Mon Chien Magazine - Page 4

  • Ce Jack Russell de 2 ans a disparu depuis le 28 septembre 2019 de Liège. Avis de recherche.

    chien.JPG

    Jack Russel , femelle, blanc et beige , poil long
    Age : 2
    Perdue le 28/09/2019 à 4000 Rue Saint Léonard 647 4000 Liège
    Nom : Tiny
    Signes particuliers : Oreilles beige
     
    Propriétaire :
    Kals Thomas
    Rue saint Léonard  647   - 4000 Coronmeuse
    Tél. : 0491.178.194
    Tél. : 0498.469.368
    E-mail : Tomsayer1994@hotmail.com
  • Ce Chihuahua de 3 ans a disparu depuis le 28 septembre 2019 de Esneux (Liège). Avis de recherche.

    chien.JPG

    Chihuahua, femelle, noir et feu, poil ras
    Age : 3 ans
    Perdue le 28/09/2019 à 4130 Esneux
    Nom : Louna
    Puce : encoluregauche
    Autres commentaires :

    Louna, mon petit Chihuahua toy de 1kg, de couleur noir et beige a disparu ce samedi 28 Septembe, elle a un probleme a la patte arriere droite et boite. C est une chienne tres affective et elle nous manque.

    Propriétaire :
    Ngoyi Sephora
    Domaine val de l'ourthe  63/19   - 4130 esneux
    Tél. : 0467.139.363
    E-mail : Aizu@hotmail.be
  • Ce chien de 7 ans a disparu depuis le 1er octobre à Banneux. Avis de recherche.

    chien.JPG

    American Staffordshire, femelle, beige et blanc, poil ras
    Age : 7 ans
    Perdue le 01/10/2019 à 4141 Banneux Centre
    Nom : Chanel
    Elle porte un collier
    Puce : encoluregauche
     
    Propriétaire :
    De Vliegher Priscilla
    De lesplanade  43c 4   - 4141 Louveigne
    Tél. : 0491.088.635
    Tél. : 0497.577.851
    E-mail : priscillaloves@hotmail.com
  • DéFI veut leur reconnaître le statut d’être vivant doué de sensibilité. "Il est temps de rendre justice aux animaux dans le Code civil!"

    Capture2.JPGReconnaître aux animaux le statut d’être vivant doué de sensibilité, au lieu de les considérer comme des biens meubles ou immeubles. L’idée est remise sur la table par la députée Sophie Rohonyi (DéFI) au moment où un texte de loi préparé par le ministre de la Justice, Koen Geens et visant à modifier le Code civil, sera bientôt discuté à la Chambre. Un texte qui ne va pas vraiment dans cette direction…
     
    Peines sévères
    Dans un pays où plus d’un ménage sur quatre aurait au moins un chat et un sur cinq un chien, les citoyens sont toujours plus concernés par le bien-être animal. La matière, relevant surtout des politiques régionales depuis la 6 e réforme de l’État, a fort évolué. Exemple : en Wallonie, des peines sévères frappent qui maltraite un animal (8 jours à 3 ans de prison, 100 € à 1.000.000 € d’amende). Le code wallon du bien-être animal reconnaît les animaux tels des êtres vivants capables de sensibilité.
    Où le bât blesse-t-il alors ? « Il y a un gros problème de cohérence dans nos lois », lance Sophie Rohonyi. « Pour avoir des droits, les animaux doivent se voir reconnaître une existence juridique. Puisqu’il est prouvé qu’ils ressentent toutes sortes d’émotions (affection, souffrance, empathie...), il est normal de leur reconnaître le statut d’être vivant doué de sensibilité dans la Constitution ou le Code civil. Cela nous tient à cœur chez DéFI qui avait, selon les défenseurs des animaux, le programme électoral le plus développé… »
     
    Aide aux associations
    L’ex-députée DéFI Véronique Caprasse avait déposé un texte de loi en 2016, le PS aussi, via MM. Di Rupo et Senesael. Et on n’oublie pas le Groupe d’action dans l’intérêt des animaux (Gaia), reçu par l’ex-présidente du Sénat, Christine Defraigne (MR) pour discuter de l’inscription de ce statut dans la Constitution. Rien n’a été concrétisé depuis.
     
