au cours de mon existence, j'ai essayé de les réconforter dans la peine et de leur apporter un surcroît de joie dans le bonheur. Il m'est pénible de penser que, même dans la mort, je pourrais leur causer du chagrin. Je les prie de ne pas oublier qu'à leur tendresse et à leur sollicitude je dois d'avoir été le plus heureux des chiens.

    Mais maintenant me voici devenu pratiquement aveugle, sourd et j'ai de très gros problèmes de dentition m'empêchant de manger; ainsi ma fierté a fait place à une humiliation qui me déroute. Je sens que la vie me reproche d'avoir trop prolongé la fête. Je dois faire mes adieux avant de devenir un poids insupportable pour moi et pour ceux qui m'ont donné leur affection. Il me sera douloureux de les quitter, mais pas de mourir.

    Contrairement aux hommes les chiens ne redoutent pas la mort. Que se passe-t-il après? Nul ne le sait. En tout cas, je suis au moins sûr de trouver la paix et un long repos pour mon vieux coeur las, ma vieille tête, mes vieux membres ainsi qu'un sommeil éternel dans cette terre que j'ai tant aimée. Il est un dernier voeu que je formule en toute sincérité. J'ai entendu ma maîtresse, dire: "Quand Titi mourra, nous n'aurons jamais plus de chien. Je l'aime tellement que je ne pourrai plus en aimer un autre." Maintenant pour l'amour de moi, je lui demande de revenir sur sa décision. Ce serait un bien piètre tribut à ma mémoire que de ne jamais plus avoir de chien. Je voudrais tant garder le sentiment que, maintenant que j'ai fait partie de la famille, il lui est désormais impossible de vivre sans la compagnie du meilleur ami de l'homme! Je n'ai jamais été exclusif ni jaloux. J'ai toujours soutenu que la plupart de mes congénères sont bons (même ma co-locataire, une chatte... Mistou, à qui j'ai quelques fois autorisé à partager mon lit avec moi. J'ai toléré son amitié dans un esprit de générosité et, dans mes rares moments de sentimentalité, je lui ai même rendu un peu la pareille).

    Aussi je conseille à ma maîtresse de choisir un autre chien à son goût pour me succéder. Il pourra difficilement être aussi bien élevé, aussi poli, aussi distingué et aussi beau que je fus dans ma jeunesse. Mais, je suis sûr qu'il fera de son mieux et aussi que ses défauts inévitables contribueront, par contraste, à perpétuer mon souvenir. Je lui lègue mon collier, ma laisse, mon lit, mon ensemble de Noël.

    Un dernier mot à Ghislaine, Michel, jennifer et grégory et le reste de la famille. Chaque fois que vous penserez à moi : dites-vous avec regret, mais aussi avec bonheur, en vous rappelant ma longue vie à vos côtés : "Titi était un être qui nous aimait et que nous aimions." Si profond que soit mon sommeil, je vous entendrai, et tout le pouvoir de la mort n'empêchera pas mon âme de chien d'agiter la queue avec reconnaissance.

    Titi
    Votre chien fidèle qui veillera toujours sur vous.

    Imprimer Catégories : Faits divers
  • Après le girafon Marius, le zoo de Copenhague tue quatre lions !

    Capturer.JPGLa mort du girafon Marius orchestrée par le zoo de Copenhague avait fait couler beaucoup d’encre en février. Le zoo refait parler de lui après avoir mis fin aux jours de deux lions et deux lionceaux.

    «En raison du comportement (...) naturel des lions, le zoo a dû euthanasier les deux lions âgés et les deux lionceaux qui n’étaient pas assez vieux pour se débrouiller seuls», a déclaré mardi le zoo dans un communiqué. Les jeunes lions âgés de 10 mois «auraient été tués par le nouveau mâle dès qu’il en aurait eu la possibilité», a-t-il poursuivi.

    Ils ont été tués lundi, car le zoo n’a pas réussi à les placer ailleurs, a expliqué un porte-parole à l’AFP.

    A la différence de Marius, il n’y a pas eu cette fois-ci de dissection en public car «tous nos animaux ne sont pas découpés» devant les visiteurs, a-t-il ajouté. Dans quelques jours, le nouveau mâle sera présenté aux deux lionnes nées en 2012, aujourd’hui en âge de se reproduire.

    «Le zoo est reconnu mondialement pour son travail avec les lions et je suis fier que l’un d’entre eux soit à l’origine d’une nouvelle lignée», a souligné le directeur Steffen Sträde.

    Le mois dernier, le responsable du zoo Bengt Holst avait reçu des menaces de mort suite à la décision de tuer le girafon Marius, âgé alors de 18 mois. Celui-ci avait été exécuté avec un pistolet d’abattage, disséqué, puis découpé en morceaux puis jeté en pâture aux lions sous le regard des enfants présents dans la salle.

    L’affaire avait choqué des milliers de défenseurs des animaux dans le monde entier, une pétition avait même circulé pour sauver le jeune girafon.