Maltraitance

  • 511.194 animaux souffrent dans nos labos! Gaia s’insurge du « mauvais résultat » de la Belgique et va interpeller nos ministres.

    84466517_2801052746639078_2756083700708933632_n.jpg

    L’association de défense des animaux regrette que la Belgique soit dans le top 5 européen des tests les plus douloureux sur les animaux. « Pis, dans le top 4 pour les chiens ! », dit Gaia  
    L’association cite de nombreux chiffres au niveau européen, reprenant le rapport de la Commission européenne qui analyse les statistiques des États membres européens (pour les années 2015-2017).
    Que pointe Gaia ? Dans l’Union européenne, quelque 22 millions d’animaux de laboratoire sont utilisés chaque année dans le cadre de recherches.
     
    Et notre pays est très mauvais élève dit Gaia. Avec 511.194 animaux de laboratoire, notre pays occupe la 5 e place (hors Royaume-Uni) dans le classement des pays ayant réalisé le plus d’expériences sur les animaux, après l’Allemagne, la France, l’Espagne et l’Italie. Les Pays-Bas, la Suède, l’Irlande et le Danemark complètent le top 10.
     
    Les plus gros utilisateurs d’animaux dans l’Union Européenne sont le Royaume-Uni avec près de 2 millions d’animaux testés, suivi par l’Allemagne (+ 1,8 million) et la France (près de 1,8 million).
     
    Des animaux déjà malades
    Toujours dans le rapport, ce qui dérange fortement Gaia, c’est la souffrance des animaux. « Notre pays figure également dans le top 5 des États membres (Royaume-Uni inclus) qui comptent le plus grand nombre d’animaux de laboratoire soumis à des douleurs aiguës (82 536), après la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Italie. Avec 16,5 % du nombre total d’animaux utilisés, la Belgique se classe au 6 e rang après la Pologne (32,87 % du nombre total d’animaux utilisés dans ce pays), l’Irlande (29,25 %), le Portugal (24,69 %), la Croatie (19,85 %) et la France (17,95 %) », dit le rapport.
     
    Mais que peut faire Gaia ? « Prenons d’abord l’exemple d’autres pays, comme les Pays-Bas », note Michel Vandenbosch. « Notre pays utilise quelque 50.000 animaux de plus que les Pays-Bas. Si l’on analyse le nombre de chiens soumis à des expériences, la Belgique (1.856 dont 1.522 sont réutilisés) fait moins bien que les Pays-Bas (moins de 1.000 chiens). Dans ce domaine, la Belgique est le 4 e pays à utiliser le plus de chiens, si l’on ne tient plus compte du Royaume-Uni ».
     
    « Nous demandons que les animaux utilisés soient des animaux qui de base, sont déjà malades, souffrants », ajoute Michel Vandenbosch.
     
    Certes, une directive européenne existe sur l’expérimentation animale « relative à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques » et au nombre d’animaux utilisés. Mais elle date de… 2010. « Nous voulons qu’elle soit plus stricte », poursuit Michel Vandenbosch. « La directive actuelle sur la protection des animaux de laboratoire est trop adaptée aux souhaits des chercheurs et doit être révisée d’urgence en vue d’une transition vers une recherche sans animaux. »
     
    Gaia va aussi très prochainement interpeller les ministres du Bien-Être animal de nos trois régions, « puisque les tests en laboratoire sont pratiqués partout. Dans les universités, notamment, mais aussi dans les entreprises pharmaceutiques ».
    Imprimer Catégories : Maltraitance
  • Acte ignoble et scandaleux chez nous: les quatre pattes d’un poulain reliées entre elles avec du tape!

    Capture.JPG

    La zone de police de Lommel, dans le Limburg, a partagé deux photos qui font mal au cœur.

    « Partagez massivement, svp ». C’est par ces mots que la zone de police de Lommel, dans le Limbourg, a lancé ce dimanche son appel à témoin dans le but de retrouver le ou les auteur(s) d’un acte ignoble qui a eu lieu ce week-end le long du canal Bocholt-Herentals.

    Ce dimanche, l’équipe d’intervention contre la maltraitance animale a en effet été appelée pour un cas que l’on peut qualifier de rare, mais surtout scandaleux. Un poulain venait d’être retrouvé avec les quatre pattes reliées entre elles avec du tape. L’animal ne pouvait, dans ces conditions, plus bouger.

    Heureusement, les faits ont été découverts relativement rapidement et l’animal se porte bien. Il a pu retrouver sa liberté.

     

    Imprimer Catégories : Maltraitance