    Pourtant, cette modification du Code civil permettrait aux tribunaux de donner une interprétation extensive de l’obligation de défendre les animaux et les ASBL accroîtraient ainsi la portée de leur action. Le ministre de la Justice projette une vaste réforme du Code civil. Le texte va être examiné en Commission de la Justice et c’est là qu’est l’os…
     
    Chiens guides
    « S’il prévoit de donner un statut à part aux animaux, les règles qui s’appliqueraient à eux ne changeraient pas vraiment », poursuit M me Rohonyi. « Nous nous inspirons donc du document déposé par Véronique Caprasse pour amender le texte du ministre. Ce sera plus efficace que de réintroduire une nouvelle proposition de loi. »
     
    Les deux députés de DéFI devront trouver des alliés. « Le droit a évolué dans de nombreux pays (France, Allemagne, Suisse…). C’est loin de la demande symbolique. Il y a d’autres questions à trancher : à propos de l’abattage, du tourisme animalier, des expérimentations animales : nous ne voulons pas les interdire, mais j’aimerais organiser des auditions sur la plus-value des expérimentations et les conditions dans lesquelles elles s’exercent. On ne peut plus voir les animaux comme des choses quand nous vantons les exploits des chiens sauveteurs ou guides. Ils ont un vrai rôle dans la société. »

  • Enquête GAIA: les Wallons jurent qu’ils aiment beaucoup les bêtes!

    Capture2.JPGLes Wallons attachent cinq fois plus d’importance au bien-être animal qu’au tourisme et « considèrent cette compétence plus importante que l’associatif ou les allocations familiales. C’est ce qui ressort de l’enquête qu’Ipsos a menée pour notre organisation de défense des animaux », explique Gaia.
     
    93 % des Wallons interrogés réclament l’amélioration des conditions de vie des poulets de chair dans les élevages et 93 % souhaitent que la Région impose des restrictions sur les élevages intensifs de chiens et de chats. 84 % des Wallons estiment qu’il faut interdire la mise à mort des poussins mâles dans les élevages de poules pondeuses et 83 % veulent que la Région interdise la castration chirurgicale des porcelets. 88 % des sondés réclament l’interdiction des expériences sur les chiens et les chats et 87 % la réduction du nombre d’animaux utilisés dans les laboratoires. 87 % des sondés réclament l’interdiction de vente de fourrure, 80 % l’interdiction la vente de chiens et de chats en magasin et 68 % l’interdiction du gavage pour la production de foie gras. Plus d’un Wallon sur deux (53 %) estime que la Région doit soutenir le développement de la viande cultivée.
     
    Gaia se réjouit
    Des résultats dont se réjouit Michel Vandenbosch, le président de Gaia : « L’importance du Bien-Être animal a augmenté pour les Wallons en passant de la 15 e à la 13 e place. Nos priorités, largement soutenues par les citoyens wallons, ne peuvent plus être considérées comme des sujets de second ordre. Nous souhaitons vivement que les parlementaires, le gouvernement wallon et la nouvelle ministre du Bien-être animal prennent sérieusement en compte ces recommandations pour la législature en cours. »

  • Hécatombe chez les mésanges: des traces de 36 types de pesticides différents découvertes.

    Hécatombe chez les mésanges: des traces de 36 types de pesticides différents découvertes

    Ces dernières avaient entrepris d’examiner de plus près ces oisillons à la suite d’une hausse de leur mortalité. « Il est frappant de constater que nous avons découvert dans 89 des 95 échantillons examinés des traces de DDT (dichlorodiphényltrichloroéthane), qui est interdit d’usage depuis 1974 en Belgique », a indiqué un expert en pesticides chez Velt, Geert Gommers. « Au total, des traces de 36 types de pesticides différents ont été découvertes. Seuls quatre des 95 échantillons sont exempts de contamination. Ce résultat est inquiétant. D’autant plus que les mésanges avaient tout au plus deux semaines et n’étaient jamais sorties de leur nichoir. Nous avons trouvé des fongicides (contre les champignons), des herbicides (contre les mauvaises herbes), des insecticides (contre les insectes) et des biocides », a-t-il détaillé.

    L’année dernière, les deux associations avaient reçu de nombreux signalements de citoyens inquiets au sujet de la multiplication des cas de mortalité chez les oisillons et les mésanges bleues. « À cette époque, la pyrale du buis (un papillon parasite qui ravage haies et bordures, NDLR) causait pas mal de dommages dans les jardins, ce qui entraîna une utilisation accrue de pesticides. Les citoyens se sont alors demandés si un lien pouvait être établi entre les deux », peut-on lire dans le rapport de recherche des deux associations.

    Afin de se pencher plus en avant sur la hausse de mortalité dans cette population, un appel a été lancé aux citoyens pour qu’ils signalent, via le site web www.sosmezen.be, les oisillons morts et les mésanges bleues qu’ils découvrent, souvent dans des nichoirs. Et le grand public a répondu en masse. Entre fin mars et mi-juin, un total de 4.516 poussins de mésanges morts a été signalé en Flandre et à Bruxelles.

    Selon le rapport, la présence de DDT au sein de la population de mésanges mortes est liée à la pollution à des niveaux historiques de l’environnement. « Même si les taux sont bas, l’impact du DDT n’est certainement pas à minimiser, même pour la santé humaine », souligne l’expert.

    On ignore à ce stade si les concentrations retrouvées sont suffisamment fortes pour expliquer la mortalité élevée chez les mésanges. Des recherches supplémentaires sont par ailleurs nécessaires pour déterminer si la lutte contre la pyrale du buis a une influence sur la mortalité des mésanges. « Nous avons trouvé dans le corps des mésanges mortes des substances qui sont utilisées pour combattre la pyrale du buis. Des pesticides pour lesquels le risque pour les oiseaux est jugé ’élevé’ ont également été retrouvés », a signalé Inge Buntix, biologiste à la Vogelbescherming Vlaanderen.

  • Aurélie a fondé «Crocs O Cru», une sorte de Hello Fresh pour chiens et chats, à Wavre.

    70343942_124874462199381_486627675901788160_n.jpg

    Pourquoi les animaux n’auraient-ils pas le droit de manger comme les humains ? Cette question, Aurélie se l’est posée. Elle a lancé « Crocs O Cru », une sorte de « Hello Fresh » pour chiens, chats et même une buse !

    Vous vous êtes sans doute déjà fait la remarque en regardant votre chien ou votre chat manger des croquettes. « Et moi, mangerais-je cela, à sa place ? » « Je me suis fait la réflexion en voyant les problèmes de peau de mon bull-terrier, Sisko », explique Aurélie Barbe, 24 ans. Depuis le début du mois de mai, elle a lancé sa petite société innovante : « Crocs O Cru ». « Le concept de vendre des morceaux de viande non moulus, des fruits et des légumes en cubes glacés n’existait pas. Pourquoi les animaux n’ont-ils pas le droit de manger comme nous ? Ingurgiter des croquettes, c’est comme si nous avalions des lasagnes préparées tous les jours ! »

    Depuis son atelier de Limal (Wavre), cette chocolatière de formation prépare des menus équilibrés en fonction du poids et de l’activité des chiens et des chats. « J’ai obtenu l’agrément de l’Afsca. J’achète, en moyenne, l’équivalent d’une centaine de kilos de viande par semaine ». Ses clients sont des particuliers qui commandent en général de la nourriture pour 7 jours. « On peut soit venir la chercher ici ou je me déplace. Mon client le plus éloigné habite Liège ».

    Les chats sont plus capricieux

    Une fois les rations préparées, Aurélie les congèle. « J’ai 5 menus types pour toute l’année. Auquel j’ajoute un menu qui change tous les mois. Pour les chiens, cela va de 250gr à 900gr. Les rations des chats sont plus petites et pèsent 150 gr. « Une dame a un boxer qui mange 1,6 kilo par jour. Cela peut paraître énorme mais il ne grossit pas. C’est un chien super-énergique ».

    Les prix ne sont pas impayables. « Pour un chat, il faut compter entre 2 et 3 €. Les chiens, c’est entre 3 et 4 € pour 250gr, entre 6 et 7 € pour 500gr et entre 10 et 15 € pour 900 gr ». Les portions, pour les chiens, sont composées de 90 % de viandes, d’abats, d’os charnus. J’ajoute des fruits, des légumes, de l’huile sous forme de petits glaçons. Il faut casser les fibres ».

    Pour le moment, ce sont surtout les chiens qui adhèrent à la formule. « Les chats sont plus difficiles à convaincre. Ils sont plus capricieux car ils se sont habitués au goût des croquettes. Je leur concocte des plats avec plus de viande rouge que pour les chiens. »

    Celle qui a gardé son travail de chocolatière du côté de l’avenue Louise à Bruxelles propose aussi des proies. Mortes, rassurez-vous. « Parmi les clients qui viennent en chercher, il y a le propriétaire d’une buse ». Aurélie est convaincue que ses plats embellissent le quotidien des animaux. « Je l’ai constaté avec nos chiens. Sisko ne doit plus aller chez le vétérinaire pour ses problèmes de peau. Lui et Charlie, le berger allemand de mon compagnon, se nettoient les dents en rongeant les os. C’est une sorte de détartrage bon marché ».

  • Ce chien des rues a disparu depuis le 12 septembre 2019. L'avez-vous vu?

    70343942_124874462199381_486627675901788160_n.jpg

    Chien Des Rues, mâle, roux et blanc, poil long
    Age : 3
    Perdu le 12/09/2019 à Sankt Parking Football
    Nom : Foxy
    Il porte un collier
     
    Propriétaire :
    Baes Jan
    Boei  7   - 8301 Knokke Heist
    Tél. : +32478466415
    Tél. : 0486.699.964
    E-mail : Inge.van.audenaerde@gmail.com
  • Ce Doberman de 2 ans a disparu depuis le 7 septembre de Herstal (Liège). Avis de recherche.

    70343942_124874462199381_486627675901788160_n.jpg

    Doberman , femelle, noir et feu, poil ras
    Age : 2 ans
    Perdue le 07/09/2019 à 4040 Liège, Herstal, Coronmeuse
    Nom : Kali
    Elle porte un collier
     
    Propriétaire :
    Yahadzinskaya Hanna
    RUE BOIS L'EVÊQUE 124   - 4040 Herstal
    Tél. : +32478963493
    E-mail : yaanka273@hotmail.com
  • Ce Chihuahua de 2 ans a disparu depuis le 8 septembre 2019 de Bressoux (Liège). Avis de recherche.

    70343942_124874462199381_486627675901788160_n.jpg

    Type Chihuahua, mâle, blanc, brun, poil long
    Age : 2
    Perdu le 08/09/2019 à 4020 Bressoux, Rue Philipart
    Nom : Rox
    Il porte un collier [1 collier jaune et 1 collier mauve]
    Puce : oui
    Signes particuliers : oreille brune et casser à droite tache brune au début de la queue et l'oeil droit est brun
    Autres commentaires : récompense si trouvé
     
    Propriétaire :
    Bougard Ludivine
    Rue des frères philipart 1 1/2   - 4020 Bressoux
    Tél. : 0494.644.463
    E-mail : aureliebougard9@gmail.com